Bande-annonce : Iron Fist

Après avoir disparu pendant plusieurs années, Danny Rand revient à New York pour combattre les criminels qui en ont fait une ville corrompue, grâce à ses connaissances en kung-fu et la puissance destructrice de son poing de fer.


 

Finn Jones (Game of Thrones) est Danny Rand, alias Iron Fist.

Après Daredevil, Jessica Jones et Luke Cage, le dernier Defender arrive sur Netflix le mois prochain.  

Les 13 épisodes de la saison 1 seront mis en ligne le 17 mars.

 

La bande-annonce V.O. :

 

Player Sanctuary

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

16 commentaires

Avatar de Vik

Globalement, j'ai trouvé ça assez bon. Meilleur que Daredevil, bien meilleur que Luke Cage, avec moins de longueurs et une intrigue et des personnages qui avancent. Bizarre que les gens aient réservé à cette série un accueil si frileux.

Le traitement de la Main surprend, mais pas en négatif.

Des fois il y a un manque de visibilité dans les combats. De plus, certains sont parfois un peu mous, ou complètement téléphonés, voire manquant de puissance visuelle. C'est dommage pour la partie kung-fu. Ah oui, surprise, Claire est devenue une bonne combattante en quelques jours.

C'est marrant, j'ai vu le nom de Vincent D'Onofrio au générique, et pourtant, je ne me rappelle pas l'avoir vu dans aucun épisode.

La fin de la série m'interpelle quant à son intégration avec l'équipe toute entière.

Avatar de Vik

Bon le premier épisode est pas mal, assez bien rythmé, pose les bases, se passe en plein jour (au lieu de ces filtres dégueulasses). Je suis optimiste pour la suite. A part le look de Dany... Image

Avatar de sylvain cordurié

KabFC a écrit:Dans les séries de super-héros, moi je suis très fan de Flash. On est en plein dans ce que j'aime chez les super-héros. Un héros avec la foi dans son action, une team de héros, des défis, de la romance, un aspect ultra feuilletonnesque, ca sourit, et rien que ça ca fait un bien fou.

Moi aussi.
Le show conserve une fraîcheur... rafraîchissante.
Le cast est "joyeux". Le bordel des voyages temporels, de la Force Véloce, du Multivers est plutôt bien géré (faut quand même se représenter le défi).
C'est plein de bons sentiments. Et familial, mais pour une fois, dans le bon sens du terme.

Avatar de KabFC

Dans les séries de super-héros, moi je suis très fan de Flash. On est en plein dans ce que j'aime chez les super-héros. Un héros avec la foi dans son action, une team de héros, des défis, de la romance, un aspect ultra feuilletonnesque, ca sourit, et rien que ça ca fait un bien fou.

Avatar de penitent

sylvain cordurié a écrit:Ce qui se passe à la télé (sauf les trucs de la CW, Flash mis à part) et au ciné m'intéresse plus que les comics en eux-mêmes aujourd'hui.
C'est triste, mais c'est comme ça.


C'est aussi mon sentiment.
Il reste quelques séries comics que je suis, mais en vérité davantage pour les auteurs ou artistes qui les réalisent que pour les héros eux-mêmes. Alors que ma curiosité pour les adaptations télé n'est pas entamée (même, si comme toi, je n'y arrive pas avec les productions CW).

Marvel a eu aussi l'intelligence de développer "Daredevil", "Jessica Jones", "Luke Cage" et "Iron Fist" pour le petit écran, puis, comme pour ils ont procédé au ciné avec les Avengers, de préparer patiemment le terrain pour "Defenders". La télé devient le territoire des "héros de la rue", le ciné est celui des "super-héros" avec ses univers plus spectaculaires. Je trouve que c'est intelligemment pensé, alors que Supergirl ou Flash à la télé, c'est juste trop cheap, on ne peut pas regarder sans sourire.

J'aurai aussi préféré que Black Widow et Hawkeye soient adaptés à la télé, un support qui leur aurait mieux convenu : une histoire d'espionnage pour l'une (avec une actrice plus crédible que Scarlett Johansson en prime - une erreur de casting pour moi : elle n'est pas Natasha), une série inspirée du run de Fraction et Aja pour l'autre, ça aurait donné quelque chose d'extra.

Avatar de sylvain cordurié

Oncle Hermes a écrit:
sylvain cordurié a écrit:Les séries Marvel - hormis Legion qui est une grosse claque - ne forment pas le dessus du panier des prods TV. Mais globalement, elles remplissent leur office. Elles offrent de bons divertissements, plutôt soignés. On peut en attendre plus, but it is what it is.

Elles ne forment pas le dessus du panier des séries télé, mais les meilleures d'entre elles forment le dessus du panier des séries télé adaptées de comics de super-héros. 8)

Entièrement d'accord (sauf pour Luke Cage).
Mais je ne critiquais pas. Je réagissais aux commentaires un peu mordants qu'on peut lire partout, parfois même ici, sur les séries Marvel/Netflix.
Perso, même si c'est perfectible, je ne boude pas mon plaisir de voir tous ces développements. Et d'autres à venir.
Ce qui se passe à la télé (sauf les trucs de la CW, Flash mis à part) et au ciné m'intéresse plus que les comics en eux-mêmes aujourd'hui.
C'est triste, mais c'est comme ça.

Avatar de Oncle Hermes

J'ai fini la saison d'Iron Fist hier soir. J'ai plutôt bien apprécié dans l'ensemble, même si dans le détail je serai bien moins uniment enthousiaste que notre Penitent.

Le principal reproche que j'aurais à faire est une tendance à trop vouloir en faire. Certes toutes les sous-intrigues parviennent à se rejoindre et à être bouclées au 13e épisode, mais je n'ai pu m'empêcher à plusieurs reprises en cours de route de ressentir un trop-plein / trop vite, alors que les scénaristes nous balancent des tas d'éléments qui auraient pu mériter d'être plus profondément explorés.

Le début de la série m'a ainsi fait rêver à ce qu'aurait pu donner son concept en mêlant un traitement à la The OA, avec Danny en revenant "déphasé" d'une autre dimension, et le côté action street level des séries Marvel-Netflix, qui en aurait fait un défenseur des SDF, marginaux et autres déclassés. Suis-je fou de penser qu'il y aurait eu matière au moins à une demi-saison, voire à une saison complète, rien qu'avec ça ? Ce n'est en tout pas l'option retenue par la série puisque ce premier aspect est plié en deux épisodes et demi, et Danny "réinstallé" dans les hauteurs de sa multinationale. Là encore, il y avait matière à un traitement prolongé avec les pistes lancées à partir de là, en particulier la difficulté (ou l'impossibilité ?) de combiner héroïsme idéaliste et gestion d'une grosse société rapace et trempant dans un tas de trucs occultes (Angel saison 5, quelqu'un ?). Là encore, la série remballe l'idée en deux épisodes et demi, laissant place à... un nouveau diptyque d'épisodes, le 6e étant le premier point culminant de la série avec sa séquence de tournoi.

S'en suit malheureusement un long "ventre mou" (épisodes 7 à 9) qui a bien failli me faire décrocher de la série, laquelle se met à ressembler à un ersatz d'Arrow (dans ses moins bonnes périodes, qui plus est), alors qu'elle avait à mon sens réussi initialement à éviter le parallélisme auquel la ressemblance des pitchs pouvait inviter. Le foireux épisode du voyage en Chine, l'interminable crise de nerfs de Ward, la mort et le retour solomongrundyesque de Harold, les longues scènes autour de la captivité et des interrogatoires de Gao, l'improbable transformation de Claire Temple en super-combattante, et de façon générale l'éclatement des sous-intrigues et des personnages qui ne se parlent quasiment plus, chacun ayant sa petite histoire à mener dans son coin, ont bien failli avoir raison de mon envie de poursuivre et ont, en tout cas, sérieusement impacté le rythme auquel je regardais les épisodes. Fort heureusement, la persévérance paie et les quatre derniers épisodes de la saison en forment la meilleure partie, grâce à l'entrée en jeu de Bakuto et de Davos mais aussi au retournement de situation complexifiant la présentation de la Main, tandis que l'ensemble des intrigues convergent à nouveau à un rythme prenant, marqué de combats de plus en plus impressionnants.

On aura compris que je suis loin de placer Iron Fist au niveau de réussite de Jessica Jones, même si je suis également loin de penser que la série mérite le tombereau de m**** qu'elle a reçu. La saison s'achève de façon positive pour moi (alors que je n'ai pas tenu jusqu'à la fin de la première saison de Daredevil, pour situer).

Les acteurs font le job. L'épisode 6 sort du lot avec la "patte" de RZA qui le réalise, alors certes c'est kistch à crever mais il faut reconnaître que dans son genre... ça tabasse bien. Le contenu des scènes d'action évolue sur la durée de la saison dans un crescendo intelligent et, il faut le reconnaître, risqué (cf. toutes les critiques, de professionnels ou d'amateurs, ayant parlé de combats "décevants", "trop mous", etc., ce qui laisse deviner un jugement fixé à partir des premiers épisodes seulement). Du côté de l'interconnexion avec les autres séries Marvel-Netflix, j'ai notamment apprécié le retour de Jeri Hogarth, et même si Claire Temple m'a un peu tapé sur les nerfs ici, je reconnais que son "arc" distillé à travers les différentes séries est intéressant. (Bizarre, tout de même, vu le nombre de fois où elle mentionne qu'elle a des amis avec de super-pouvoirs, que personne ne songe à aller leur demander de l'aide...) Enfin, même si le budget de la série nous empêche d'avoir droit à des versions filmées de K'un-Lun et de Shou-Lao, cet Iron Fist ne fait pas dans la demi-mesure pour donner aux fans une palanquée de personnages et d'éléments en provenance de la série papier (sans oublier l'intéressante requalification de Madame Gao, de Daredevillesque mémoire, en Mère Grue, même si le nom n'est pas prononcé). Quitte donc, peut-être, à en faire cependant un peu trop pour son propre bien, même si le résultat n'est pas indigne.


sylvain cordurié a écrit:Les séries Marvel - hormis Legion qui est une grosse claque - ne forment pas le dessus du panier des prods TV. Mais globalement, elles remplissent leur office. Elles offrent de bons divertissements, plutôt soignés. On peut en attendre plus, but it is what it is.

Elles ne forment pas le dessus du panier des séries télé, mais les meilleures d'entre elles forment le dessus du panier des séries télé adaptées de comics de super-héros. 8)

Avatar de sylvain cordurié

penitent a écrit:J'ai l'impression qu'il y a une sorte d'attente malsaine de voir Marvel se prendre un vrai gadin, comme si leur réussite commerciale à l'écran indisposait. Il n'est pas question de prétendre que tout est génial, mais prédire la chute de l'empire Marvel parce que "Ant-Man" ou "Dr. Strange" ne rapportent pas un milliard de $, c'est tirer des conclusions un peu tendancieuses.

Il y a des critères d'exigence qui amusent parfois, tu sais.
Autant Luke Cage me semble un ratage partiel, dans le fond comme dans la forme, malgré les tout premiers épisodes prometteurs (promesse non tenue), autant Iron Fist me semble réussi pour ce que j'en ai vu.
Les séries Marvel - hormis Legion qui est une grosse claque - ne forment pas le dessus du panier des prods TV. Mais globalement, elles remplissent leur office. Elles offrent de bons divertissements, plutôt soignés. On peut en attendre plus, but it is what it is.
Et il y a de jolies découvertes. Je maintiens que Jessica Henwick et surtout Tom Pelphrey sont de vraies révélations.

Avatar de Hush

Arty, sors de ce corps!!!

Avatar de Vik

"Luke Cage" était une brillante métaphore du mouvement "Black Lives Matter", avec son héros résistant aux balles alors qu'il se promène dans les rues de Harlem avec un "hoodie" - toutes choses lues dans les pages de "Télérama" ou "Première".

Ah.

Moi j'ai juste trouvé ça chiant...

Avatar de penitent

En tout cas, je ne comprends pas l'hostilité de nombreux critiques contre cette série, considérée comme la pire de la collection Marvel/Netflix (et même au-delà). Ces réactions m'avaient déjà déconcertées avant même que je commence à regarder.

J'ai l'impression qu'il y a une sorte d'attente malsaine de voir Marvel se prendre un vrai gadin, comme si leur réussite commerciale à l'écran indisposait. Il n'est pas question de prétendre que tout est génial, mais prédire la chute de l'empire Marvel parce que "Ant-Man" ou "Dr. Strange" ne rapportent pas un milliard de $, c'est tirer des conclusions un peu tendancieuses.

Par ailleurs, pour en revenir à "Iron Fist", la comparaison avec les articles sur "Luke Cage" laisse songeur : il paraît que "Luke Cage" était une brillante métaphore du mouvement "Black Lives Matter", avec son héros résistant aux balles alors qu'il se promène dans les rues de Harlem avec un "hoodie" - toutes choses lues dans les pages de "Télérama" ou "Première".

"Iron Fist" est plus modeste dans sa conception, il n'y a pas de message (même si l'éducation de Danny à K'un Lun ou la récupération de Colleen et ses élèves par la section de la Main de Bakuto évoquent celles des sectes - des enfants embrigadés, aussi malades que les héritiers Meachum) mais justement ça amène un aspect plus simplement divertissant que les précédentes séries (où la violence, les traumas étaient parfois envahissants).

J'espère que "Defenders" poursuivra dans cette veine au lieu de (re)plonger dans une intrigue trop noire.

Avatar de sylvain cordurié

penitent a écrit:Mon (humble) avis sur la nouvelle collaboration Netflix/Marvel.

D'abord, je dois dire que je suis très client des précédentes livraisons : j'ai beaucoup aimé "Jessica Jones", la saison 1 de "Daredevil" (la 2 est plus inégale, à cause de la présence envahissante du Punisher et d'une certaine complaisance dans la violence, je trouve - mais la fin est accrocheuse). J'ai été déçu par "Luke Cage" (manque de rythme terrible, méchants grotesques. Seul Mike Colter est très bien.).

Ensuite, j'étais impatient de découvrir "Iron Fist" : je lisais les épisodes de Claremont/Byrne gamin, j'avais été emballé par le run de Brubaker-Fraction/Aja - qui semblait inspirer la série télé. Le casting annoncé était séduisant.

Et donc ?

J'ai vraiment apprécié. Je pense même qu'il s'agit de la série Netflix/Marvel que j'ai préférée. C'est la plus solide, la plus fluide, la mieux rythmée, la mieux jouée. Il y avait souvent une sorte de "ventre mou" dans les précédentes, sentiment que je n'ai pas ressenti ici. Je précise que j'ai regardé le tout à raison de deux épisodes par jour pour commencer, ensuite, j'ai ralenti (au milieu) puis repris ces doubles doses (j'ai donc fait la totale en six jours).

Tout n'est pas parfait, on peut pinailler : l'acteur qui incarne Davos manque d'envergure (il fait une tête de moins que Finn Jones, ce qui diminue fâcheusement la menace physique du personnage), l'affrontement final entre Danny et Harold se solde de manière un peu maladroite et l'issue des poursuites judiciaires contre Danny est trop vite expédiée (un chèque aux orphelins des agents de la DEA et on oublie tout... Ward qui s'en tire sans souci...). C'est dommage, mais pas trop accablant. Visuellement, les combats manquent parfois un peu d'ampleur (alors que dans "Daredevil", on avait droit, sur les deux saisons, à de vrais morceaux de bravoure, superbement mis en scène), mais peut-être en garde-t-il sous le pied pour "Defenders" ou la saison 2, avec un Danny Rand qui se sera perfectionné (et des réalisateurs avec plus de moyens, financiers et techniques).

Mais les bons points abondent. Les acteurs sont excellents : Finn Jones est parfait en "poisson hors de l'eau", une sorte de gamin à la philosophie simpliste, frustré, impatient, impulsif, sentimental. Selon moi, ç'aurait été une erreur absolue de confier le rôle à un asiatique puisque le principe du héros est justement d'être un étranger dans la communauté de K'un Lun qui l'a formé. La révélation de la série est Jessica Henwick : cette fille déchire ! Elle est d'une beauté renversante, et a une présence incroyable (Colleen vole parfois la vedette à Danny). Son couple avec Jones fonctionne idéalement.
Les Meachum sont très bien interprétés aussi (Harold flippant, Ward flippé, Joy complexe).

Intéressants aussi l'intégration de Madame Gao (sans qu'il pleuve des ninjas de la Main, mais avec The Bride of Nine Spiders qu'on croirait sortie des pages du comic-book !) et le rôle de Bakuto (la façon dont il se volatilise suggère un retour très prometteur). Claire Temple se glisse dans l'histoire sans que ce soit forcé (Rosario Dawson est le vrai ciment de ce Netflix/Marvel-verse).

L'intrigue est riche mais lisible, avec des rebondissements bien dosés, bien réparties sur les 13 épisodes, des allusions discrètes aux autres séries de la collection (même si j'aurais adoré que Luke Cage fasse juste une apparition).

Bref, vivement "Defenders" et une saison 2 de ce "Iron Fist" (avec un peu plus de K'un Lun siouplait !).

Tu ne vas pas me croire, mais on est d'accord sur presque tout.
Saut peut-être sur ta première phrase.
Ton humble avis. Il n'a pas à l'être, humble.
C'est ton avis. Défends-de, assume-le. Il vaut celui de n'importe qui d'autre.
Et qui sait, tu as même peut-être raison sur des gens qui ont tort. :)

Blague à part, Colleen et Ward sont incarnés par des acteurs vraiment tops. Tom Pelphrey est même impressionnant de subtilité dans le jeu, surtout pour qui l'a vu incarner le flic/nazi repenti de Banshee. Méconnaissable et inspiré.

Avatar de penitent

Mon (humble) avis sur la nouvelle collaboration Netflix/Marvel.

D'abord, je dois dire que je suis très client des précédentes livraisons : j'ai beaucoup aimé "Jessica Jones", la saison 1 de "Daredevil" (la 2 est plus inégale, à cause de la présence envahissante du Punisher et d'une certaine complaisance dans la violence, je trouve - mais la fin est accrocheuse). J'ai été déçu par "Luke Cage" (manque de rythme terrible, méchants grotesques. Seul Mike Colter est très bien.).

Ensuite, j'étais impatient de découvrir "Iron Fist" : je lisais les épisodes de Claremont/Byrne gamin, j'avais été emballé par le run de Brubaker-Fraction/Aja - qui semblait inspirer la série télé. Le casting annoncé était séduisant.

Et donc ?

J'ai vraiment apprécié. Je pense même qu'il s'agit de la série Netflix/Marvel que j'ai préférée. C'est la plus solide, la plus fluide, la mieux rythmée, la mieux jouée. Il y avait souvent une sorte de "ventre mou" dans les précédentes, sentiment que je n'ai pas ressenti ici. Je précise que j'ai regardé le tout à raison de deux épisodes par jour pour commencer, ensuite, j'ai ralenti (au milieu) puis repris ces doubles doses (j'ai donc fait la totale en six jours).

Tout n'est pas parfait, on peut pinailler : l'acteur qui incarne Davos manque d'envergure (il fait une tête de moins que Finn Jones, ce qui diminue fâcheusement la menace physique du personnage), l'affrontement final entre Danny et Harold se solde de manière un peu maladroite et l'issue des poursuites judiciaires contre Danny est trop vite expédiée (un chèque aux orphelins des agents de la DEA et on oublie tout... Ward qui s'en tire sans souci...). C'est dommage, mais pas trop accablant. Visuellement, les combats manquent parfois un peu d'ampleur (alors que dans "Daredevil", on avait droit, sur les deux saisons, à de vrais morceaux de bravoure, superbement mis en scène), mais peut-être en garde-t-il sous le pied pour "Defenders" ou la saison 2, avec un Danny Rand qui se sera perfectionné (et des réalisateurs avec plus de moyens, financiers et techniques).

Mais les bons points abondent. Les acteurs sont excellents : Finn Jones est parfait en "poisson hors de l'eau", une sorte de gamin à la philosophie simpliste, frustré, impatient, impulsif, sentimental. Selon moi, ç'aurait été une erreur absolue de confier le rôle à un asiatique puisque le principe du héros est justement d'être un étranger dans la communauté de K'un Lun qui l'a formé. La révélation de la série est Jessica Henwick : cette fille déchire ! Elle est d'une beauté renversante, et a une présence incroyable (Colleen vole parfois la vedette à Danny). Son couple avec Jones fonctionne idéalement.
Les Meachum sont très bien interprétés aussi (Harold flippant, Ward flippé, Joy complexe).

Intéressants aussi l'intégration de Madame Gao (sans qu'il pleuve des ninjas de la Main, mais avec The Bride of Nine Spiders qu'on croirait sortie des pages du comic-book !) et le rôle de Bakuto (la façon dont il se volatilise suggère un retour très prometteur). Claire Temple se glisse dans l'histoire sans que ce soit forcé (Rosario Dawson est le vrai ciment de ce Netflix/Marvel-verse).

L'intrigue est riche mais lisible, avec des rebondissements bien dosés, bien réparties sur les 13 épisodes, des allusions discrètes aux autres séries de la collection (même si j'aurais adoré que Luke Cage fasse juste une apparition).

Bref, vivement "Defenders" et une saison 2 de ce "Iron Fist" (avec un peu plus de K'un Lun siouplait !).

Avatar de Le Doc

Player Sanctuary


http://www.youtube.com/watch?v=Qmpa7MRyoY0

Avatar de La Noblesse

My name is Oliver Qu.. IRON FIST ! :P
Bon, déjà il a un meilleur chorégraphe d'art martiaux que Oliver Queen c'est déjà un bon point. :)

Avatar de Blackiruah

Pas mal pas mal !