• Critique Giant Days T.2 par

    Comme c'est agréable de tenir en main la couverture de Giant Days, doucement rigide, d'une couleur orange chaude, nous rappelant un lointain été sous cette trop sombre pluie d'automne, j'ai hâte de retrouver Esther, Susan et Daisy dans leurs dernières aventures sucrées...

    Cette fois-ci l'illustratrice de chez Disney, Lissa Treiman, ne s'occupe que des chapitres cinq et six, puis, John Alisson, a confié le sept et le huit à Max Sarin, que vous pourrez bientôt rencontrer à la Comics Con de Paris par ailleurs. Sinon, son trait est peut-être plus fin, mais aucun personnage n'est dénaturé, on y voit que très peu de différences au final pour un confort de lecture optimum.
    Dès que celle-ci commence, on suit directement la ligne conductrice du premier tome, on reste sur des sujets très actuels, tel que la mode, le flirt, ou les petites cachoteries honteuses...
    Puis, on quitte l'environnement studieux des établissements scolaires pour aller en vacances à Northampton, sur les traces du passé de Susan. Enfin, le sujet d'études d'Esther sera aussi bien amoureux, que religieuse, avec son lot de soucis bien éloignés de ceux habituels. Mais on n'oublie pas pour autant les amis(es), notamment les charismatiques Ed et McGraw, ce dernier affirmant ici son caractère, drôle et classe malgré lui.

    Un volume dans la lignée du précédent, on est moins surpris, certes, pourtant, on est heureux de retrouver nos amis si névrosés, pour le meilleur et pour le rire. On pourrait presque repérer des petites tirades pour les ressortir de manière pertinente (« C'est un couteau Suisse douze en un, Daisy, ça veut dire qu'il peut faire très mal douze choses différentes »). Une lecture plaisante, actuelle, et vraiment tordante, à posséder et, définitivement, à offrir !

    8

    Auray - 01 octobre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Giant Days T.2 ?
Ecrire une critique