• Critique Doctor Who Comics - Douzième Docteur T.3 par

    L'éditeur Akileos publie ce mois-ci une nouvelle fournée d'albums de la collection "Doctor Who", trois tomes qui marquent la fin de la "première saison" des aventures en bande dessinée des trois dernières incarnations du Seigneur du Temps. Le début de l'édition française de la "seconde année", qui sera à nouveau composée de 15 épisodes, est déjà prévu pour fin 2017/début 2018.

    En attendant, on retrouve dans "Hyperion" deux histoires : un récit en un épisode et un arc narratif en 4 chapitres. Dans l'épisode 11, "Unearthly Things", on suit le douzième Docteur et Clara Oswald alors qu'ils enquêtent sur d'étranges événements se produisant dans une demeure seigneuriale britannique en 1845. Le scénariste invité George Mann livre un récit aussi classique que rondement mené (il s'en dégage un petit-air de déjà lu, mais il y a aussi une bonne progression des événements et un final tendu), qui compte dans sa distribution une figure célèbre de la littérature anglaise ce qui donne lieu à une référence amusante dans la dernière page.

    Avec l'arc "Hyperion", Robbie Morrison boucle la boucle : dans "Terreurformation", le premier album de la série, le Docteur et Clara avaient rencontré un représentant des Hyperions, une race de soleils vivants devenus maléfiques après avoir atteint le stade final de leur évolution. Cette fois, les Hypérions sont sur Terre et ils comptent bien assécher le soleil pour en transférer l'énergie dans leur corps et prolonger leur existence. Après un prologue explosif, le Docteur et Clara débarquent dans une atmosphère de fin du monde : les péripéties sont nombreuses, les dialogues sont accrocheurs et dans l'adversité, une belle dynamique se forme entre les nouveaux personnages rencontrés au coeur de la destruction et le duo formé par le Docteur et Clara. L'ensemble monte bien en puissance et se termine sur une note touchante.

    Le problème récurrent de ces comic-books du Docteur publiés par Titan Comics concerne principalement la partie graphique qui est vraiment très irrégulière (un peu comme chez IDW, l'éditeur précédent du Docteur). C'est encore le cas ici et sur les trois dessinateurs, c'est l'indonésien Daniel Indro (qui a notamment dessiné l'arc "Les Anges Pleureurs de Mons" de la B.D. du Dixième Docteur) qui livre la prestation la plus convaincante.

    À noter que contrairement aux séries du 10ème et du 11ème Docteur, le titre du 12ème Docteur comporte un 16ème épisode, l'équivalent d'un "Christmas Special" qui n'a pas encore été compilé en album.

    7

    Le Doc - 14 mai 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Doctor Who Comics - Douzième Docteur T.3 ?
Ecrire une critique