• Critique Rebels T.1 par

    Bon sang… Les américains ont osé élire Donald Trump pour président des Etats Unis… Ce si grand pays réduit à être dirigé par ce… bonhomme méprisant… Il est dommage que cette nation (relativement jeune tout de même) qui a une profonde histoire pour la liberté en soit arrivée là. Pour oublier ce fait, Urban Comics nous propose de découvrir justement un pan historique bien plus important des Etats Unis à travers la série « Rebels » de Brian Wood.

    Cet album nous permet de revivre la guerre d’indépendace à travers les yeux d’un forestier, Seth Abbott, qui a intégré les Green Mountain Boy, une milice qui jouera un rôle important dans ce conflit.

    Par son format, « Rebels » rappelle beaucoup « Northlanders » du même auteur. L’anthologie propose divers récits centrés autour de la guerre d’indépendance qui se focalise avant tout sur l’homme plutôt que sur les évènements. Ainsi, cette œuvre nous montre la persévérance de Seth face au conflit souhaitant avant tout sa liberté au sacrifice de sa famille qui, par conséquent, se doit de vivre sans le père du foyer (ce qui est loin d’être simple à cette époque). D’autres récits illustrent d’autres aspects de ce conflit comme la position des esclaves qui peut s’avérer très surprenante, mais aussi les femmes et les indiens qui ont du prendre part au conflit d’une manière ou d’une autre. J’apprécie grandement la qualité d’écriture de Brian Wood qui parvient à nous plonger dans la psychée de ses protagonistes. De même, ils ne dressent pas des héros parfaits, loin de là, il montre des personnes impliquées qui subissent le conflit de différentes manières. C’est franchement brillant, tout en étant instructif : « Rebels » réussit le pari de brosser différents portraits permettant de découvrir une grande palette de ce conflit.

    Principalement accompagné par Andrea Mutti, ce dernier a un vrai talent pour faire des illustrations dotées d’une vraie authenticité bien aidé par l’absence de technique numérique. De même, il ne néglige pas les paysages en réalisant des planches sublimes magnifiant le paysage américain. L’artiste parvient aussi à illustrer toute la rudesse des conflits de l’époque en jouant avec des effets poussiéreux rendant le tout assez sale et crade. Pour finir, le travail de colorisation de Jordie Bellaire est, comme toujours, impeccable. Le volume est un vrai régal pour les yeux du début à la fin !

    Cet album regorge aussi de bonus en tout genre, les éditos en fin de volume rédigés par Brian Wood expliquent pourquoi il a tant tenu à raconter cette histoire mais aussi tout son amour pour les Etats-Unis et le Vermont. De même, on en apprend plus sur les travaux d’Andrea Mutti et de l’élaboration de la couverture. Bref, c’est gourmand et apporte un certain cachet à cette édition.

    « Rebels » fait partie de ces œuvres instructives qui vont font découvrir une période mais sous un angle différent tout comme le proposait « Northlanders ». Brian Wood dresse ici un portrait de cette amérique en quête de son indépendance qui fait la part belle à ses acteurs, hommes ou femmes, magnifiquement mis en scène par des dessinateurs de talent. C’est un joli comic-book qui fait honneur à ce pays… contrairement au nouveau président qui va prendre place ! Cet ouvrage est tout simplement incontournable si vous vous intéressez aux récits historiques surtout si vous appréciez celle des contrées outre-Atlantique !

    8

    Blackiruah - 06 décembre 2016

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Rebels T.1 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10