LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Le Doc » 14 Oct 2015, 17:07

Image

REALISATEUR

Sergio Corbucci

SCENARISTES

Vittoriano Pettrili, Mario Amendola, Bruno et Sergio Corbucci

DISTRIBUTION

Jean-Louis Trintignant, Klaus Kinski, Frank Wolff, Luigi Pistilli, Vionette McGee...

INFOS

Long métrage italien/français
Genre : western
Titre original : Il grande silenzio
Année de production : 1968



Le Grand Silence, c'est l'homme sans nom (grande tradition du western spaghetti) interprété par un mutique Jean-Louis Trintignant. Parce qu'"après son passage, tout le monde se tait".
Le Grand Silence, c'est aussi cet Utah sauvage, battu par les vents, recouvert d'une épaisse couche de neige. La neige est presque un personnage du film, tant cet élément de décor est omniprésent et tant sa blanche pureté représente le parfait contrepoint de l'extrême noirceur du récit filmé par Sergio Corbucci, cinéaste inégal qui livre ici l'un de ses meilleurs longs métrages (peut-être même le meilleur, même si je ne les ai pas tous vus).

La neige reflète la solitude de Silence, pistolero muet mû par un désir de justice, mais aussi, comme le spectateur l'apprendra en avançant dans l'histoire, par sa soif de vengeance envers les chasseurs de primes qui font de leur fonction un argument pour exprimer leur violence et leurs penchants meurtriers.
Dans un rôle qu'on dit au départ prévu pour Franco Nero, que Corbucci avait dirigé deux ans auparavant dans le premier Django, grand succès qui impacta par la suite le genre pour le meilleur et pour le pire, le comédien français Jean-Louis Trintignant est impressionnant de présence tout en déployant un jeu minimaliste. Son personnage ne parle pas, mais son regard hanté en dit long. La tragédie a marqué sa vie et la mort chevauche à ses côtés...ce qui est marquant dès sa première apparition, lorsqu'il dégaine son arme distinctive, un Mauser, pour tuer plusieurs chasseurs de primes avec une vitesse surnaturelle. Les gunfights sont graphiquement très violents, le sang gicle et les cervelles éclatent et la neige se couvre de rouge...

Image

À noter que Jean-Louis Trintignant a accepté ce rôle inhabituel dans sa filmographie par faveur pour un ami producteur. Mais comme il ne voulait pas apprendre de dialogues pour un western spaghetti, le héros devint donc muet...

La neige est également utilisée comme "chambre froide naturelle" par Tigrero, le plus impitoyable des chasseurs de primes, boucher qui s'en sert pour stocker ses victimes avant de pouvoir empocher ses primes. Après tout, "le froid, ça conserve"...
Tigrero, c'est l'hallucinant acteur allemand Klaus Kinski, figure régulière du western de cette époque, futur collaborateur régulier de Werner Herzog (Nosferatu fantôme de la nuit, Fitzcarraldo, Aguirre la colère de Dieu). Kinski se régale à composer un méchant d'anthologie, suave, cynique et monstrueux, mais sans verser dans les excès...il joue presque avec retenue ce chasseur de primes chargé de débarrasser la région de tous ses hors-la-loi...
...sauf que la notion de ce qui est en dehors de la loi est décidée par les mauvaises personnes dans ces étendues sauvages.

Le gouverneur de la région ne veut donc plus cautionner ces meurtres et envoie un shérif signer un armistice. Exemple même du bureaucrate qui ne veut pas se salir les mains lui-même. Un peu pataud, le shérif est envoyé au casse-pipe sans renforts et doit se débrouiller par ses propres moyens. Gideon Burnett est incarné par le très bon Frank Wolff, second rôle vu la même année dans Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone.

La touche féminine est assurée par Vonetta McGee, qui faisait ici ses débuts avant d'apparaître notamment dans Blacula et La Sanction aux côtés de Clint Eastwood. Autre personnage touché par la tragédie et dont les actions sont dictées par sa vengeance...

Image

Dans cette petite ville de Snow (décidément) Hill, reculée et abandonnée, l'espoir n'est pas de mise. Sans trop en révéler sur les rebondissements du dernier acte, j'ajoute juste que j'ai rarement vu une fin aussi sombre, aussi nihiliste. Ce final prend aux tripes, par son intensité, par son atmosphère crépusculaire et désespérée. La musique de Ennio Morricone, toujours aussi marquante, se fait également ici plus discrète, plus mélancolique, parfaitement adaptée, comme souvent, aux émotions exprimées.

Malgré quelques mouvements de caméra un peu tremblotants et des transitions un peu sèches, Le Grand Silence est impressionnant de maîtrise et truffé de plans d'une grande beauté. Un superbe western !

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Nikolavitch » 14 Oct 2015, 18:21

Musique terrible, acteurs splendides, fin glaçante... Un film énorme.
Alex Nikolavitch
Des lunettes pour voir l'invisible en relief

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Photonik » 14 Oct 2015, 21:38

Un des tout meilleurs westerns transalpins que j'ai pu voir ; je le trouve même très supérieur au fameux "Django" du même Corbucci, que j'aime pourtant aussi énormément, dans une veine plus bis.
Trintignant (qui contrairement à Piccoli ne cherche pas à effacer les traces de son passage dans le cinoche d'exploitation italien, lui...) y est parfait. Il avait d'ailleurs le nez creux puisque la même année il jouait aussi dans le fabuleux giallo "La Mort a pondu un Oeuf", dont je risque de vous parler assez vite ici-même.

Quant à la fameuse fin, sans trop en dire, c'est l'une des plus génialement tétanisantes du genre, tout simplement. Le DVD édité par Canal +, sous la tutelle de l'incontournable Jean-Pierre Dionnet, comprenait d'ailleurs en bonus une fin alternative. Torchée à la 6-4-2 par Corbucci (qui souhaitait ainsi s'assurer que la fin qu'il voulait imposer soit préférée par la production), elle est assez impayable, dans le genre niais.
"La principale tentation du Mal est la provocation au combat." Franz Kafka

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Le Doc » 15 Oct 2015, 11:20

Le DVD édité par Canal +, sous la tutelle de l'incontournable Jean-Pierre Dionnet, comprenait d'ailleurs en bonus une fin alternative. Torchée à la 6-4-2 par Corbucci (qui souhaitait ainsi s'assurer que la fin qu'il voulait imposer soit préférée par la production), elle est assez impayable, dans le genre niais.


Je ne l'ai pas vu mais j'en ai lu une description et elle est en effet bien naze. C'était bien joué de la part de Corbucci... :wink:

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Photonik » 15 Oct 2015, 12:02

La voilà :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=p13gKTOpPc0[/youtube]
"La principale tentation du Mal est la provocation au combat." Franz Kafka

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Le Doc » 15 Oct 2015, 13:47

Merci ! Héhéhé...la description était bien juste...une fin alternative joliment et délibérément inadéquate...

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Photonik » 15 Oct 2015, 14:10

Le sujet que tu as ouvert me fait penser que je connais finalement très mal la filmo de Corbucci.
Je pense qu'il y a pas mal de choses très oubliables (dont le croquignolet "Pair et Impair, un Terence Hill / Bud Spencer de la grande époque...), voire bâclées (Corbucci était décrit par ses collaborateurs comme très inspiré mais dilettante).
Mais il doit bien y avoir d'autres pépites, même si elles n'atteignent pas le niveau stratosphérique de ce "Grand Silence". Des conseils, Doc ?
"La principale tentation du Mal est la provocation au combat." Franz Kafka

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Le Doc » 15 Oct 2015, 14:37

Je garde un très bon souvenir du film d'horreur Danse Macabre avec Barbara Steele qu'il a co-écrit et dont il a débuté le tournage avant de laisser le fauteuil de réalisateur à Antonio Margheriti (question d'empoi du temps, il a également réalisé 2 westerns cette année-là).
Parmi la flopée de westerns qu'il a signés, je retiens surtout Navajoe Joe avec Burt Reynolds, El Mercenario avec Franco Nero et surtout Companeros avec Tomas Milian et Franco Nero (le meilleur des 3). Ces 3 films n'ont pas le niveau du Grand Silence, qui reste (de ceux que j'ai vu) son meilleur film, mais ils ont chacun de chouettes qualités.
Pour le reste, c'est vraiment inégal. Juste après Le Grand Silence, il a quand même réalisé Le Spécialiste, un western spaghetti avec Johnny Hallyday. Sympatoche, mais totalement anecdotique... :wink:
Les Bud Spencer & Terence Hill restent de bons souvenirs de jeunesse...mais ça a tout de même sacrément mal vieilli...

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Photonik » 15 Oct 2015, 15:43

Tiens, je pensais que "Le Spécialiste" était un meilleur film que ça, il avait été plutôt encensé à sa ressortie en DVD il y a quelques années. Faut dire qu'il y a une vraie tendance à la surévaluation de ce type de films, quand ils refont surface.
J'avais lu par exemple beaucoup de bien de "Blindman", le western de Ferdinando Baldi, et j'ai pris le DVD du coup ; c'est plutôt sympa et bien foutu mais loin du chef-d'oeuvre annoncé à droite à gauche...

"Companeros", je le note, sans compter que j'adore ces deux acteurs (surtout Milian).
J'étais convaincu que "Danse Macabre" était l'oeuvre du seul Margheriti, tiens. Faut que je me le fasse celui-là, j'ai des tas de lacunes en cinoche d'horreur gothique.
"La principale tentation du Mal est la provocation au combat." Franz Kafka

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Le Doc » 16 Oct 2015, 19:40

À noter également que le premier tome de la bande dessinée Durango de Yves Swolfs est très influencé par Le Grand Silence :

Image

Image

Image

Re: LE GRAND SILENCE (Sergio Corbucci)

Messagepar Photonik » 16 Oct 2015, 19:58

Ah ouais...et pas qu'un peu, dis donc !!
"La principale tentation du Mal est la provocation au combat." Franz Kafka

Re: Il était une fois dans l'Ouest : Le Grand Silence (1968)

Messagepar Thiron » 24 Oct 2015, 00:24

C'est un des meilleurs western...et la fin prend vraiment au tripe...surtout que je ne m'y attendais absolumment pas. J'ai vu le film il y a un bail mais je m'en souviens encore tres bien preuve qie c'est un film qui marque.

Retourner vers Ciné-Club

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités