• Critique Daredevil / Punisher - Seventh Circle par

    Daredevil VS Punisher. Voilà une affiche plus qu’ alléchante ! Ces deux personnages sont sur les devants de la scène en ce moment grâce à leur série respective sur Netflix.
    Au menu de ce one-shot : le transfert carcéral du mafieux russe Sergey Antonov qui va mal tourner. Matt Murdock alias Daredevil, fidèle à ses convictions d’avocat, souhaite qu’il exécute sa peine au Texas pour une raison bien précise. Mais le Punisher, toujours aussi magnanime, va vouloir comme à son habitude l’envoyer six pieds sous terre. Quand deux costauds se battent pour punir un vilain, ça provoque forcément du rififi.
    Ce comic-book est l’adaptation papier d’une version digitale parue en 2016 chez Marvel.
    Au niveau du casting, nous avons le prolifique Charles Soule au scénario, accompagné de Reilly Brown et du français JL. Mast pour la mise en pages. Pour les dessins, nous avons Reilly qui a fait les couvertures et Szymon Kudranski qui s’est occupé des planches.

    Cette histoire fait écho aux séries télé Netflix et a le mérite d’être très simple à lire. Le scénario est très classique pour ceux qui connaissent bien les deux personnages. Daredevil croit en la justice régalienne. Selon lui, personne n’a le droit de vie ou de mort sur autrui, et chacun mérite un jugement impartial de ses pairs. A contrario, le Punisher, ancien marine qui a perdu sa famille lors d’un règlement de compte entre deux bandes de mafieux, ne croit plus en la justice de son pays. Il n’a désormais qu’un but : éliminer tous les pourris de la surface de la terre. Sergey Antonov en fait partie, et il est l’objet de discorde entre les deux héros. A tel point que Daredevil en vient même à douter de ses convictions, ce qui n’est pas rien. Notre héros connaitrait-il une mauvaise passe ? Perdrait-il sa foi en la justice ? Ce sera la seule subtilité scénaristique du comic-book et on la prend volontier.
    Car avec un scénario comme celui-ci, on s’attend forcément à de la baston et vous ne serez pas déçus. Il y’a énormément d’action dans ce livre, presque aucun temps mort.

    Pour mettre en lumière cela, il nous fallait un artiste aguerri. Szymon Kudranski fait, heureusement pour nous, bien le boulot. Son dessin est très stylisé et rempli de jeux d’ombres qui nous plonge dans une ambiance pesante. A ce point, j’ai noté qu’à peu près 90% de l’histoire se déroule de nuit et que Matt Murdock n’est présent que sur quatre pages. C’est pour vous dire… Les décors et l’ambiance n’est pas sans rappeler le style texturé du bulgare Alex Maleev à qui l’on doit un excellent run sur Daredevil. Quant aux couleurs, elles sont dans le ton de l’histoire, c’est-à-dire sombres et désaturées. On a, en gros, trois couleurs dominantes : noir, rouge et gris. Pas très gai, je vous l’accorde, mais terriblement efficace et graphique.

    Ce comic-book s’en sort plutôt bien malgré un scénario assez pauvre. Ne cherchez pas des rebondissements et autres machinations complexes car il n’y en a même pas un kopeck pour ce pauvre Antonov. En même temps, le contraire nous aurait étonné avec les deux grands philosophes que sont Daredevil et Punisher. Ici, c’est du bourrin de base mais bien réalisé grâce à une mise en page dynamique et un dessin adéquat. L’action est très lisible malgrés l’ambiance sombre omniprésente et la lecture reste fluide. Au final on passe un bon moment, un peu rapide, mais efficace. On retrouve nos deux héros fidèles à leur poste et bien campés sur leurs idées, quoi que...

    Quant à l’édition, c’est dans la collection 100% qu’est parue cette histoire. De bonne qualité, nous avons le strict minimum pour un budget économique de 15€. Une brève description des auteurs ainsi que les covers de toutes les issues qui coupent chaque chapitre.

    7

    Meudah - 09 août 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Daredevil / Punisher - Seventh Circle ?
Ecrire une critique