• Critique Density T.1 par

    Lewis Trondheim est en ce moment sous les projecteurs des librairies avec le retour des nouvelles aventures de Lapinot cet été et aussi pour la parution de la suite d'Infinity 8. La maison d'édition Delcourt nous indique que cela faisait longtemps qu'il voulait collaborer avec Stan et Vince, deux amis planchant dans leur dernier projet en date avec Zep, le papa de Titeuf, sur la série Chronokids disponible chez Glénat. On espère toujours pour eux, dans ces moments-là, que leur attente, soit à la hauteur de leurs compétences.

    Je ne connaissais pas Stan et Vince, et autant le dire tout de suite, leurs dessins sont vraiment ravissants, entrainants, voire hilarants. Et ici, on peut dire que c'est le gros du travail, puisque c'est un comic qui ne se prend pas au sérieux, limite parodique lorsque l'on croise un premier extraterrestre lors des premières pages. On dirait celui des livres pour enfants, ridicule, mais attachant, ne réussissant pas à créer une once de peur malgré son œil unique, et ses petites bosses sur la tête.
    Les doubles pages sont à tomber par terre, l'action se ralentit pour créer la sensation, les visages se figent, ou grimacent légèrement pour nous créer un sourire, le découpage est juste parfait, finalement, le tout est maîtrisé.
    Au niveau du scénario, on a Gilles, le frère de Chloé, qui est un geek qui se respecte par-delà la galaxie, et c'est après une conférence aux Etats-Unis que sa sœur reçoit des pouvoirs à sa place pour pouvoir sauver la planète. Ça ne s'invente pas, enfin si, et justement, c'est à partir de ce moment où nos héros ne maîtrisent plus rien, eux.
    Density est le nom du pouvoir et la cause de pas mal de soucis : Chloé va pouvoir durcir son corps ou le rendre léger, une excuse à des situations cocasses et dangereuses. Le fan du surnaturel va alors prendre le relais pour un apprentissage personnalisé à l'aide de ses connaissances, pour créer une vraie héroïne, avant que l'invasion ne commence... une course contre la montre s'engage, avec une frangine pas toujours motivée.

    On rit énormément dans density, certaines situations rocambolesques sont inattendues, et on ne se prend pas la tête. Mais rien n'est bâclé pour autant, c'est un vrai coup de cœur que l'on suivra de nouveau début 2018. Une trilogie à ne pas louper pour les fans du genre !

    9

    Auray - 01 octobre 2017

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Density T.1 ?
Ecrire une critique