• Critique Nous Sommes les Gardiens de la Galaxie T.1 par

    Les gardiens sont arrivés au cinéma, mais aussi en librairie, et les fans de la première heure, comme les nouveaux venus, seront ravis de retrouver leur désormais célèbre boussole de la collection Marvel anthologie chez Panini comics.

    Et, on commence les festivités avec « j'ai défié Groot », datant des années soixante, écrit par Stan Lee, et le maître du dessin , j'ai nommé Jack Kirby. Contrairement à ce que l'on pourrait penser par rapport à son vieil âge, ce récit est tout à fait convenable, voire même amusant, tant les différences sont marquées avec le personnage de notre XXIème siècle.
    Par la suite, on (re)découvre rapidement dans « la Terre survivra » (Drake au scénario et Colan aux dessins) la première apparition en 1969 de la première équipe des gardiens de la galaxie, soit Charlie-27 l'homme de Jupiter à la force colossale ; Vance Astro , issu de notre époque et ayant survécu grâce à une expérience scientifique jusqu'au XXXIème siècle, son pouvoir est quand à lui, celui de la psychokinésie. A leurs côtés, on y trouvera également Martinex, le bel homme fait entièrement de cristal, qui lui, convertit la lumière en glace, ou en chaleur, et puis, on y retrouvera Yondu, plus connu à présent grâce au film Marvel, né sur la colonie terrestre Centauri IV, il peut lui, faire bouger sa flèche comme il le souhaite à l'aide de sifflements. Encore une fois, aimant les gardiens 3000 de Dan Abnett (Marvel univers V3), j'étais ravie de voir leurs premières péripéties, même si certains, y verront un doublon, s'ils ont la chance d'avoir dans leur collection, la première intégrale. Mais comment passer à côté du chapitre, avec une période tout de même assez récente, où parfois des passages à vide de plus de 5 ans est à relever, comme lors du chapitre suivant...
    Donc, en 1974, nous verrons se poursuivre la guerre sur un scénario de Gerber, contre les désormais célèbres reptiles extraterrestres ou Badoons, avec un petit plus, Captain America ! Le grand final à tout ceci, ne se fera qu'en 1976, dans « une énième histoire de planète » avec l'apparition de l'énigmatique mutant Arcturien Starhawk pour nous. Restant sur la Terre quelques jours, ils seront vite désenchantés par ce qu'ils y trouvent.
    On reste pertinent avec « retour à la maison », qui voit de nouveau notre groupe, mettre le pied à terre sur notre planète, pour cette fois changer le passé de l'adolescent qu'était à l'époque Astro, par... lui-même. Un récit de paradoxe temporel avec un air de déjà vu à présent, mais rappelons que celui-ci date, et j'avoue en être toujours aussi friand.
    Rocket Raccoon pointe le bout de son museau dans les contes du demi-monde de Bill Montlo sur les dessins du célèbre Mike Mignola (Hellboy). Autant dire que l'on rentre vraiment dans un monde à part, trop peut-être, je l'ai du coup moins apprécié, car sortant trop de l'univers explicité auparavant.
    Par la suite, Jim Valentino fera plaisir aux amateurs du second film des gardiens restés sur leur faim, avec une histoire contenant la première apparition de Taserface. Et je me permets de faire un petit bond en avant dans le livre pour citer « quelqu'un doit le faire » qui présente une équipe plus proche de celle actuelle, lors de l'annihilation du scénariste Dan Abnett : ils combattent une pieuvre, cousine à celle de la première scène du film, et par la suite, on y voit même l'apparition du personnage de Mantis.
    A noter que la membre Gamora aura son quart d'heure de gloire dans des récits très charmants par le spécialiste du cosmique Jim Starlin, surtout l'émouvant « Souvenirs de Yule ». On la reverra sous sa forme actuelle auprès de Bendis, accompagné même d'Angela, personnage atypique tant au niveau édition, qu'au niveau graphique, membre temporaire des gardiens... comme Flash Thompson/Venom ou Captain Marvel, Iron Man.
    Groot et Rocket, les membres actifs, ne seront pas jaloux pour autant, avec les épisodes de 2013, les représentants de nouveau. D'ailleurs, dommage pour le raton de ne pas y avoir mis les fabuleux épisodes de Skottie Young. Sinon, tout ce petit monde se retrouvera dans l'annuel de 2014, pour une dernière bataille contre les Skrulls cette fois-ci.
    Evidemment, j'ai gardé le meilleur pour la fin, avec la genèse, en deux parties, de Star-Lord alias Peter Quill, sur toujours un scénario de Brian M. Bendis, mais cette fois-ci, sur les dessins du génial Steve McNiven (Old Man Logan, Civil War). Pour tout vous dire, à mon humble avis, c'est à ce jour un des meilleurs récits des gardiens tout confondus. Les parents de Peter y sont pour ma part bien mieux contés que dans les films, avec un père plus énigmatique et épais de caractère, à retrouver dans la collection Marvel now. Même la maman que l'on voit pourtant rapidement, reste très attachante. Cette partie peut être approfondie dans le mensuel des gardiens avec la série Star-Lord, en attendant un jour sa sortie en librairie.

    Au final, on en a pour tous les goûts, et j'espère que sincèrement d'autres lecteurs nous rejoindront en route à l'aide des articles entre chaque chapitre, ou les repères en fin de volume. Les intégrales de la première équipe des gardiens, l'héritage d'Abnett, Rocket Raccoon de Skottie Young ou les récits de Bendis, et sans parler des mensuels, méritent tous d'être entendus dans toute la galaxie !

    8

    Auray - 11 mai 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Nous Sommes les Gardiens de la Galaxie T.1 ?
Ecrire une critique