TPB & Co. + ordre de lecture Valiant comics

Re: TPB & Co. + ordre de lecture Valiant comics

Messagepar BenWawe » 31 Oct 2015, 23:14

Quel sujet passionnant et bien documenté ! Mais comme souvent avec Artemus, dont je découvre (avec plaisir) le travail sur son (passionnant) blog (qui fait mieux passer le temps au bureau :lol: ).
J'ai hâte de lire la suite, et je vais me plonger dans Valiant après avoir lu (et globalement apprécié) les cinq premiers épisodes de X-O MANOWAR.

Valiant une histoire, par Jim Sooter

Messagepar artemus dada » 03 Nov 2015, 13:28

Image

L'éditeur Valiant à l'aube des années 1990.

... L’idée principale de ce nouvel univers, en tant qu’il propose plusieurs séries mettant en scène différents personnages le tout interconnecté, est de proposer un monde où le lecteur pourrait bien entendu s’évader, nous sommes dans le divertissement, mais également un monde aussi proche de la réalité connue que faire se peut.
Au début Jim Shooter (Pour en savoir +) écrit la plupart des scénarios qui sont d'une manière générale très détaillés, un peu à la manière de ce que fait Alan Moore.
Cependant, dans certains cas, les dialogues et les récitatifs sont écrits après que le dessinateur ait fait son travail à partir d’un synopsis (plot) voir à cet effet X-O Manowar #01 (Pour en savoir +). Dans ce cas, explique Shooter, il s’est servi de ce que racontaient déjà les images pour écrire les textes dans les bulles et les récitatifs.

À ce propos Shooter toujours, précise que la Méthode Marvel® [-_ô] est somme toute assez variable en terme de contenu ; du plus sommaire, quelques paragraphes de descriptions courts, à des descriptions case par case remplies de détails.
Avec Kirby, Ayers ou Ditko dit-il, pas la peine de détailler.
Les scénarios de Claremont ressemblent quant à eux, à l’annuaire de Manhattan. Ceux de Wein ne sont pas épais, Mantlo idem.
Si ceux de Wolfman sont laconiques mais il cadence page par page, et à chaque phrase correspond peu ou prou une case.
Toutefois indique Shooter, si les scénarios peuvent être minces, le scénariste et le dessinateur passent souvent beaucoup de temps à en discuter.
Néanmoins conclut-il, ça dépend beaucoup de la personne avec qui l’on travaille, et a fortiori si on ne sait pas avec qui on va travailler.
Par exemple, dit-il je ne savais pas qui allait dessiner Magnus versus Predatot alors j’ai écris un scénario très détaillé.
Olivier Thierry dans SCARCE n°56 s’avise que Shooter écrit des histoires « totalement non intellectuelles mais ô combien divertissantes ».

Donc Valiant choisit dés le départ d’inscrire ses personnages dans une attitude rationnelle, pas de masque, des individus montrés dans leur quotidien, la ligne créative de Valiant imite le parti pris de Watchmen et celui des Fantastic Four.
Du moins l'idée des premiers numéros où les Fantastiques démarrent leurs aventures sans costumes, "c'était pour les faire évoluer dans un monde plus réel et scientifique que les autres". (Pour en savoir +)

Homogénéité du style puisque Jim Shooter écrit tout ou de toute manière relit et corrige ce qu’il n’écrit pas. Homogénéité du dessin également.
On invite les dessinateurs à garder le style de leur prédécesseur lorsqu’il y a un changement dans une série.
Cette identité artistique homogène est par ailleurs renforcée par la colorisation qui est réalisée au pinceau et à l’aquarelle, à une époque où la couleur par ordinateur est une technique encore balbutiante et où les concurrents utilisent des plages de couleurs unies.
La couleur est un domaine dira Jean-paul Gabilliet, qui des années 30 aux années 80 a été longtemps aux U.S.A le parent pauvre de l’industrie de la bande dessinée.
Chacun des deux grands éditeur du secteur DC & Marvel, avait développé un style chromatique qui lui était propre.
mais la mise en couleurs, pas plus que sa qualité, n’ont jamais été pour eux des arguments commerciaux : « palette délavée pour DC et surabondance de couleurs primaires pour Marvel ».
À partir des années 1990 la mise en couleur par laser changera petit à petit la donne et de nos jours, les coloristes disposent de plusieurs millions de teintes.
mais à l'époque ce n'est pas encore le cas, et Shooter fait même des esquisses pour les couvertures afin qu’elles acquièrent un visuel qui se distingue de la masse.
Il faut dire que dès ses débuts il envoyé à DC Comics des scénarios mêlant texte et dessins. À cette époque là, il suivait des cours de dessin, une activité qu'il pratiquait par ailleurs depuis sa toute jeune enfance. Je rappelle néanmoins que l'on parle d'un temps où Shooter n'a que 13 ans. ce qui ne l'empêche pas d'écrire pour DC.
On peut d'ailleurs raisonnablement se poser la question de la qualité des histoires de l'époque, ou sur la précocité du talent de Shooter.

Mais revenons au début des années 1990.

Image
(Pour en savoir +)

Pour marquer son identité rien n'est laissé au hasard, ainsi le logo de l’éditeur est-il étudié pour se démarquer de ce qui se fait ailleurs.
Shooter travaille en étroite collaboration avec Jayjay Jackson qui réalisera les logos Solar, Magnus, Harbinger, X-O Manowar, etc.
Les parutions Valiant tranchent sur ce qui se fait.

Shooter est un editor-in-chief dans la droite ligne du poste qu’il occupait jadis à la Marvel, c’est-à-dire qu’il est en charge de tout ce qui a trait au créatif, écrire les scripts ou les relire, superviser les relectures, les corrections et la production. S’occuper des couvertures donc, écrire un éditorial, garder en mémoire le dessein générale, la continuité. Mais aussi l’aspect marketing.
Shooter comme on le voit, du moins d’après lui en tout cas, avait une idée précise de ce qu’il voulait : « J’aimais le rythme des américains et le découpage des européens. »
Il voulait des comics « clair, facile à lire [..]. (Où le lecteur) se concentre sur ce qui se passe à l’intérieur des cases plutôt que sur la forme des cases ».

Jim Shooter a écrit:Le Valiant universe était un peu tiré du New Universe de Marvel. J'ai essayé d'introduire autant de rationalité scientifique que possible [..].
Toutes les histoires avaient une date et des heures précises. Si un évement survenait dans Harbinger, Solar pouvait le lire dans le journal avec la date et l'heure. Tout était exacte.
Je mettais de l'emphase sur les histoires, la manière de les raconter et leur clarté.
En d'autres termes, j'ai fait ce que Stan Lee m'avait appris à faire, ce que Stan et Jack ont fait dans les années 60.
Quand on a commencé personne ne faisait cela. [...]

(Entretien accordé à Olivier Thierry Scarce n° 46 & 47)


(À suivre ...)

Re: TPB & Co. + ordre de lecture Valiant comics

Messagepar Blackiruah » 05 Nov 2015, 14:28

Passionnant, en somme toute Shooter est revenu avec l'idée de refaire des comics comme d'antan dans la synergie mais avec une perception plus moderne des faits. J'espère pouvoir mettre la main sur du valiant VF des années 90 un jour...
Image

Projet de Frise Marvel ICI

Re: TPB & Co. + ordre de lecture Valiant comics

Messagepar artemus dada » 05 Nov 2015, 20:27

Blackiruah a écrit:Passionnant, en somme toute Shooter est revenu avec l'idée de refaire des comics comme d'antan dans la synergie mais avec une perception plus moderne des faits.


Oui, c'est l'idée.

Précédente

Retourner vers Valiant

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité