• Critique Harley Quinn T.6 par

    Il faisait vraiment beau à Lanzarote. Et quand il fait chaud, ma femme a cette petite manie de se changer plusieurs fois la journée : ce qui a tendance à me rappeler Harley Quinn dans ce dernier volume de la série qui clôt cette période new 52.

    Pour rappel, notre chère héroïne vient tout juste de sauver son ex-copain après avoir mis en échec le maire et surtout le Joker qui lui a mis le moral dans les chaussettes.
    Ainsi pour se ressaisir, Harley Quinn va changer (une fois de plus) de style, mais pour coller étrangement au style de Margot Robbie dans le film Suicide Squad… Le hasard fait bien des choses, n’est-ce pas ?
    Après cet épisode anecdotique, Harleen va être confronter à un nouveau personnage… mercenaire… en combinaison rouge et noire… très bavard et fou… bref un pastiche de Deadpool (dont son nom est Red Tool !) qui souhaite faire de l’héroïne sa dulcinée.
    A vrai dire, j’ai trouvé ce récit très fun à lire où Jimmy Palmiotti et Amanda Conner confrontent ironiquement 2 personnages que beaucoup considèrent très proches de par le ton. Les auteurs enchainent donc actions décomplexées, scènes ubuesques et dialogues savoureux sans réel temps mort. Ils finissent même sur une conclusion un peu plus sérieuse montrant que ce duo n’est finalement pas une mauvaise idée. Nous finissons ensuite sur 2 épisodes anecdotiques mais distrayants (dont un dernier numéro dessiné par notre Elsa Charretier nationale).

    Globalement, cette série « Harley Quinn » a réussi son pari de divertir, mais pas que, puisqu’elle parvient à faire d’Harleen, un personnage attachant qui a su prendre son envol loin du Joker. L’héroïne a su s’entourer d’un cast de plus en plus fourni qui a apporté un vent de renouveau quand ce fut nécessaire (mention spéciale au gang des Harleys qui a fait beaucoup de bien à cette série), le tout dans un univers graphique de qualité à la hauteur du titre.

    Au final, j’ai lu ces 6 albums avec un certain plaisir. Bien que le titre tombe parfois dans certaines facilités, la série reste un bon divertissement haut en couleur porté par un personnage qui méritait un tel traitement avec des auteurs qui sont loin d’en avoir fini avec elle. En tout cas, ils ont posé les bases pour poursuivre longuement leur idylle avec Harleen Quinzel ! Reste que ma femme a eu beau se changer, elle a quand même fini avec un coup de soleil, elle aurait du se vêtir du costume originel de l’héroïne !

    7

    Blackiruah - 20 septembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Harley Quinn T.6 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10