• Critique Star Wars - Un nouvel espoir - Edition Spéciale 3D T.1 par

    “Quoi ?! Ils ont ressorti le comic-book Star Wars de 1977 en 3D ?! Trop cool !!!! Avec les lunettes vertes et rouges façon Polnareff ? Oh punaise, ça va me rappeler des souvenirs d’enfance tout ça !”
    Voilà ma première réaction super enthousiaste quant à la lecture de cette œuvre historique.
    Pour les 2% qui ne connaissent pas Star Wars* sachez que cette critique ne s’adresse pas à vous. Pour les autres, je vais vous économiser le synopsis mais plutôt vous dire en quoi cette œuvre est unique en son genre.

    Ce comic-book écrit par Roy Thomas et dessiné par Howard Chaykin a été publié par Marvel le 12 avril 1977, soit plus d’un mois avant la sortie du film au cinéma le 25 mai. À cette époque, personne ne croyait au succès de la saga à part George Lucas. Les adaptations comics de films étaient rarement des succès ce qui rebuta Stan Lee à publier un comic-book au premier abord. Mais Roy Thomas obtint une révision de Lee, qui accepta à la condition que Lucasfilm n’ait aucune royalties sur les ventes si celles-ci ne dépassaient pas cent mille. Evidemment, l’objectif fut largement dépassé, ce qui permit à Lucas de renégocier ses intérêts, et à Marvel de respirer financièrement, car la maison était, à ce moment là, dans le rouge.
    Marvel n'imaginait pas une seule seconde donner suite à cette nouvelle série. Ils pensaient en éditer tout au plus six numéros qui serviraient de plaquette promotionnelle pour le film. Le succès du film les a évidemment fait changer d’avis, et ils publièrent finalement une série Star Wars pendant presque 10 ans (1977-1986), avec un total de 107 numéros
    .
    Pour ce qui est du contenu, cette oeuvre est vraiment intéressante car elle est basée sur la dernière version du scénario de Lucas et non sur le film. Ce qui implique qu’elle contient de nombreuses scènes initialement prévues, mais finalement coupées au montage par la suite. Vous apercevrez alors Jabba, sous sa forme d’origine, ou encore Biggs, l’ami de Luke sur Tatooine. Les dialogues sont parfois d’une fidélité déconcertante avec la version française du film, mais corrige en même temps les erreurs de traduction de l’époque comme : millenium condor, guerre noir, Z-6PO ou encore chico, etc.

    Les dessins de Howard Chaykin sont inégaux mais détaillés. Les couleurs sont vives, les cases riches avec une voix off d’un narrateur par moment. La mise en scène est vraiment très différente du film et c’est ce qui rend intéressante l’oeuvre. C’est presque comme si on voyait l’épisode IV réalisé par quelqu’un d’autre. Les scènes mémorables sont soit accentuées par Chaykin et Thomas, soit rendues plus légères, ce qui donne une intensité toute autre à l’action.

    Le gros point noir est en fait l’édition 3D pas du tout à la hauteur de l’oeuvre. Porter des lunettes 3D par dessus des lunettes de vue n’est jamais confortable pour un bigleux comme moi, mais on peut s’en accommoder. Le souci, c’est que les couleurs sont altérées par les lunettes, ce qui est une contrainte du procédé stéréoscopique. Celui-ci est censé être compensé par l’effet 3D procuré, mais malheureusement l’effet est trop aléatoire. La plupart du temps il fonctionne mal, on voit bien du relief mais il est flou à cause d’un manque de précision des contours du dessin. Les quelques fois où cela fonctionne, j’étais ravi. Mais c’est trop rare pour être convaincant. Autre bémol à signaler sur l’édition : la francisation des couvertures qui sont intercalées entre chaque épisode. Pourquoi ne pas avoir mis les originaux ? Surtout que la qualité laisse vraiment à désirer pour certaines.

    Même si l’oeuvre reste un classique à lire pour tout fan de la saga, je ne peux que vous conseiller une autre édition de cette très belle adaptation d’un des plus grands films de l’Histoire du cinéma.

    * https://twitter.com/GIRODPATRICE/status/883325781451177984

    3

    Meudah - 06 août 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Star Wars - Un nouvel espoir - Edition Spéciale 3D T.1 ?
Ecrire une critique