• Critique Je suis Wolverine T.1 par

    « Je suis Wolverine » fait partie d'une collection Panini Comics à présent incontournable, grâce à des articles pertinents entre chaque chapitre, le tout permettant à des novices de pouvoir s'y retrouver dans le grand multivers de Marvel. J'avoue être également un piètre connaisseur de ce personnage, donc la lecture m'intéresse particulièrement.

    Il est vrai que la première apparition du mutant griffu dans un épisode d'Hulk est indispensable, même si on a du mal à rentrer dans le récit au départ, et que notre héros n'est que l'ombre de lui-même, par rapport à l'image que l'on se fait de lui aujourd'hui.
    En fait, il souffre surtout de la comparaison, car les épisodes suivants sont justes très bien choisis, par exemple on pourra lire « le loup blessé » sur un scénario du grand Chris Claremont et des dessins très personnels de Barry Windsor-Smith, décidément à l'honneur, puisque son récit « l'arme X » est sorti en grand format aux mêmes éditions, c'est pour dire.
    Puis, on ose rentrer dans le cycle de Madripoor, mais cette fois-ci sur des dessins de John Buscema et Bill Sienkiewicz, j'en étais ravie puisqu'en ayant toujours lu des apartés dans les récents récits de Logan de ce sombre passé... Avec ces artistes, et le duel raconté sur le thème de la rivalité éternelle à l'encontre du charismatique, mais non moins dangereux, Dents de Sabre, on en redemande.
    Larry Hama au script, et Marc Silvestri au dessin, ont également marqué leur époque, et sur ce coup, ils ont approfondi l'ennemi de Wolverine, soit Lady Deathstrike. Son lien avec les Reavers m'a d'autant plus ravi, les ayant revus, il y a peu, dans Old Man Logan.
    On poursuit avec Les chevaliers de Madripoor qui vaut rien que pour les dessins de Jim Lee et les enquêtes auprès de la belle Black Widow alias Natacha Romanoff. « Manhattan Rhapsody » quant à lui, n'a pas à rougir avec les traits d'Adam Kubert, toujours accompagné de Larry Hama. « A la prochaine Frankie » accueille quant à lui le Punisher, et reste toujours aussi agréable, à faire le parallèle avec les récits de Garth Ennis : la petite histoire derrière les cases est vraiment à découvrir.
    « Rêves » fait l'introspective de Logan, il faut s'y connaître pour y voir tous les clins d'oeil, mais encore une fois l'introduction explicative est efficace. On peut le lire en parallèle avec « une journée dans ma peau » qui est un de mes préférés, où le quotidien de Logan, dans toutes les équipes dans lesquels il fait partie est enfin expliqué, puisque cela au niveau planning frôlait jusqu'à présent l'impossible.
    « Prisonnier numéro zéro » est un thème plus sérieux puisque se situant dans un camp de concentration lors de la Seconde Guerre Mondiale, le tout est signé Mark Millar, les dessins sont de Kaare Andrews. L'ambiance y est vraiment glaçante et surprenante.

    Bref, vous l'aurez compris, il s'agit ici d'un livre incontournable, tant les artistes sont tous aussi talentueux les uns que les autres. A découvrir pour la première fois, ou pour prolonger l'expérience du film Logan ou encore, tout simplement, compléter vos lectures précédentes.

    9

    Auray - 25 avril 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Je suis Wolverine T.1 ?
Ecrire une critique