• Critique Les Archives de La Suicide Squad T.2 par

    Pff, je vous jure mes chats, des fois, je ne peux pas leur faire confiance. A peine arrivé chez moi, je me pose sur le canapé, l’un d’eux se jette sur mes jambes et ronronne comme un camion sous mes (divins) calins sur sa tête. Et la seconde suivante, il me mord, sans pression… Croyez-moi, ils seront parfaits dans la Suicide Squad vu leur respect de l’autorité…

    Puisqu’on en parle, ce second volume, sorti cet été, est plus centré sur l’entité autour de la Suicide Squad qui risque d’être mise au grand jour. Pour éviter une telle situation, Amanda Waller va faire appel à son équipe pour éviter le pire. Mais, malheureusement pour elle, les conséquences d’un tel choix seront bien plus importantes.
    Puis dans un second temps, la Suicide Squad sera confrontée aux autres agences secrètes des USA qui mettra Amanda Waller et les différents membres de l’esquadron face à de sacrées difficultés.

    La série a beau daté de la fin des années 80, c’est un vrai régal à lire. Nous sommes bien loin des narrations très denses (qui certes commençaient à se raréfier à cette époque) et John Ostrander apporte un soin particulier à tous les protagonistes, absolument tous ! (Et croyez moi c’est gourmand.) C’est passionnant de découvrir toutes ces dissensions dans ce groupe mené d’une main de fer par Amanda Waller qui ne cessera de sous estimer ses dires et les différents membres dans ce volume. Un évènement découlera directement des erreurs de cette dernière entrainant une importante refonte de l’équipe. En somme, ces archives montrent une excellente série construite autour des personnages qui ont une importance primordiale pour le bon déroulé de l’intrigue. Un modèle du genre, assurément.

    Le seul petit point faible de cet album reste la perte de Luke McDonnell au dessin à la moitié du volume qui aura fait preuve d’un vrai talent pour rendre palpable toute la tension dégagée dans la suicide squad. Il a une vraie science pour illustrer les sentiments des protagonistes. L’artiste fait aussi preuve de modernisme dans sa patte graphique avec un certain réalisme dans ses planches. Dommage que les remplaçants ne parviendront jamais à atteindre le niveau du premier même s’ils parviennent tout juste à faire du « sous McDonnell ». Ca reste tout de même agréable à lire, fort heureusement.

    Ce second tome est donc de très bonne qualité, un exemple du genre dans les comics qui sont menés par les personnages et non par l’intrigue en elle-même. Je ne peux que le conseiller à tout amateur de comics et ne vous inquiétez pas, le poids de l’âge de l’œuvre ne se ressent absolument pas ! Et puis, au moins, mon chat ne fait que me mordiller car, dans le fond, il tient à moi, il faut bien que quelqu’un lui serve ses croquettes… Pas sûr que la Suicide Squad ait la même attitude…

    8

    Blackiruah - 28 septembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Les Archives de La Suicide Squad T.2 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10