AVENGERS : STANDOFF ! BIENVENUE À PLEASANT HILL ! (2)

Je continue ma lecture du crossover intitulé Standoff, et qui dit crossover dit plusieurs séries concernées :

Agents of S.H.I.E.L.D. #03
Uncanny Avengers #07
All-New, All-Different Avengers #07
New Avengers #08
Howling Commandos of S.H.I.E.L.D. #06
Captain America - Sam Wilson #07

« Tout ne faisait que commencer » (UBIK)

…. La première remarque qui me vient à l’esprit concerne la lisibilité de l’histoire.
Bien que ne lisant aucune des séries listées ci-dessus, leur lecture ne m’a demandé aucun éclaircissement supplémentaire à ceux donnés dans chaque numéro. Tout y est bien récapitulé, et chaque personnage défini de manière efficace.

Il faut dire aussi que le scénario est assez simple.

Un petit air de Twin Peaks ?

Ainsi l’idée de Pleasant Hill - à savoir une prison inventée par quelqu’un qui aurait un peu trop lu Philip KDick (sic) - est-elle rapidement évacuée, au profit d’une « bataille de polochons » géante.
Rien n’est dit d’essentiel dans ces numéros parus au mois de mars 2016 (voir supra), et rien ne fait vraiment avancer l’intrigue, amorcée avec les deux premiers numéros du crossover (dont le Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01 lui aussi paru en mars 2016).

Reste le plaisir de revoir tel ou tel personnage : Deathlok, Rick Jones pour qui j’ai toujours eu un faible (probablement à cause de sa longue proximité avec les super-héros sans qu’il n’en soit un lui-même), le Démolisseur pour qui j’ai (inexplicablement) beaucoup d’affection, ainsi que son équipe. D’ailleurs l'épisode en question des Uncanny Avengers est vraiment sympatoche, du Gerry Duggan pur sucre.

Ou d’en voir certain, comme cet American Kaiju que je ne connaissais pas et dont j'ai méchamment envie de faire la connaissance.

En outre, il est amusant de voir que la « réécriture » n’est pas le seul apanage de Kobik. Dans les New Avengers par exemple, il suffit de réinterpréter un acronyme pour en faire tout autre chose. (Une chouette idée soit dit en passant)

…. Comme dit précédemment Nick Spencer semble aimer recycler les idées des autres (ce qui pour ma part ne m’apparaît pas comme un défaut), bien conscient semble-t-il qu’il est de toute façon difficile de faire autrement, il s’amuse à faire des clins d’œil à ses propres sources :

N'est-ce pas Numéro 6 !?

Frank J. Barbiere, Brent Schoonover & Nick Filardi semblent être sur la même longueur d’onde ; si ce n’est qu’ils citent Le Village des damnés.

 

Mark Waid & Adam Kubert d’une coté, Nick Spencer & Jesus Saiz de l’autre, nous offrent un clin d’œil au principe de continuité en nous proposant une lecture synchronique de la vie de Sam Wilson, à la fois Captain America et Avengers, lorsqu’il se Coltine/coltinera le Green Skull.

…. À mi-parcours (8 épisodes de lus sur 17) le bilan que je tire est positif : en plus d'une lecture agréable, les différents auteurs en charge de leur série respective proposent des petits bonus extra-diégétiques toujours bienvenus.

(À suivre ....)
______________

Scénario : 7/10
Dessin : 7/10
Facteur de coolitude : 7/10
Appréciation globale : L’important, c’est de participer

Partagez cette news :

par artemus dada

Site/blog perso : http://artemusdada.blogspot.com/

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

17 commentaires

Avatar de artemus dada

Jack! a écrit:[..] Et la charge homo-érotique ne t'a pas (ha-hum) sauté au visage ?
[..]


Il faut croire que non, en tout cas pas autant qu'avec ce numéro de Captain America, mais à l'occasion je jetterai un coup d’œil à Grayson

Avatar de Jack!

artemus dada a écrit:Pas assez attentivement (Pour en savoir +) si j'en crois ta remarque. :)

Oui, il me semblait bien avoir lu ça. Et la charge homo-érotique ne t'a pas (ha-hum) sauté au visage ?

Image

Avatar de artemus dada

Jack! a écrit:
artemus dada a écrit:Je n’avais jamais vu auparavant, un personnage masculin dessiné et cadré d’une manière à lui faire exprimer une telle charge érotique, dans une BD d'encapés grand public.

Tu n'as donc pas lu Grayson ?


Pas assez attentivement (Pour en savoir +) si j'en crois ta remarque. :)



Excellente chronique, Artemus. Comme d'habitude.


Merci.

Avatar de Jack!

artemus dada a écrit:Je n’avais jamais vu auparavant, un personnage masculin dessiné et cadré d’une manière à lui faire exprimer une telle charge érotique, dans une BD d'encapés grand public.

Tu n'as donc pas lu Grayson ?

Au lieu de développer ces deux excellents idées, les auteurs nous servent un long affrontement, certes ponctué de quelques belles idées, voire de très bonnes idées joliment traitées, mais de tout de même seize épisodes. L'éternité c'est long, surtout vers la fin.

Ce qui est d'autant plus frustrant que Spencer prépare ce projet dans sa tête depuis un petit moment (un ou deux ans, à vu de nez).

Cela dit, il y a au moins un point qu'il est bon de souligner, c'est que Standoff est la première saga évènement (ou crossover) qui oppose des héros à une bande de super-vilains depuis très très longtemps. Sans rire. D'une certaine manière, c'est une histoire qui va à contre-courant (au contraire du futur Civil War II). Ne serait-ce que pour ça, je félicite l'équipe.

Excellente chronique, Artemus. Comme d'habitude.

Avatar de artemus dada

Image
Commentaire©™ certifié 100% spoiler

…. Dans la chronologie (officieuse) du crossover Standoff que j’ai utilisée, le neuvième numéro de Captain America – Sam Wilson en est l'épilogue.
Écrit par Nick Spencer – le « showrunner » de Standoff – et dessiné par Angel Unzueta ce numéro à l’acmé dramatique tout aussi extraordinaire que stupéfiant, vaut notamment pour les 6 planches qui remettent en selle Steve Rogers et surtout, confirment Sam Wilson dans son rôle (voir les planches numérotées 12 à 17, en comptant la page des crédits et du « previously in … », d’ailleurs toujours très soignée esthétiquement parlant).

Le choix que fait Spencer est tellement too much que je m’attendais à voir, contrairement à ce qui s’y déroule, le mercenaire et ex-joueur professionnel Chance dire à Wilson : « Alors ça a marché ? » « Ils y ont cru ? » ou voir une lueur « Hail Hydra ! » s’allumer dans le regard de Rogers. (Pour le coup c'est surtout un pied de nez aux conservateurs de tous poils qui s'y allume)

Cette séquence, qui par ailleurs est très efficace et dynamitement (sic) mise en scène, semble tellement incroyable, tellement sur-réaliste, même dans une bande dessinée de grande consommation comme celle-là, que j’ai mis du temps à m’en remettre.

L’autre point que j'aimerai aborder, concerne la représentation de Steve Rogers dans son nouveau costume.

Je n’avais jamais vu auparavant, un personnage masculin dessiné et cadré d’une manière à lui faire exprimer une telle charge érotique, dans une BD d'encapés grand public.
La résille, placée - à cet endroit précis - sur son nouvel uniforme, accentue encore cette sensation.
Les cases où apparaît Sam Wilson en tenue d’Adam, achèvent les derniers doutes : cette BD a un sex-appeal à nul autre pareil.

Il est par ailleurs cocasse de constater que la plastique de Wilson est beaucoup plus mise en valeur que celle de sa partenaire. Contrairement à tous les usages d’une BD destinée, en priorité, à des adulescents mâles. [-_ô]

Un épisode (encore) mené tambour battant qui ne ménage ni les surprises, ni le lecteur.
L’équivalent séquentiel de la Pervitine© : impossible se s’arrêter de lire.

Image
Ô Captain! My captain!

Ordre de lecture proposé a écrit:Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Omega #01
Captain America - Sam Wilson #09

…. Le dernier numéro du crossover, intitulé : Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Omega (un numéro au titre tellement programmatique qu’il peut – presque – nous éviter d’en lire le contenu) sonne le glas de Pleasant Hill & du projet « Kobik », ainsi que celui de mes espérances.
Il est à lire avant Captain America - Sam Wilson n°9, mais confirme ce à quoi je m’attendais depuis Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01 (c’est-dire le deuxième numéro du crossover) : Standoff est surtout une histoire dopée à la créatine de « série B », qui n’utilise les deux excellentes idées de son scénario que comme prétexte.

Aussi rapidement faisons-nous la connaissance de Pleasant Hill que cette charmante banlieue est mise à feu et à sang.
Le rôle de Kobik est tout aussi homéopathique. Bien que persistant, le rôle de ce personnage n'est que de la poudre aux yeux.
Au lieu de développer ces deux excellents idées, les auteurs nous servent un long affrontement, certes ponctué de quelques belles idées, voire de très bonnes idées joliment traitées, mais de tout de même seize épisodes. L'éternité c'est long, surtout vers la fin.

J’ai notamment trouvé très frustrant de faire d’un fragment de « cube cosmique » (ce qui n'est pas rien dans l'univers 616 de la Maison des Idées) une simple petite fille dont le souhait est de ouvrez les guillemets : rendre heureux tout le monde.
C’est dommage que sur un matériau aussi prometteur l’imagination de Nick Spencer n’accouche que de cette idée bien faiblarde.

Il y avait pourtant matière à inventer là, un personnage extra-ordinaire, différent de l’approche anthropomorphique un peu désuète de cette science-fiction d’opérette que le scénariste-en-chef nous sert ici.
Idem pour Pleasant Hill, quitte à inviter une source comme Le Prisonnier de Patrick McGoohan, ou l’ombre tutélaire de Philip K. Dick autant attendre un peu avant de raser la ville.

Bref, Standoff me laisse un sentiment mitigé.

Image

…. Plongé dans sa lecture, indéniablement le charme opère, mais une fois terminé, comme pour Cendrillon ce magnifique « carrossover » redevient la citrouille qu’il n’avait jamais cessé d’être en réalité (sic).

Lire Standoff c’est comme de visiter Interzone (de W.S. Burroughs) sous dramaxes*.
Mais lorsque ça se termine, si l’envie d’y revenir à tête reposée (si je puis dire) vous prend, un sentiment de vacuité risque de vous étreindre jusquà l'étouffement

Une seule alternative : abandonner tout espoir ainsi que la lecture des fascicules illustrés de super-héros, ou y replonger derechef afin de faire disparaître cette vilaine sensation d’incrédulité qui ne manquera pas de vous titiller.

Ça tombe plutôt bien, les deux majors du secteur intensifient la périodicité bimensuelle de leurs revues. Le vide risque d’encore augmenter, mais il est rassurant de savoir qu’on pourra avoir sa dose plus souvent.

Image
Scénario : 8/10 (en )
Dessin : 8/10 (en )
Facteur de coolitude : 9/10 (en )

Appréciation globale : E pericoloso sporgersi
______________
*Dramaxe, subst. masc.
Stéréotype de type idéologique, cliché, axiome logique, etc. Unité de sens simple.
Produit du récit lorsqu’il est associé à d’autres dramaxes (Cf. Colas Duflo)

Avatar de soyouz

Jim Lainé a écrit: Alors ses pouvoirs mentaux lui permettent de se mettre à jour en fouillant dans l'esprit de son entourage, selon moi.



Et lui permettent d'être à deux endroits quasiment en même temps ! :mrgreen:

Avatar de Fred le Mallrat

Jack! a écrit:
Jim Lainé a écrit:Mais c'est bien le Crâne avec le cerveau de Xavier, qu'on voit dans les épisodes de Remender et Cassaday ? Alors ses pouvoirs mentaux lui permettent de se mettre à jour en fouillant dans l'esprit de son entourage, selon moi.
(Ou alors je m'y perds totalement, ce qui est loin d'être impossible.)




Jim

De toute manière, même le "premier" Crâne Rouge n'a pas passé tellement de temps avec sa fille si je me rappelle bien. Elle apparait chez DeMatteis (ou est-ce Englehart ?) puis revient chez Brubaker. Et dans les deux cas, on ne peut pas dire que la relation père/fille lui tienne particulièrement à cœur (de glace).


on la revoit chez Gruenwald avec ses "soeurs" il me semble..

J entend ce que vous dites mais la position de ce red skull est ambigue depuis le départ...
Parfois il est un peu proposé comme le "vrai' car justement il ne connait pas CE zemo, pas la plupart des villains ni les organisations qu il a financé du temps d englehart...
Le postulat de départ était un peu con (un clone avec les souvenir que de 1944).. et là souvent on sent qu on sait pas trop quoi faire.. une sorte de Ben Reilly pas toujours assumé

Avatar de Jim Lainé

Jack! a écrit:Elle apparait chez DeMatteis (ou est-ce Englehart ?)


DeMatteis, oui.



Jim

Avatar de nikohell

Sin et Crossbones sont très discrets malgré tout dans leurs interventions auprès de lui. Un peu comme s'il parlait seul et ne se souciait pas d'eux ... seraient-ils sous influence eux aussi ?

Avatar de Jack!

Jim Lainé a écrit:Mais c'est bien le Crâne avec le cerveau de Xavier, qu'on voit dans les épisodes de Remender et Cassaday ? Alors ses pouvoirs mentaux lui permettent de se mettre à jour en fouillant dans l'esprit de son entourage, selon moi.
(Ou alors je m'y perds totalement, ce qui est loin d'être impossible.)




Jim

De toute manière, même le "premier" Crâne Rouge n'a pas passé tellement de temps avec sa fille si je me rappelle bien. Elle apparait chez DeMatteis (ou est-ce Englehart ?) puis revient chez Brubaker. Et dans les deux cas, on ne peut pas dire que la relation père/fille lui tienne particulièrement à cœur (de glace).

Avatar de KabFC

Non c'est bien celui-là.

Avatar de Jim Lainé

Fred le Mallrat a écrit:Par contre, ce qui me gène c est que CE Red Skull est celui d Uncanny Avengers cad un clone qui a le souvenir du skull jusqu en 1945...
Spencer l utilise parfois comme le skull qui est mort durant Reborn (Brubaker).. en tout cas le lien avec Sin, Crossbones etc etc est pas clair.


Mais c'est bien le Crâne avec le cerveau de Xavier, qu'on voit dans les épisodes de Remender et Cassaday ? Alors ses pouvoirs mentaux lui permettent de se mettre à jour en fouillant dans l'esprit de son entourage, selon moi.
(Ou alors je m'y perds totalement, ce qui est loin d'être impossible.)




Jim

Avatar de Benoît

artemus dada a écrit:C'est sûr que pour ce type d'histoire Panini aurait eu une excellente idée en regroupant tout ça en 3 hors-séries format "kiosque", que j'aurais dit YES!!!
L'éditeur sortira sûrement un recueil en librairie onéreux et idéal pour l'aménagement intérieur, cela dit. Voire un coffret.


En hors-série, j'aurais peut-être eu la curiosité d'y jeter un œil mais je ne suis pas disposé à mettre plus cher pour lire cette histoire, sachant qu'il n'y a que Captain America qui m'intéresse potentiellement dans le lot et que je n'ai aucune envie de lire les autres séries.

Avatar de Jack!

Fred le Mallrat a écrit:Spencer l utilise parfois comme le skull qui est mort durant Reborn (Brubaker).. en tout cas le lien avec Sin, Crossbones etc etc est pas clair.

Cela dit, considérant le personnage, il n'y a rien de surprenant à ce qu'il utilise sa fille sans aucune once de sentiment ni de remord. Elle pourrait être n'importe quel fidèle que ça ne changerait pas grand chose, tant qu'elle le sert. Et là où va Sin, Crossbone suit.

Sans trop entrer dans les détails, ça me parait plutôt logique tant que l'auteur ne fait pas d'impair. J'étais plus intrigué par les connaissances de Helmutt Zemo mais, après vérification, il s'avère qu'il est né avant la deuxième guerre Mondiale.

Avatar de Fred le Mallrat

soyouz a écrit:
oui, moi aussi, dans la case que cite Fred juste au-dessus ! Pour moi, y a un sous-entendu (après, je m'y perds un peu avec tous ces Crânes ... mais peut être que la solution est toute simple en fait, en y repensant)


c est ce que je dis.. il sous entend qu il a un plan.. mais on le connait pas.

Par contre, ce qui me gène c est que CE Red Skull est celui d Uncanny Avengers cad un clone qui a le souvenir du skull jusqu en 1945...
Spencer l utilise parfois comme le skull qui est mort durant Reborn (Brubaker).. en tout cas le lien avec Sin, Crossbones etc etc est pas clair.

artemus dada a écrit:
Benoît a écrit:17 épisodes... à suivre sur plusieurs séries en plus. Je crois que je vais me contenter de la lecture de tes commentaires pour avoir un aperçu de cette histoire, n'ayant jamais été vraiment convaincu par l'écriture de sagas à plusieurs mains. :wink:


C'est sûr que pour ce type d'histoire Panini aurait eu une excellente idée en regroupant tout ça en 3 hors-séries format "kiosque", que j'aurais dit YES!!!
L'éditeur sortira sûrement un recueil en librairie onéreux et idéal pour l'aménagement intérieur, cela dit. Voire un coffret.

L'écriture à plusieurs mains, de ce que je peux en juger, marche très très bien ; c'est vraiment un crossover sympathique à lire dans l'ensemble.


Yep.. ou du moins plus le rapprocher des séries de spencer qui sont les plus impactées.

Avatar de artemus dada

Benoît a écrit:17 épisodes... à suivre sur plusieurs séries en plus. Je crois que je vais me contenter de la lecture de tes commentaires pour avoir un aperçu de cette histoire, n'ayant jamais été vraiment convaincu par l'écriture de sagas à plusieurs mains. :wink:


C'est sûr que pour ce type d'histoire Panini aurait eu une excellente idée en regroupant tout ça en 3 hors-séries format "kiosque", que j'aurais dit YES!!!
L'éditeur sortira sûrement un recueil en librairie onéreux et idéal pour l'aménagement intérieur, cela dit. Voire un coffret.

L'écriture à plusieurs mains, de ce que je peux en juger, marche très très bien ; c'est vraiment un crossover sympathique à lire dans l'ensemble.

Avatar de Benoît

artemus dada a écrit:…. À mi-parcours (8 épisodes de lus sur 17) le bilan que je tire est positif : en plus d'une lecture agréable, les différents auteurs en charge de leur série respective proposent des petits bonus extra-diégétiques toujours bienvenus.

(À suivre ....)
______________

Scénario : 7/10
Dessin : 7/10
Facteur de coolitude : 7/10
Appréciation globale : L’important, c’est de participer

17 épisodes... à suivre sur plusieurs séries en plus. Je crois que je vais me contenter de la lecture de tes commentaires pour avoir un aperçu de cette histoire, n'ayant jamais été vraiment convaincu par l'écriture de sagas à plusieurs mains. :wink: