• Critique Wild Blue Yonder T.1 par

    Off we go into the wild blue yonder,
    Climbing high into the sun
    Here they come zooming to meet our thunder
    At 'em boys, Give 'er the gun!

    À l'origine, le "Wild Blue Yonder" est le titre que les Américains donnent dans le langage familier à l'hymne officiel de l'U.S. Air Force. L'expression a ensuite été utilisée à de nombreuses reprises, notamment pour des titres de chansons et de longs métrages (comme le film de guerre de Allan Dwan sorti en 1951 et le film de science-fiction de Werner Herzog datant de 2005)...ainsi que pour cette mini-série en 6 épisodes publiée par IDW après être un temps passée par le financement participatif dans les premières phases du projet.

    Comme le co-scénariste Mike Raicht ("L'Etoffe des Légendes") l'a expliqué dans une interview, l'idée de "Wild Blue Yonder" lui est venue en associant son amour des récits post-apocalyptiques aux souvenirs de guerre transmis dans sa famille depuis le second conflit mondial. La Seconde Guerre Mondiale est l'une des principales influences de la bande-dessinée, des costumes portés par les personnages aux designs des avions de l'Aurore...les guerriers en jet-pack en plus !

    La Terre détruite par les radiations et la pollution. La lutte pour la survie. La conquête des cieux dans des forteresses volantes. Mike Raicht et son co-scénariste Austin Harrison (qui débute dans les comics) posent les bases en seulement deux pages. L'introduction est un modèle de concision et les informations sont ensuite distillées par les interactions entre les protagonistes...et dans le feu de l'action !
    L'idée des "porte-flingues" est excellente et rajoute encore plus d'intensité, de folie et de brutalité aux affrontements entre les factions rivales. Le lecteur découvre cette guerre aérienne par les yeux d'un "bleu"
    recruté par Cola, une jeune pilote de l'Aurore, véritable cité volante alimentée par l'énergie solaire et objet de toutes les attentions (et principalement celle du Juge) dans un monde où le carburant commence à se faire rare.

    Si certaines péripéties sont un brin convenues, le développement des personnages est réussi, autant du côté de l'Aurore que de l'armada du Juge. la caractérisation est soignée, les héros sont attachants et le Juge est un adversaire très intéressant. Les scénaristes concoctent des moments aussi beaux et touchants (la découverte du film) que tendus (les nombreux combats explosifs) et le tout est très bien servi aux dessins par le style solide, détaillé et virevoltant de Zach Howard ("The Cape").

    Bref, une très agréable lecture et un univers qui mériterait d'être à nouveau exploré dans de futures mini-séries !

    Off we go into the wild sky yonder,
    Keep the wings level and true
    If you'd live to be a grey-haired wonder
    Keep the nose out of the blue!

    8

    Le Doc - 29 août 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Wild Blue Yonder T.1 ?
Ecrire une critique