• Critique Star Wars - Icônes T.5 par

    Après un quatrième numéro consacré à l'Alliance Rebelle, la cinquième livraison de la collection "Star Wars : Icones" s'intéresse cette fois-ci au milieu du crime organisé, l'"Underworld" comme on peut le traduire en anglais...et c'est d'ailleurs le titre de la mini-série en 5 épisodes sortie chez Dark Horse Comics entre 2000 et 2001. "Star Wars Underworld : The Yavin Vassilika" a été publiée dans un premier temps en version française par Delcourt dans les pages du magazine grand format "Star Wars : La Saga en BD".

    L'"Underworld" regroupe les "Don Corleone" de l'espace que sont les Hutts, mais aussi les chasseurs de primes et les contrebandiers...et tous les représentants les plus connus de ces activités plus ou moins lucratives sont dans ce récit qui se déroule chronologiquement juste avant "Star Wars Episode IV : Un Nouvel Espoir". On retrouve donc bien entendu les Hutts, représentés ici par Jabba, Embra et Malta. Du côté des chasseurs de primes, il y a notamment Dengar, 4-Lom, Bossk, IG-88, ce pauvre looser de Greedo et l'impitoyable Boba Fett. Heureusement que les contrebandiers sont là, c'est-à-dire Han Solo, Chewbacca et Lando Calrissian, nettements plus sympathiques que les canailles pré-citées, pour rétablir la balance du bon côté...

    Oui, tout le monde est là pour se lancer à la recherche du Vassilika de Yavin, un artefact que l'on dit légendaire et qui va pourtant devenir l'objet d'un pari entre les trois seigneurs du crime Hutts qui vont chacun assembler leur équipe pour le retrouver. Mais avec cette sacrée bande de malandrins, ce ne sera pas chose facile et les coups bas, trahisons et autres retournements de situation ne manqueront pas dans une aventure menée tambour battant par le scénariste Mike Kennedy, également auteur à l'époque d'une mini-série Qui Gon & Obi-Wan.
    C'est en effet très amusant de voir tous ces gredins, les gentils vauriens et les autres nettement moins gentils, se mettre des bâtons dans les roues...et une des révélations finales relie efficacement ce récit avec le premier "Star Wars" de 1977.

    Delcourt a eu la bonne idée d'inclure au sommaire le one-shot "Les Commandos de Lando" écrit par le britannique Ian Edginton (qui met en scène le Lando général post-"Retour du Jedi"), publié à l'origine dans la revue anthologique "Star Wars Tales", pour regrouper en un seul tome tous les comics Star Wars illustrés par le regretté dessinateur argentin Carlos Meglia, parti bien trop tôt en 2008 à l'âge de 50 ans. Son style expressif, très riche; ses planches aux compositions énergiques et qui ne manquent pas d'humour (les pages fourmillent de détails savoureux), font merveille tout au long d'un album très divertissant.

    8

    Le Doc - 17 octobre 2017

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Star Wars - Icônes T.5 ?
Ecrire une critique