• Critique JLA - Justice T.1 par

    La notion de Justice ne peut être que subjective. Après tout, tous n’ont pas la même perception selon ses affects et autres expériences personnelles. Alors que penser de cette « Justice » lorsque tous les super-vilains de la planète sabordent les super héros pour faire le « bien » ? C’est ce que nous propose de découvrir Alex Ross, accompagné de Doug Braithwaite et Jim Krueger à travers ce volume pour le moins… iconique.

    A chaque fois que je lis une œuvre d’Alex Ross, je suis toujours frappé par la stature iconique des héros, Justice ne déroge pas à la règle mais c’est un point qui peut s’avérer gênant.

    Contrairement à ce que je pensais, Justice ne s’intéresse pas vraiment aux vilians, si ce n’est Luthor, par moment, mais nous vivons essentiellement l’aventure à travers les yeux des différents membres de la Justice League. Ainsi, c’est avec leur perception que nous vivons, leurs échecs face à ce rassemblement mystérieux des plus grandes menaces de la planète, puis leur retour en grâce pour finir par vaincre leurs ennemis tout en résolvant le pourquoi du comment.
    Je suis assez surpris qu’Alex Ross et Jim Krueger n’explore pas plus la psyché des vilains, ils avaient là l’occasion d’aller plus loin pour mettre en valeur la nuance de gris chez ces personnages. C’est en réalité très peu abordé, par contre, les héros sont sublimés, de par leurs défaites ou leur retour permettant de lire une grande histoire bien aidée par les illustrations.

    Qui dit Alex Ross, dit planches fantastiques, « Justice » ne déroge pas à la règle. Pourtant le processus créatif est différent puisque c’est Doug Braithwaite qui réalise les crayonnés de la série puis peints par le premier. Avec ce procédé, on oublie complètement que tout est réalisé par deux artistes tant les visuels transpirent le style d’Alex Ross. C’est une œuvre d’art à chaque centimètre carré à travers ce style très réaliste et généreux dans le travail fourni. Extraordinaire est le mot qui convient le mieux à l’art d’Alex Ross, qu’il soit seul ou accompagné.

    L’édition est tout autant généreuse, garnie de préface et post-face et d’un très grand nombre de bonus / croquis décrivant chaque protagoniste qui apparaît dans l’œuvre. On y perçoit aussi la part du travail de Doug Braithwaite loin d’être négligeable.

    « Justice » était plein de promesses mais il est en réalité une grande histoire classique de super héros où la Justice League doit affronter l’association de tous les super méchants. Après tout, c’est ce qu’il faut s’attendre avec cet auteur, nous faisons face à un grand récit qui magnifie les icônes d’un univers : une valeur sûre si vous êtes amateurs du genre.

    7

    Blackiruah - 29 août 2017

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu JLA - Justice T.1 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10