• Critique Green Arrow Rebirth T.1 par

    Andrea Sorrentino et Jeff Lemire avait rendu toute sa noblesse et sa modernité au personnage d'Oliver Queen, alias Green Arrow. Le scénariste Benjamin Percy était arrivé à continuer le bout de chemin avec les honneurs, ce qui lui vaut aujourd'hui d'avoir d'entamer un nouveau cycle lors du relaunch Rebirth.

    D'entrée de jeu, j'ai eu un gros coup de cœur pour les dessins type cartoons et si lumineux d'Otto Schmidt. Du coup, quand j'ai repris la deuxième partie du récit avec ceux de Juan Ferreyra, j'avoue avoir été au début déçu. En fait, tout est cohérent, car celui-ci s'accorde plus sur les scènes de nuit, et là-dessus, les deux dessinateurs se sont réellement bien trouvés et se complètent assurément.
    On rajoute à tout ceci un scénario qui tient la route mettant vraiment Oliver dans une situation rappelant fortement ses débuts, on veut vite lire la suite du coup.

    Entretenant un passé symbolisé par Black Canary et un futur du doux nom d'Emiko, fille de Robert Queen et de Shado, vous avez entre vos mains un livre DC Rebirth incontournable, et vraiment parfait, et si en plus vous êtes un amateur du personnage, mais que faites vous encore là à me lire, courez vite vous procurer « vie et mort d'Oliver Queen » !

    9

    Auray - 06 novembre 2017

    Vous n'avez pas aimé cette crtique Annuler
Vous avez lu Green Arrow Rebirth T.1 ?
Ecrire une critique