TUMATXA ! - EPISODE 13 : DETOUR CHEZ LES CHAROGNES EN PLEINE DESCENTE !

 

Le programme cette semaine :

- Pour le cinéma, on évoque le dernier film en date d'un réalisateur britannique, l'excellent Christopher Smith, à savoir "Detour", un polar tordu et surprenant.

- Pour la littérature, on aborde le cas d'un primo-romancier, Simon Johannin, et de son roman "L'été des charognes", chronique rurale assez soufflante.

- Pour la rubrique BD, c'est l'un des derniers travaux du scénariste Jeff Lemire, associé au dessinateur Dustin Nguyen, dont on cause, avec le space-opera robotique "Descender".

- Et en musique cette semaine, ce sera : 
"All Your Waves", extrait de "Star Treatment" de Wovenhand, "Stranger", beau morceau de Goldfrapp issu de la BO du "Detour" sus-nommé, "Haunted Forever" des métalleux américains de Sumerlands, et on termine avec la planant "Walk Into The Broken Night", morceau envoûtant du duo canadien Orphx...! 


"Taken by the crowd a tide
It's there then gone do or die
Stranger, I dream of you and
Stranger, I will never know..."



Tumatxa est l'émission de radio qu'anime le chroniqueur Photonik chaque semaine depuis une dizaine d'années sur la radio bascophone Xiberoko Botza (la voix de la Soule). Il y cause musique, cinéma (beaucoup), littérature, BD ou philo, parfois en solo, souvent avec son acolyte ; l'excellent Thomas.

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

21 commentaires

Avatar de Photonik

Le Doc a écrit:
Les films de Jodo, je ne les connais que de réputation (tant de choses à voir... :wink: ).


Rhooooh, tu n'as jamais vu "El Topo" ?
En bon fan de western italien (tes nombreux posts en la matière en attestent), tu devrais adorer : Jodo a beau récuser cette influence, il est évident que cette veine s'exprime dans ce film, surtout dans sa première moitié (qui constitue un fantasme de fan de westerns, avec cette succession de duels avec des pistoleros plus redoutables les uns que les autres...).

Avatar de Le Doc

Photonik a écrit:- Pour le cinéma, on évoque la sensation SF du moment, avec le dernier film en date du réalisateur québecois Denis Villeneuve, à savoir "Premier Contact", qui conjugue extra-terrestres et linguistique.


Je connais encore moins que toi le cinéma de Denis Villeneuve puisque je n'ai, pour le moment, toujours pas vu un seul de ses films (faut dire aussi que je regarde de moins en moins de films récents ces derniers temps ^^).
Mais j'y viendrai très certainement un jour, ne serait-ce que pour ce tournant S.F. de sa filmographie...

- Pour la BD, c'est un monument de la contre-culture que nous abordons, puisqu'à l'évocation du premier tome des "Fils d'El Topo" signé Jodorowsky et Ladrönn, nous parlerons du parcours du plus mystique des pistoleros.


Les films de Jodo, je ne les connais que de réputation (tant de choses à voir... :wink: ). Et en BD, je n'ai lu que L'Incal quand j'étais ado. Récemment, j'ai vu le documentaire sur sa version avortée de Dune et c'est tout de même un sacré raconteur...

- Pour les séries, on s'attaque à "The Deleted", web-série atypique écrite et réalisée par, excusez du peu, Bret Easton Ellis en personne.


Je suis comme Tori, les oeuvres de Bret Easton Ellis ne sont vraiment pas faites pour moi.

-
Et en musique cette semaine, ce sera :
"In The Cage", extrait de "The Lamb Lies Down On Broadway" de Genesis, "Witching Hour", morceau trippant d'Electric Dragon issu de l'album "Covenant", "La Muerte es un Nacimiento", extrait de la BO de "El Topo" signée Jodorowsky et John Barham, et on termine avec le surpuissant "Champions Of Disturbance part I and II", nouvel extrait du dernier disque en date de Crippled Black Phoenix..!


Ca faisait très longtemps que je n'avais pas écouté un titre de cette période de Genesis. Je suis bien d'accord, l'ambiance de ce morceau d'Electric Dragon est très évocatrice. Et Cripple Black Phoenix conclue avec force cette excellente et éclectique playlist.

Avatar de artemus dada

Photonik a écrit:[...]
Pour être tout à fait franc, j'aurais adoré y penser tout seul. :wink:

:) :wink:

Merci.

Avatar de Photonik

artemus dada a écrit:Pourtant Villeneuve fait preuve de déjà pas mal de "folie" en grossissant les enjeux et transformant la nouvelle de Ted Chiang (Pour en savoir +), via le travail d'Eric Heissere et la "contrainte" du marché chinois.



Possible, je ne saurais le dire étant donné que je n'ai pas encore lu la nouvelle de Chiang (mais je le ferai), je n'ai pas de point de comparaison.

J'en profite pour te dire que tu m'as bluffé avec ton post où tu rapproches fort judicieusement ce que font Chiang et Villeneuve du travail de William Burroughs, et de sa conception du mot comme entité virale. Sans compter l'évocation du jump-cut et des techniques dérivées, qui résonnent effectivement avec le travail narratif accompli dans "Premier Contact".
Pour être tout à fait franc, j'aurais adoré y penser tout seul. :wink:

Avatar de artemus dada

Photonik a écrit:
Tori a écrit:tu as titillé ma curiosité !


Malgré les réserves que j'évoque, "Premier Contact" reste un film à voir, et même un incontournable pour les fans de SF. J'aurais aimé voir cette histoire entre les mains d'un auteur un peu plus "fou" que Villeneuve... Il est quand même un metteur en scène très compétent, hein.[..]


Pourtant Villeneuve fait preuve de déjà pas mal de "folie" en grossissant les enjeux et transformant la nouvelle de Ted Chiang (Pour en savoir +), via le travail d'Eric Heissere et la "contrainte" du marché chinois.

S'il était allé plus loin, pas la peine à ce moment là de choisir cette histoire en particulier, dont l'originalité tient - essentiellement - au vertige (la sidération cognitive) qui se dessine en creux, grâce à la sobriété de sa narration.

Avatar de Photonik

Tori a écrit:tu as titillé ma curiosité !


Malgré les réserves que j'évoque, "Premier Contact" reste un film à voir, et même un incontournable pour les fans de SF. J'aurais aimé voir cette histoire entre les mains d'un auteur un peu plus "fou" que Villeneuve... Il est quand même un metteur en scène très compétent, hein.

Tori a écrit:Là aussi, je vais me pencher dessus... Mais je vais peut-être m'intéresser au film, avant (je ne connais quasi pas le boulot cinématographique de Jodo, alors que j'ai lu pas mal de ses BD (j'ai d'ailleurs découvert assez tard qu'il faisait du cinéma)).


D'abord le film, c'est indispensable, sinon la BD est imbitable ; je n'ai peut-être pas assez insisté sur ce point. De toute façon, "El Topo" devrait constituer pour toi une sacrée expérience, que tu embrayes sur la BD ou pas : c'est vraiment un film passionnant, unique en son genre et complètement allumé.

Tori a écrit:Bon, là, en revanche, je vais faire l'impasse... Décidément, ce n'est pas un auteur pour moi.


Vu les gros défauts dont la série est affublée, je ne conseillerais franchement "The Deleted" qu'aux seuls fans déjà convaincus de Bret Easton Ellis.
C'est vraiment le genre d'auteur à prendre ou à laisser, comme je rabâche souvent. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de gens qui "aiment bien" son travail ; on adore ou on déteste.

Tori a écrit:Ça fait bizarre de découvrir un titre de Genesis que je ne connaissais pas, au passage...

Tori.


Je l'ai moi aussi découvert il y a peu, donc, et je dois dire que je suis bien bluffé par cet album, un peu trop "chargé" pour son propre bien (difficile de se l'enquiller d'une traite tant c'est touffu) mais sacrément impressionnant dans son genre.

Et encore merci pour ton assiduité sans faille !! :wink:

Avatar de Tori

Photonik a écrit:- Pour le cinéma, on évoque la sensation SF du moment, avec le dernier film en date du réalisateur québecois Denis Villeneuve, à savoir "Premier Contact", qui conjugue extra-terrestres et linguistique.

Bon, il faut que je regarde s'il passe à côté de chez moi (j'ai un petit cinéma avec une programmation en retard... Avec un peu de chance, je pourrai le voir sur grand écran) : tu as titillé ma curiosité !

- Pour la BD, c'est un monument de la contre-culture que nous abordons, puisqu'à l'évocation du premier tome des "Fils d'El Topo" signé Jodorowsky et Ladrönn, nous parlerons du parcours du plus mystique des pistoleros.

Là aussi, je vais me pencher dessus... Mais je vais peut-être m'intéresser au film, avant (je ne connais quasi pas le boulot cinématographique de Jodo, alors que j'ai lu pas mal de ses BD (j'ai d'ailleurs découvert assez tard qu'il faisait du cinéma)).

- Pour les séries, on s'attaque à "The Deleted", web-série atypique écrite et réalisée par, excusez du peu, Bret Easton Ellis en personne.

Bon, là, en revanche, je vais faire l'impasse... Décidément, ce n'est pas un auteur pour moi.

- Et en musique cette semaine, ce sera :

Ce sera du tout bon !
Ça fait bizarre de découvrir un titre de Genesis que je ne connaissais pas, au passage...

Tori.

Avatar de Photonik

Épisode 14 : Effacement du contact avec les fils de la Taupe

Dernière émission avant la petite pause rituelle pour les vacances de février...
Le programme cette semaine :

- Pour le cinéma, on évoque la sensation SF du moment, avec le dernier film en date du réalisateur québecois Denis Villeneuve, à savoir "Premier Contact", qui conjugue extra-terrestres et linguistique.

- Pour la BD, c'est un monument de la contre-culture que nous abordons, puisqu'à l'évocation du premier tome des "Fils d'El Topo" signé Jodorowsky et Ladrönn, nous parlerons du parcours du plus mystique des pistoleros.

- Pour les séries, on s'attaque à "The Deleted", web-série atypique écrite et réalisée par, excusez du peu, Bret Easton Ellis en personne.

- Et en musique cette semaine, ce sera :
"In The Cage", extrait de "The Lamb Lies Down On Broadway" de Genesis, "Witching Hour", morceau trippant d'Electric Dragon issu de l'album "Covenant", "La Muerte es un Nacimiento", extrait de la BO de "El Topo" signée Jodorowsky et John Barham, et on termine avec le surpuissant "Champions Of Disturbance part I and II", nouvel extrait du dernier disque en date de Crippled Black Phoenix..!


"I'm drowning in a liquid fear
Bottled in a strong compression,
My distortion shows obsession
In the cave
Get me out of this cave !"


http://xiberokobotza.org/artxiboak/emankizunak/tumatxa.mp3

Avatar de Photonik

Ektah a écrit:Toujours pas vu "Dharma Guns". Il faudra que je me penche sur son cas également.



Très intéressant (quoique confus mais ça fait partie du charme de la chose), et graphiquement somptueux avec son noir et blanc 100 % pellicule ; Ossang est resté un puriste de l'argentique, il s'en explique très bien en entretien.

Ektah a écrit:
En fait, le blog dont cet article provient s'occupe des aspects les plus théoriques de la question, notamment concernant les liens avec la culture industrielle, la psychogéographie et ce genre musical récent nommé hauntology (d'après Derrida).



Tiens, coïncidence amusante : très récemment sur ce forum, l'excellent Artemus Dada faisait un point sur cette discipline ("hauntology", donc) en parlant de l'approche qu'en avait le scénariste Warren Ellis, sur son titre "Injection" en l'occurrence. Je vais me pencher là-dessus (connais pas le travail de Derrida, par exemple).

Ektah a écrit:
C'est toujours cette vieille question des rôles respectifs des artistes et de leurs exégètes. Personnellement, je pense que ce sont deux rôles complémentaires mais, bien sûr, je plaide pour ma propre chapelle.



Tu plaides aussi pour la mienne, par ricochet. :wink:
Je vois les choses comme toi, il y a bien complémentarité entre "créateurs" et "diffuseurs culturels".

Ektah a écrit:
La critique du doc a dit tout ce qui est nécessaire sur "Deathline": je suis d'accord à 100%, y compris sur les aspects les plus faibles du film.

Pour ce qui est de la récusation de Smith, à mon avis, il a juste dû en avoir marre d'en entendre parler, parce que je trouve les influences relativement indéniables. Toutefois, l'ombre du "Loup-garou de Londres" est clairement présente aussi, c'est vrai.


Faut que je vois "Deathline", vous me donnez envie, là.
Tu as très certainement raison concernant la récusation de Smith ; c'est un réflexe assez courant chez les cinéastes (ou autres artistes) que de récuser l'influence la plus évidente et d'en citer une moins en vue, et moins directement repérable...

Ektah a écrit:
Concernant "I sell the dead", il faut quand même le prendre pour ce qu'il est: une série B assumée (avec un casting intéressant: j'ai une tendresse pour Angus Scrimm et Ron Perlman), faite par des gens qui savent dans quel genre de film ils sont. J'ai la plus grande affection pour ce genre de projet mais c'est certainement un film comportant son lot de défauts. En fait, de toutes les adaptations de l'affaire Burke/Hare que je connaisse ("Cadavres à la pelle" de John Landis, "Le récupérateur de cadavres" de Robert Wise et celui-là), c'est probablement la plus faible. Mais ça vient surtout du fait que cette histoire a été très bien servie par le cinéma.


Etant donné que je n'ai vu aucun de ces films (y compris le Wise, sûrement le plus fameux du lot), j'ai là encore matière à creuser !!

Avatar de Ektah

Photonik a écrit:Je l'ai croisé à Biarritz (où il a des attaches) pour la présentation de son "Dharma Guns", et c'était un chouette moment.


Toujours pas vu "Dharma Guns". Il faudra que je me penche sur son cas également.

Photonik a écrit:


Encore un lien qu'il faut que je creuse, merci...


En fait, le blog dont cet article provient s'occupe des aspects les plus théoriques de la question, notamment concernant les liens avec la culture industrielle, la psychogéographie et ce genre musical récent nommé hauntology (d'après Derrida). Je ne conseillerai pas forcément cette lecture à tout le monde. Il faut avoir un intérêt pour ces questions-là, mais je pense que, dans le cadre de notre petite communauté, on doit être plusieurs à pouvoir s'y retrouver. En tous cas, moi, ça me passionne.

Photonik a écrit:
Ektah a écrit:Je suis d'accord avec Le Doc. Une programmation musicale très solide, cette semaine (pas que ce soit inhabituel de ta part, hein ;) ).


Merci beaucoup, mais j'ai moins de mérite que les musiciens convoqués. :wink:


C'est toujours cette vieille question des rôles respectifs des artistes et de leurs exégètes. Personnellement, je pense que ce sont deux rôles complémentaires mais, bien sûr, je plaide pour ma propre chapelle. En tous cas, le fait de propager la parole de ces groupes (qu'ils soient obscurs ou pas) est quelque chose de très positif.

Photonik a écrit:Le plan-séquence hallucinant de "Triangle" dont je parle dans l'émission, il a du sens, par exemple.


Oh oui, sur cette séquence, je n'ai rien à redire, évidemment, mais certains de ses effets de manche sont un peu plus gratuits, y compris dans "Triangle", d'ailleurs. Mais bon, c'est moi qui pinaille: j'aime quand même beaucoup son cinéma.

Photonik a écrit:Contrairement au Doc, je l'ai pas vu celui-là, mais ton appréciation fort élogieuse me donne envie de combler cette lacune. Je connaissais le film de réputation, mais je ne l'ai pas évoqué dans la chronique d'une part car je l'ai pas vu mais aussi parce que Smith a récusé cette influence ; il a plutôt évoqué l'influence de la séquence du métro du "Loup-Garou de Londres" de Landis, si mes souvenirs sont bons.


La critique du doc a dit tout ce qui est nécessaire sur "Deathline": je suis d'accord à 100%, y compris sur les aspects les plus faibles du film.

Pour ce qui est de la récusation de Smith, à mon avis, il a juste dû en avoir marre d'en entendre parler, parce que je trouve les influences relativement indéniables. Toutefois, l'ombre du "Loup-garou de Londres" est clairement présente aussi, c'est vrai.

Photonik a écrit:
Ektah a écrit:Dans un esprit similaire, on peut aussi nommer "I sell the dead", une comédie bien sympathique à propos de l'affaire Burke et Hare, que je vois un peu comme une variation plus ouvertement série B du film de John Landis sur la même histoire (même si la résonance entre ces deux films est potentiellement un hasard).


Encore un truc que je connais pas, je le note.


Concernant "I sell the dead", il faut quand même le prendre pour ce qu'il est: une série B assumée (avec un casting intéressant: j'ai une tendresse pour Angus Scrimm et Ron Perlman), faite par des gens qui savent dans quel genre de film ils sont. J'ai la plus grande affection pour ce genre de projet mais c'est certainement un film comportant son lot de défauts. En fait, de toutes les adaptations de l'affaire Burke/Hare que je connaisse ("Cadavres à la pelle" de John Landis, "Le récupérateur de cadavres" de Robert Wise et celui-là), c'est probablement la plus faible. Mais ça vient surtout du fait que cette histoire a été très bien servie par le cinéma.

Avatar de Photonik

Ektah a écrit:Max Brooks (fils de Mel Brooks et Anne Bancroft, pour la petite histoire)


Ah bon ? Je ne savais pas. Ni même que Anne Bancroft avait été avec Mel Brooks, d'ailleurs...

Ektah a écrit:J'ai eu la chance de le croiser dans le vidéo-club en bas de chez moi (Hors Circuits, le meilleur de Paris, en passant). Et, effectivement, en discutant de son travail pour le groupe punk "Lucrate Milk", cette comparaison faisait partie de son discours. Ça me semble très vrai aussi.


FJ Ossang est vraiment un mec sympa et abordable, ouais. Je l'ai croisé à Biarritz (où il a des attaches) pour la présentation de son "Dharma Guns", et c'était un chouette moment.

Ektah a écrit:Il y a aussi le fait que, dans toutes les formes d'art "extrêmes" (à plus ou moins haut niveau, cela va de la série B d'horreur diffusée sur M6 à 3h du matin à la musique power electronics la plus abrasive), il y a quasiment toujours une histoire de retour du refoulé. Et cette notion a été, pendant très longtemps, liée, d'une, à la figure de l'étrange(r) et, de deux, à la nature sauvage, notamment forestière.

Mais j'ai le sentiment que toutes ces notions tournent un peu les unes autour des autres.


Oui, exactement ce que je ressens aussi, comme tu t'en doutes.

Ektah a écrit:Au passage, on se demandait tantôt comment définir la notion de "Folk Horror". On s'est posé la même question sur le groupe fb, dans un soucis d'ouverture la plus large possible, et voici la conclusion à laquelle on est arrivé (au passage, il y a plein de très bonnes œuvres à découvrir dans cet article):

https://celluloidwickerman.com/2014/09/25/the-folk-horror-chain/


Encore un lien qu'il faut que je creuse, merci...

Ektah a écrit:C'est comme ça que, pendant des années, Ingmar Bergman s'est retrouvé scénariste de "La dernière maison sur la gauche".


Ha !! Pas mal celle-là... :wink:

Ektah a écrit:Wovenhand, je connaissais de nom. Je l'avais placé dans la même case que 16 Horsepower, que je trouvais correct mais assez oubliable. Toutefois, ce morceau que tu as diffusé me semble considérablement plus solide (c'est marrant, il m'a penser... de loin, quand même... à une version plus americana de Fields of the Nephilim). Je vais sans doute explorer ça. Bonne surprise.


Je connais de très très loin 16 Horsepower, mais a priori j'en suis pas fou. Wovenhand me semble à moi aussi bien plus intéressant. La connexion avec Fields of the Nephilim fait sens, David Eugene Edwards ayant été initialement influencé par tout cette veine rock gothique/post-punk/cold-wave, etc...

Ektah a écrit:Orphx, ça m'a fait revenir 10 ans en arrière, dans les salles douteuses de la capitale, même si, comme tu le dis, ce morceau n'est pas vraiment représentatif du reste de leur discographie. Tout à fait réjouissant, aussi.


Je découvre ça ces jours-ci. Je suis assez fan de la veine EBM, et leurs morceaux plus rentre-dedans me parlent pas mal.

Ektah a écrit:Je suis d'accord avec Le Doc. Une programmation musicale très solide, cette semaine (pas que ce soit inhabituel de ta part, hein ;) ).


Merci beaucoup, mais j'ai moins de mérite que les musiciens convoqués. :wink:

Ektah a écrit:Je dois bien avouer, à ma grande honte, que le film de Ulmer est dans ma pile de dvds à voir depuis des années.


Fonce, tu vas pas être déçu. Il est très court, en plus, ça se regarde très vite (1 h 05, de mémoire).

Ektah a écrit:En tous cas, j'ai une grande tendresse pour Christopher Smith malgré quelques tics de mise en scène que je trouve agaçants. Je trouve que la virtuosité dont tu parles, et qui est bien réelle, est un peu trop visible.


Pour moi, il frôle effectivement la "démonstration" mais sans jamais basculer du mauvais côté, si je puis dire. Je ne vois pas la gratuité dans ses effets, ou rarement.
Le plan-séquence hallucinant de "Triangle" dont je parle dans l'émission, il a du sens, par exemple.

Ektah a écrit:"Creep" aussi est bon, mais il se trouve que le film cite très fortement une autre histoire du métro londonien, nommée "Death Line" (ou "Raw Meat" aux US) que je trouve tout à fait exceptionnelle.


Contrairement au Doc, je l'ai pas vu celui-là, mais ton appréciation fort élogieuse me donne envie de combler cette lacune. Je connaissais le film de réputation, mais je ne l'ai pas évoqué dans la chronique d'une part car je l'ai pas vu mais aussi parce que Smith a récusé cette influence ; il a plutôt évoqué l'influence de la séquence du métro du "Loup-Garou de Londres" de Landis, si mes souvenirs sont bons.

Ektah a écrit:Ah oui, aussi, tu évoquais au passage "Spaced" du trio Nick Frost/Simon Pegg/Edgar Wright. Pour moi, ça reste, encore à ce jour, leur chef d’œuvre.


Tu n'es pas le premier à en dire le plus grand bien ici (Lord en avait fait autant) ; là aussi, il va me falloir rattraper le coup...

Ektah a écrit:Wow. Ça fait très envie. Je trouve, qu'une fois de plus, ça fait un peu le lien avec nos discussions sur les à-cotés du folk horror (pareil pour "Essex County", d'ailleurs). En plus, il se trouve que ma famille, au 19ème siècle, était d'Ambialet (non loin de Mazamet). Du coup, je suis plus qu'intéressé par la découverte de l'esprit de ce lieu. Je vais me procurer ça au plus vite. Merci pour la découverte.


Oh si tu as des racines par là, ça devrait te parler, je le crois. Et tout le dernier tiers du livre est une pure merveille, plus connectée encore aux thématiques que nous évoquons là.


Ektah a écrit:En ce qui me concerne, je suis un peu coincé entre ces deux mondes (ce qui me va très bien). (...) Pendant toute mon enfance, j'ai eu cette dualité et je suis sûr que cela a grandement influé sur mon intérêt sur ces questions du rapport à la nature.


Je l'ai vécu de même, un peu à cheval entre deux "cultures". Environnement rural et culture "urbaine", c'est un cocktail intéressant au final.

Ektah a écrit:La grande réussite de "Bienvenue au Cottage" est le fait d'avoir compris que, si tu veux faire une comédie d'horreur, il ne faut pas faire des compromis entre l'humour et la terreur, mais, au contraire, pousser chaque aspect le plus loin possible. La méthode "Evil Dead", quoi.


Tout à fait, c'est le secret du travail de Raimi sur cette trilogie séminale.

Ektah a écrit:Dans un esprit similaire, on peut aussi nommer "I sell the dead", une comédie bien sympathique à propos de l'affaire Burke et Hare, que je vois un peu comme une variation plus ouvertement série B du film de John Landis sur la même histoire (même si la résonance entre ces deux films est potentiellement un hasard).


Encore un truc que je connais pas, je le note.
Et encore merci pour ces débriefs passionnants !!!

Avatar de Photonik

Marko a écrit:
Le moment où les origines respectives de Superman et Wundarr divergent est assez bien vu par rapport au contexte 50's est surtout assez drôle, lorsque l'équivalent de la mère Kent s'exclame en voyant le vaisseau "c'est peut-être des martiens ou pire des communistes !" :mrgreen: .



Il y a une autre divergence notable entre les origines de Superman et celles de Wundarr, qui appuie un peu plus sur l'ironie parfois cruelle dont Gerber était capable : les parents de Wundarr l'expédient dans l'espace pour le sauver de la destruction de sa planète, mais dans son cas sa planète n'explose pas ; son père s'était trompé dans ses calculs, en faisant une sort de Jor-El "raté"...

Avatar de Ektah

Le Doc a écrit:
Ektah a écrit:"Creep" aussi est bon, mais il se trouve que le film cite très fortement une autre histoire du métro londonien, nommée "Death Line" (ou "Raw Meat" aux US) que je trouve tout à fait exceptionnelle. Du coup, la comparaison ne se fait pas vraiment en la faveur de film de Smith (à mes yeux, en tous cas).


http://www.comics-sanctuary.com/forum/le-metro-de-la-mort-gary-sherman-t87826.html

:wink:


Décidément. Bon, oui, il va falloir que je libère un peu de temps pour aller explorer ce ciné-club. Bientôt... :)

Avatar de Le Doc
Avatar de Ektah

Le Doc a écrit:Quant à World War Z...disons que je préfère le livre...


Je n'ai pas vu le film mais le livre est effectivement recommandable. Du même auteur, Max Brooks (fils de Mel Brooks et Anne Bancroft, pour la petite histoire), je ne suis pas loin de préférer son "Guide de survie en territoire zombie".

Photonik a écrit:Et à propos de ça, il n'y a pas à ma connaissance de sujets interdits ici. Moi en tout cas j'aborde ce que je veux et j'ai l'impression que c'est le cas pour un peu tout le monde. J'accueille les débats philosophico-politiques comme les autres, pour peu que j'ai quelque chose à dire (Nemo, où diable es-tu donc passé, d'ailleurs ? :wink: ).
J'ai simplement l'impression que les intervenants n'ont pas forcément envie d'aller par là pour les échanges. Ce qui me vas très bien aussi.


Tout à fait, ma phrase n'était pas un appel à une forme de censure. C'était simplement un appel du pied pour dire que je suis conscient que ce genre de sujet peut très rapidement déraper sur le web et que, malgré le fait que je sois pour le fait d'en discuter, on peut envisager d'enterrer le sujet. Bon, il y aussi le fait que je ne suis là que depuis quelques semaines et que je prends quelques précautions lorsque je sais que je suis de m'approcher d'un terrain glissant.

Le fait que, ici, la discussion à propos de Romero se soit passé dans la cordialité la plus totale ne fait que prouver un peu plus que nous sommes entre gens de bonne compagnie. On dira juste que, si un tel sujet avait été lancé sur Fessebouc, dire que cela ne se serait pas passé de la sorte est l'euphémisme de l'année (ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas en discuter, juste penser à se préparer au shitstorm).

Et, si on n'en discute pas, ça me va très bien aussi.

Photonik a écrit:
Ektah a écrit:Mais ce n'est pas inédit: si on considère le blues comme une forme particulière de musique folk (ce qui est mon cas), ce n'est pas différent de la transition vers l'électrique de Dylan, ou même de l'apparition du rock, dans une certaine mesure. Et, pour avoir passé beaucoup de temps dans cette communauté autour du "folk horror", on est nombreux à considérer des gens comme Donovan ou Crosby, Stills and Nash (surtout le premier album) comme des précurseurs du genre. Cette question du folk électrique et urbain est là depuis longtemps. Et l'indus-folk (ou indus tribal comme j'ai pu le voir parfois nommé) n'est que le dernier avatar de cette tradition, à mon avis.

Une autre de ses formes pourrait être, par exemple, ces groupes de métal ajoutant un aspect traditionnel à leur répertoire (Empyrium, Wolves in the Throne Room, Agalloch et tant d'autres...). Pour moi, c'est un peu le même état d'esprit qui préside à tous ces projets.



C'est marrant, cet échange me rappelle une citation du cinéaste et musicien F.J. Ossang, qui disait que les musiciens rock (ou de musiques amplifiées en général, pourrait-on dire) étaient en fait souvent des ruraux fraîchement débarqués en milieu urbain. D'après lui, la musique en question était le vecteur idéal pour esthétiser ou représenter ce qui frappe de sidération en premier un rural en ville : le vacarme. J'adhère assez à cette thèse.


Marrant. Ça a l'air d'être une thématique qui lui tient à cœur. J'ai eu la chance de le croiser dans le vidéo-club en bas de chez moi (Hors Circuits, le meilleur de Paris, en passant). Et, effectivement, en discutant de son travail pour le groupe punk "Lucrate Milk", cette comparaison faisait partie de son discours. Ça me semble très vrai aussi.

Il y a aussi le fait que, dans toutes les formes d'art "extrêmes" (à plus ou moins haut niveau, cela va de la série B d'horreur diffusée sur M6 à 3h du matin à la musique power electronics la plus abrasive), il y a quasiment toujours une histoire de retour du refoulé. Et cette notion a été, pendant très longtemps, liée, d'une, à la figure de l'étrange(r) et, de deux, à la nature sauvage, notamment forestière.

Mais j'ai le sentiment que toutes ces notions tournent un peu les unes autour des autres.

Au passage, on se demandait tantôt comment définir la notion de "Folk Horror". On s'est posé la même question sur le groupe fb, dans un soucis d'ouverture la plus large possible, et voici la conclusion à laquelle on est arrivé (au passage, il y a plein de très bonnes œuvres à découvrir dans cet article):

https://celluloidwickerman.com/2014/09/25/the-folk-horror-chain/

Photonik a écrit:Il suffit de voir que McKean a parfois pu faire par ailleurs avec Neil Gaiman : "Mr Punch", un travail un peu particulier du dessinateur avec le scénariste de "Sandman", atteste aussi clairement de la filiation (et certaines couvertures de "Sandman" aussi d'ailleurs).


Mr. Punch restant à ce jour le meilleur travail aussi bien de McKean que de Gaiman, à mon avis (parfaitement nuancé ;) )...

Photonik a écrit:
Le Doc a écrit:Le scénariste de Man-Thing est Hans Rodionoff. Steve Gerber n'a rien à voir avec le scénario du film.


Je te fais confiance ; ça m'apprendra à faire confiance à Wikipedia. :wink:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Man-Thing_(film)


Tiens, ça va être ma minute archiviste: très souvent, pour les crédits des films, les rédacteurs wikipedia se contentent de recopier les informations imdb en enlevant toutes les précisions de chaque rubrique. Ainsi, si un film est une adaptation d'une œuvre préexistante, l'auteur originel sera souvent indiqué comme scénariste sans aucune autre nuance. C'est comme ça que, pendant des années, Ingmar Bergman s'est retrouvé scénariste de "La dernière maison sur la gauche". Wikipedia est un outil formidable mais très souvent faillible.

Photonik a écrit:- Et en musique cette semaine, ce sera :
"All Your Waves", extrait de "Star Treatment" de Wovenhand, "Stranger", beau morceau de Goldfrapp issu de la BO du "Detour" sus-nommé, "Haunted Forever" des métalleux américains de Sumerlands, et on termine avec le planant "Walk Into The Broken Night", morceau envoûtant du duo canadien Orphx...!


Wovenhand, je connaissais de nom. Je l'avais placé dans la même case que 16 Horsepower, que je trouvais correct mais assez oubliable. Toutefois, ce morceau que tu as diffusé me semble considérablement plus solide (c'est marrant, il m'a penser... de loin, quand même... à une version plus americana de Fields of the Nephilim). Je vais sans doute explorer ça. Bonne surprise.

Goldfrapp, ça me fait un peu penser à une citation de Philippe Druillet: il expliquait, dans je ne sais plus quelle interview, qu'il aimait bien relire un album de Tintin parce que c'était la base, ne demandant pas trop d'implication du lecteur, mais avec un rapport direct aux émotions, parlant directement à nos aspects fondamentaux, enfantins, laissant un sentiment semblable à un retour à la maison après un long voyage (Joachim Du Bellay-style). C'est une sensation dont je suis assez friand et c'est un peu ce je ressent avec des gens comme Goldfrapp, Tori Amos ou les Beatles. Ça fait du bien.

Tiens, Sumerlands, on en revient à Fields of the Nephilim. Bien sympathique, aussi.

Orphx, ça m'a fait revenir 10 ans en arrière, dans les salles douteuses de la capitale, même si, comme tu le dis, ce morceau n'est pas vraiment représentatif du reste de leur discographie. Tout à fait réjouissant, aussi.

Je suis d'accord avec Le Doc. Une programmation musicale très solide, cette semaine (pas que ce soit inhabituel de ta part, hein ;) ).

Photonik a écrit:Pour le cinéma, on évoque le dernier film en date d'un réalisateur britannique, l'excellent Christopher Smith, à savoir "Detour", un polar tordu et surprenant.


Intéressant tout ça. Je dois bien avouer, à ma grande honte, que le film de Ulmer est dans ma pile de dvds à voir depuis des années.

En tous cas, j'ai une grande tendresse pour Christopher Smith malgré quelques tics de mise en scène que je trouve agaçants. Je trouve que la virtuosité dont tu parles, et qui est bien réelle, est un peu trop visible. La mise en scène, pour moi, est au service de la narration. Ce n'est pas forcément le cas chez lui, je trouve. Ce genre d'approche ne me dérange pas chez des gens comme De Palma, Greenaway ou Argento, car ils annoncent d'entrée de jeu le maniérisme de leur cinéma. C'est, pour moi, plus génant, dans l'approche plus "gritty", pseudo-réaliste de Smith. Toutefois, ce défaut n'est pas assez marqué pour être rédhibitoire, juste agaçant.
J'avais adoré "Black Death" et "Triangle". Je ne dirais pas que ce sont des plaisirs coupables mais il me semble que ce sont quand même des films qui ne sont pas aussi bons que l'idée que je m'en fais.
"Creep" aussi est bon, mais il se trouve que le film cite très fortement une autre histoire du métro londonien, nommée "Death Line" (ou "Raw Meat" aux US) que je trouve tout à fait exceptionnelle. Du coup, la comparaison ne se fait pas vraiment en la faveur de film de Smith (à mes yeux, en tous cas). Mais, bon, en soi, ça reste un simili-slasher très correct.
Sa mini-série "Labyrinth" à propos du Graal et des Cathares, et sa comédie de Noël (malgré mon attachement pour la carrière récente de Warwick Davis) me font très peur mais, bon, va savoir...

Ah oui, aussi, tu évoquais au passage "Spaced" du trio Nick Frost/Simon Pegg/Edgar Wright. Pour moi, ça reste, encore à ce jour, leur chef d’œuvre. C'est bien sûr hilarant mais l'aspect sentimental qui existe en sous-texte dans ses films a toute la place de s'exprimer dans le format série, et ça fait toute la différence. Pour tout te dire, j'ai versé ma larmichette lors du dernier épisode (mais je suis, dans le fond, une midinette).

Merci pour le salut, mec. Ça fait très plaisir. Tu peux utiliser mon vrai nom, Manu, si tu veux. Ça m'est égal.

Photonik a écrit:- Pour la littérature, on aborde le cas d'un primo-romancier, Simon Johannin, et de son roman "L'été des charognes", chronique rurale assez soufflante.


Wow. Ça fait très envie. Je trouve, qu'une fois de plus, ça fait un peu le lien avec nos discussions sur les à-cotés du folk horror (pareil pour "Essex County", d'ailleurs). En plus, il se trouve que ma famille, au 19ème siècle, était d'Ambialet (non loin de Mazamet). Du coup, je suis plus qu'intéressé par la découverte de l'esprit de ce lieu. Je vais me procurer ça au plus vite. Merci pour la découverte.

Tori a écrit:Très intéressant, comme d'habitude... Je note L'été des charognes dans un coin de ma tête : je sens que c'est un bouquin qui va me parler.
J'ai beau ne pas faire partie de tes auditeurs souletins, j'ai passé les vingt premières années de ma vie à la campagne, et à la montagne, quand j'allais chez mes grands-parents. Il y a forcément dans ce livre des situations qui m'en rappelleront d'autres que j'ai pu vivre.


En ce qui me concerne, je suis un peu coincé entre ces deux mondes (ce qui me va très bien). Aussi bien du coté de mon père que de ma mère, ils sont la première génération à sortir du milieu agricole: mon père est un généticien avec le caractère d'un berger de montagne et ma mère était une prof de français venant d'une lignée de vignerons. Et, même au niveau du lieu de vie, nous habitions dans les collines provençales, au milieu des chèvres et des sangliers, mais toujours à moins d'une heure de route de Marseille. Pendant toute mon enfance, j'ai eu cette dualité et je suis sûr que cela a grandement influé sur mon intérêt sur ces questions du rapport à la nature. Et, oui, cette idée de la cruauté envers les animaux a une certaine résonance avec mon enfance.

Le Doc a écrit:Et le chef-op' du film est Christopher Ross, qui a notamment travaillé sur la très chouette comédie horrifique Bienvenue au Cottage avec Andy Serkis et le suspense Eden Lake de James Watkins avec Michael Fassbender.


Deux très bonnes références. On peut noter également dans "Bienvenue au cottage" la présence de Reece Shearsmith qui est tranquillement en train de devenir un de mes acteurs de comédie anglaise préféré pour son travail dans "Inside n°9", "Psychoville" et surtout "La ligue des gentlemen". La grande réussite de "Bienvenue au Cottage" est le fait d'avoir compris que, si tu veux faire une comédie d'horreur, il ne faut pas faire des compromis entre l'humour et la terreur, mais, au contraire, pousser chaque aspect le plus loin possible. La méthode "Evil Dead", quoi.

Dans un esprit similaire, on peut aussi nommer "I sell the dead", une comédie bien sympathique à propos de l'affaire Burke et Hare, que je vois un peu comme une variation plus ouvertement série B du film de John Landis sur la même histoire (même si la résonance entre ces deux films est potentiellement un hasard).

Avatar de Marko

Photonik a écrit:Mon premier contact avec son travail, très jeune, m'a beaucoup marqué. C'était dans un vieux Strange Special Origines (chez Lug, donc), qui reprenait l'épisode de "Adventures Into Fear" où Man-Thing rencontre Wundarr, le futur Aquarian, en un pastiche éminemment Gerberien des origines de Superman (ce que je n'avais pas compris à ma première lecture..!).


Le moment où les origines respectives de Superman et Wundarr divergent est assez bien vu par rapport au contexte 50's est surtout assez drôle, lorsque l'équivalent de la mère Kent s'exclame en voyant le vaisseau "c'est peut-être des martiens ou pire des communistes !" :mrgreen: .
Dans une veine un peu plus sociale, j'aime beaucoup l'épisode où les rescapés d'un accident de la route doivent collaborer malgré leurs opinions radicalement opposées.

Image

Avatar de Photonik

Tori a écrit:Très intéressant, comme d'habitude...


Merci beaucoup !!! :wink:

Tori a écrit:Je note L'été des charognes dans un coin de ma tête : je sens que c'est un bouquin qui va me parler.
J'ai beau ne pas faire partie de tes auditeurs souletins, j'ai passé les vingt premières années de ma vie à la campagne, et à la montagne, quand j'allais chez mes grands-parents. Il y a forcément dans ce livre des situations qui m'en rappelleront d'autres que j'ai pu vivre.



J'en suis persuadé.
J'ai moi aussi grandi à la campagne (mon frère est d'ailleurs exploitant agricole en zone montagne), et je me suis complètement retrouvé moi aussi dans ce rapport si particulier qu'entretiennent les enfants à un environnement rural ; c'est à la fois âpre et totalement merveilleux... comme le roman de Johannin, qui exprime ce sentiment à merveille.

Avatar de Tori

Très intéressant, comme d'habitude... Je note L'été des charognes dans un coin de ma tête : je sens que c'est un bouquin qui va me parler.
J'ai beau ne pas faire partie de tes auditeurs souletins, j'ai passé les vingt premières années de ma vie à la campagne, et à la montagne, quand j'allais chez mes grands-parents. Il y a forcément dans ce livre des situations qui m'en rappelleront d'autres que j'ai pu vivre.

Tori.

Avatar de Photonik

Le Doc a écrit: Creep est un très bon film d'horreur, très efficace. Severance est un peu moins maîtrisé, mais il est tout de même pas mal du tout.


Oui, c'est tout à fait ça pour le côté "maîtrise", à tel point que le spectateur mal informé pourrait penser que "Severance" est son premier film et "Creep" le second, de ce point de vue-là.
"Triangle" non seulement supporte mais même appelle plusieurs visions, en effet. Il claque quand même le beignet à la première vision comme tu l'as remarqué, mais certaines subtilités (tant sur le plan scénaristique que sur celui de la mise en scène) sont un peu plus longues à débusquer que d'autres. C'est pour moi son meilleur film.

Le Doc a écrit:Au fait, c'est bien vu : Detour ne sortira pas sur grand écran en France, il passera directement par la case DVD le mois prochain.


J'en étais sûr, merde !! Pourtant le film aurait claqué sur grand écran, pas de doutes...

Le Doc a écrit:Et le chef-op' du film est Christopher Ross, qui a notamment travaillé sur la très chouette comédie horrifique Bienvenue au Cottage avec Andy Serkis et le suspense Eden Lake de James Watkins avec Michael Fassbender.


Christopher Ross, je le note. Un travail très impressionnant ici ; ça ne m'avait pas autant frappé sur les autres titres que tu cites.

Le Doc a écrit:Que du très, très bon dans cette playlist ! Et comme souvent dans ces cas-là, je recherche des titres ensuite sur YouTube pour en écouter plus... :wink:


Ah, ravi que ça t'ait plu ; oui, je suis très content de la sélection musicale de la semaine, je trouve qu'elle claque bien. Il y a beaucoup de choses ici que j'ai découvert assez récemment (surtout Sumerlands et Orphx) mais que je sens que je vais creuser...

Et encore merci pour ton assiduité !!!! :wink:

Avatar de Le Doc

Photonik a écrit:- Pour le cinéma, on évoque le dernier film en date d'un réalisateur britannique, l'excellent Christopher Smith, à savoir "Detour", un polar tordu et surprenant.


Comme toi, j'apprécie le cinéma de Christopher Smith. Je n'ai pour l'instant vu chaque film qu'une seule fois (sauf sa comédie de Noël, je déteste ça) et je les ai tous bien en mémoire. Creep est un très bon film d'horreur, très efficace. Severance est un peu moins maîtrisé, mais il est tout de même pas mal du tout.
Triangle est sacrément bluffant...je ne suis pas sûr d'avoir tout saisi et il demande très certainement, comme tu le soulignes, une seconde vision, mais il est sacrément vertigineux. Et j'ai bien aimé son rugueux Black Death.
Du coup, je ne manquerai pas de regarder ce Detour (je suis aussi très fan du film noir de Edgar G. Ullmer). Ce que tu en dis est très intéressant et intrigant...
Au fait, c'est bien vu : Detour ne sortira pas sur grand écran en France, il passera directement par la case DVD le mois prochain.
Et le chef-op' du film est Christopher Ross, qui a notamment travaillé sur la très chouette comédie horrifique Bienvenue au Cottage avec Andy Serkis et le suspense Eden Lake de James Watkins avec Michael Fassbender.

- Pour la littérature, on aborde le cas d'un primo-romancier, Simon Johannin, et de son roman "L'été des charognes", chronique rurale assez soufflante.


Bon là j'avoue que ce genre de récit n'est vraiment pas ma came...

- Pour la rubrique BD, c'est l'un des derniers travaux du scénariste Jeff Lemire, associé au dessinateur Dustin Nguyen, dont on cause, avec le space-opera robotique "Descender".


Ca, c'est nettement plus ma came, mais je ne l'ai pas encore lu...


- Et en musique cette semaine, ce sera :
"All Your Waves", extrait de "Star Treatment" de Wovenhand, "Stranger", beau morceau de Goldfrapp issu de la BO du "Detour" sus-nommé, "Haunted Forever" des métalleux américains de Sumerlands, et on termine avec le planant "Walk Into The Broken Night", morceau envoûtant du duo canadien Orphx...!


Que du très, très bon dans cette playlist ! Et comme souvent dans ces cas-là, je recherche des titres ensuite sur YouTube pour en écouter plus... :wink:

Avatar de Tori

Rien que je connaisse... Tant mieux : ça me fera découvrir des trucs !

Tori.