• Critique star wars : poe dameron T.1 par

    Marvel aborde la période de la nouvelle trilogie avec "Star Wars : Poe Dameron", une série qui, comme son titre l'indique, est consacrée aux exploits du pilote le plus audacieux de la Résistance menée par la Générale Leia. Poe Dameron, le fils de Key Dameron et Shara Bey (combattants de l'Alliance Rebelle et protagonistes de la mini-série "Les Ruines de L'Empire" de Greg Rucka et Marco Checchetto) est donc le premier héros du "Réveil de la Force" à se voir accorder son propre comic-book...pas mal pour un personnage qui devait à l'origine mourir assez rapidement dans les premières moutures du scénario de J.J.Abrams et Lawrence Kasdan.

    "Star Wars : Poe Dameron" a été confié à une équipe créative qui commence à bien connaître les recoins du nouvel Univers Etendu Star Wars : le scénariste Charles Soule (les mini-séries "Lando" et "Obi-Wan et Anakin") et le dessinateur Phil Noto (la mini-série "Chewbacca").

    Sur "Poe Dameron", Charles Soule a d'abord la tâche de "raccrocher les wagons" avec "Le Réveil de la Force" et de détailler la mission de Poe pour retrouver Lor San Tekka, le seul homme susceptible de posséder les informations qui permettraient de retrouver Luke Skywalker. Soule procède par arcs courts...contrairement au format habituel de 5 ou le plus souvent 6 épisodes par arche narrative, cette première étape est constituée de 3 épisodes. Ce qui donne un dynamisme bienvenu à la lecture : on démarre directement dans l'action avant que les flashbacks éclaircissent la situation...le scénariste ne perd donc pas trop de temps dans une exposition trop lourde et développe essentiellement les personnages en plein combat. J'ai ainsi beaucoup aimé la dynamique d'équipe de l'Escadron Black, qui m'a rappelé par moments celle des comics "X-Wing Rogue Squadron". La caractérisation de Poe Dameron est soignée et évoque idéalement l'interprétation de Oscar Isaac. Bref, c'est un début plutôt prometteur, avec l'introduction d'un nouveau vilain, un ancien impérial maintenant au service du Premier Ordre et que Poe retrouvera très vite sur son chemin...je suis par contre un peu plus réservé sur les planches de Phil Noto, qui est capable de réaliser de très belles illustrations et qui reproduit aisément les visages des acteurs, mais dont les pages manquent souvent de détails et de force (c'est même souvent beaucoup trop figé).

    Comme la première aventure de Poe Dameron ne compte donc que 3 épisodes, cet album est complété par deux récits qui se situent à la même période. Il y a d'abord un numéro spécial consacré à C-3P0, qui devait à l'origine être proposé aux lecteurs français en kiosque (mais le retard pris par la publication U.S. en a décidé autrement). James Robinson, le scénariste actuel de "L'Escadron Suprême", raconte les circonstances dans lesquelles ce bon vieux Sispeo s'est retrouvé doté d'un bras rouge...un épisode à priori anecdotique dans la longue carrière du droide de protocole que Robinson transforme en récit de survie mouvementé sur une planète inhospitalière (C-3P0 et ses compagnons robots en mission doivent affronter de nombreuses créatures) avant de se terminer de manière fort...touchante.
    Mais là aussi, je n'ai pas été complètement emporté par la partie graphique, et plus particulièrement l'encrage et la colorisation de Tony Harris, trop surchargés à mon goût.

    Cet album se termine par une note plus légère, avec une historiette mettant qui met en vedette l'irrésistible BB-8. Une petite pastille mignonne comme tout, que l'on doit à Chris Eliopoulos et son amusant style cartoony...

    7

    Le Doc - 11 janvier 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu star wars : poe dameron T.1 ?
Ecrire une critique