GEOFF JOHNS REVIENT POUR DOOMSDAY CLOCK !

Et poursuivra donc son intrigue autour des Watchmen dans l'univers de DC Rebirth !

 

 

Après DC Universe : Rebirth...

Après The Button...

Superman et Dr Manhattan...

Geoff Johns et Gary Frank...

pour la mini-série Doomsday Clock.

Début de la publication en novembre.

Tic-Tac...Tic-Tac...

Geoff Johns a écrit:"Nous ne ferons pas une histoire comme celle-ci, à moins que nous n'y croyions à mille pour cent. Il ne s'agit que d'une histoire et ce n'est que sur cette histoire. Il n'y a pas de crossover. Il n'y a pas one shots ou de mini-séries autour de cette dernière. C'est une histoire autonome. Il n'y a que Doomsday Clock. Nous n'avions aucun intérêt à faire un crossover avec cela. Nous ne voulions pas voir le Docteur Manhattan face à Superman dans Action Comics, avec tout le respect qu'on lui doit. [...] Il s'agit de quelque chose de différent ... Cela aura un impact sur l'ensemble de l'Univers DC. Cela affectera tout ce qui se passe et tout ce qui s'est passé avant. Cela touchera l'essence thématique et littérale de DC ".

"Il y aura des personnages DC tout au long du récit, mais cela ne se concentre que sur une poignée. Il y a beaucoup d'attention sur Superman, et le docteur Manhattan. Le plus groos focus sera sur le docteur Manhattan, et ses raisons d'être ici, et de faire ce qu'il fait, et finalement ce qu'il a à faire avec Superman. Et il y a beaucoup, beaucoup d'autres personnages à impliquer, mais il est un peu tôt pour en discuter."
 
Ainsi Geoff Johns, accompagné de Gary Frank, revient pour raconter la suite de son histoire initiée dans DC Rebirth et il semble qu'il viendra clairement sur le lien entre les Watchmen et l'univers DC. Rendez-vous donc en Novembre pour savoir plus !

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Geoff JOHNS, Gary FRANK, Before Watchmen (Comics), Before Watchmen - Dr. Manhattan (Comics), DC Univers Rebirth (Comics)

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

30 commentaires

Avatar de KabFC

Très belle analyse Ben je ne peux qu'abonder dans ton sens.

Avatar de BenWawe

penitent a écrit:Sur les deux points que tu soulèves, Ben :

- "Before Watchmen" : je me rappelle que lorsque ça avait été annoncé, j'étais furieux parce que je considérais ça vraiment comme un sacrilège, une affaire purement commerciale. Je ne doute pas que c'était la motivation éditoriale principale. Mais je dois aussi reconnaître qu'à la lecture, j'ai été favorablement surpris - je n'ai pas tout lu (j'ai zappé "Comedian" et "Rorschach"), mais "Minutemen" était parfait (en même temps, avec Cooke, peu de risque de ratage), "Silk Spectre" était un vrai bonbon (merci Amanda Conner), et "Dr. Manhattan" quand même épatant (JMS se débrouillait bien et Hughes a livré des pages à tomber). "Nite Owl" valait surtout pour les Kubert (enfin... Pour Joe K., toujours génial), tout comme "Ozymandias" devait l'essentiel à Jae Lee.
Donc, j'ai avalé mon chapeau : finalement, c'était chouette, sympa à lire, avec de superbes dessinateurs, parfois des scénaristes inspirés, du moins respectueux. Et puis ça existait sans prétendre expliquer ou justifier quoi que ce soit d'autre, ce n'était pas là pour servir de rustine au nouveau reboot, aucun Justice Leaguers ne passait par là. Tout compte fait, ça n'abîmait pas "Watchmen" : c'était inutile, superflu, mais pas dégradant. DC a gagné beaucoup de dollars certainement avec tout ça, et ils ont même fait du rab (mais sympa aussi : "Dollar Bill" avec Rude "The Dude" ou "Moloch" avec Risso).

Là, ça me gêne davantage parce qu'il y a cette volonté affichée, assumée, décomplexée (donc maintenant, c'est clair, Johns et compagnie n'en ont vraiment plus rien à foutre de la valeur sacrée de "Watchmen") d'associer l'oeuvre originale au tout-venant du DC-verse. Dr. Manhattan sert à (re)coller les morceaux, et il est choisi, lui, parce que ça va provoquer du buzz : c'est vulgaire, et grossier, la totale. Moore et tous les "Watchmenolatres", préparez la vaseline, vous allez en reprendre un coup !


Je te suis sur ton raisonnement, mais pas sur le ressenti.
A titre personnel, j'ai très mal "vécu" Before Watchmen : au-delà de la reprise des personnages de Watchmen pour raconter du vide (aucune mini-série n'est justifiée : même Minutemen, même Doctor Manhattan n'avaient pas lieu d'être ; l'histoire originale dit tout ce qu'il faut savoir, laissant aux lecteurs le soin de combler les blancs ; le fait de raconter tout ou d'en rajouter fut une insulte à mon intelligence et à mon "apport" inconscient lors de la lecture de Watchmen), c'est bien le fait que DC ait voulu cacher cet appât du gain bête et méchant par un "vernis" de respectabilité.
En mandatant des Cooke, Azzarello, Bermejo, Straczynski ou Hughes, DC a voulu attirer les fans avec : "hé, on n'est pas si méchants, on reprend honteusement Watchmen mais on met des artistes qui racontent des trucs"... mais en fait non.

Au-delà de leur qualité intrinsèque, ces mini-séries n'ont pas d'intérêt, et pas de sens en définitive.
Or, DC ne l'a pas assumé et s'est "caché" derrière ce vernis, pour jouer la vierge effarouchée en cas de critique sincère.

De ce fait, Before Watchmen a déjà "tout cassé"... et Doomsday Clock a mes "préférences", dans le sens où c'est plus direct, plus simple, plus assumé en fait. On me prend moins pour un con ; je n'aime toujours pas l'idée, mais je me sens moins insulté.

penitent a écrit:- Johns vs. Moore : ton analyse sur la carrière de Johns me plait bien, elle est juste. Et je reconnais, j'estime, son dévouement, son affection pour DC, ses héros. Avec la position hiérarchique qu'il occupe, et sa connaissance de cet univers, il a le pouvoir d'organiser tout ça. C'est beaucoup de pouvoir (et donc de responsabilité...) pour un seul homme, mais si ça marche, il gagne légitimement, et si ça ne marche pas, le coupable est tout désigné. C'est plus évident que chez Marvel où Axel Alonso comme Joe Q. et Tom Brevoort avant lui est une cible plus claire que les scénaristes finalement.
Toutefois, je crois, mais c'est tentant, que se mesurer à Moore (comme on pourrait le faire avec Miller, voire Gaiman - même s'il a un statut moins iconique : Gaiman, c'est "Sandman" évidemment, et ce n'est pas rien, mais je n'ai pas l'impression que ça compte autant, sentimentalement, que "Watchmen" ou le run de Miller sur "DD" ou "The Dark Knight") est irrésistible dès qu'on en a l'occasion. Pas forcément en espérant faire mieux, mais aussi bien, aussi percutant. C'est un peu comme se mesurer aux créations de Kirby, Eisner, mais de manière plus concentrée parce que Moore, pour tout le monde, fans ou pas, connaisseurs ou pas, c'est "Watchmen". Arriver à sortir un truc qui ne soit simplement pas ridicule, c'est un défi difficile à refuser. Donc, ça doit quand même un peu démanger Johns : il est arrivé au top (des runs marquants, un rôle haut placé chez DC, une réputation flatteuse chez les fans), quand on en est là, que reste-t-il ? "Challenger" un maître reconnu, mythique même - pas forcément en l'imitant, mais en reprenant une de ses créations et en cherchant à l'intégrer à quelque chose de manière habile.
Le problème étant que là, le procédé est quand même très lourdingue : établir "Rebirth" (soit la tentative de réconcilier anciens et modernes, déçus du "New 52" et adeptes d'un vrai renouveau) en emballant ça grâce à "Watchmen".


Encore une fois, je suis ton raisonnement mais je ne suis pas pleinement d'accord. Si un Morrison a tenté de suivre les pas de Kirby ou de Moore, si King tente également de suivre Moore, je n'ai jamais eu l'impression que Johns veuille faire ça...
Quand il fait Darkseid War, je ne vois rien de Kirby, en fait ; je vois du Johns. Quand il fait Infinite Crisis, je ne vois pas grand-chose de Wolfman, mais du Johns pur jus. Quand il fait JSA V2, je ne vois pas Kingdom Come ou Hypertime, mais du Johns.
Après, certes, la comparaison avec Watchmen sera inévitable - mais je pense que Johns se concentre sur les personnages et écrit pour eux. Il n'écrit par eux, comme Morrison ou King ou Moore par exemple (même s'ils ont aussi un certain amour pour les personnages), mais Johns écrit clairement pour les personnages ; rien d'autre, en fait.

Hush a écrit:Ce qui serait sympa, c'est que DC reste dans la même veine que "The Button" à savoir ne pas montrer "God" à la manière d'un "c'est lui mais vous ne le verrez pas".

Bon après à la lecture, il n'y a rien de scandaleux. Comme lorsque "Before Watchmen" est sorti, en somme, l’œuvre originale reste et restera intouchable.


Je pense au contraire qu'on va voir "vraiment" Doc Manhattan. Le teasing est trop fort, il "faudra" passer par là.

Avatar de soyouz

Hush a écrit:" à savoir ne pas montrer "God" à la manière d'un "c'est lui mais vous ne le verrez pas".


Comment on interprète ça ?

Avatar de Hush

Ce qui serait sympa, c'est que DC reste dans la même veine que "The Button" à savoir ne pas montrer "God" à la manière d'un "c'est lui mais vous ne le verrez pas".

Bon après à la lecture, il n'y a rien de scandaleux. Comme lorsque "Before Watchmen" est sorti, en somme, l’œuvre originale reste et restera intouchable.

Avatar de penitent

Sur les deux points que tu soulèves, Ben :

- "Before Watchmen" : je me rappelle que lorsque ça avait été annoncé, j'étais furieux parce que je considérais ça vraiment comme un sacrilège, une affaire purement commerciale. Je ne doute pas que c'était la motivation éditoriale principale. Mais je dois aussi reconnaître qu'à la lecture, j'ai été favorablement surpris - je n'ai pas tout lu (j'ai zappé "Comedian" et "Rorschach"), mais "Minutemen" était parfait (en même temps, avec Cooke, peu de risque de ratage), "Silk Spectre" était un vrai bonbon (merci Amanda Conner), et "Dr. Manhattan" quand même épatant (JMS se débrouillait bien et Hughes a livré des pages à tomber). "Nite Owl" valait surtout pour les Kubert (enfin... Pour Joe K., toujours génial), tout comme "Ozymandias" devait l'essentiel à Jae Lee.
Donc, j'ai avalé mon chapeau : finalement, c'était chouette, sympa à lire, avec de superbes dessinateurs, parfois des scénaristes inspirés, du moins respectueux. Et puis ça existait sans prétendre expliquer ou justifier quoi que ce soit d'autre, ce n'était pas là pour servir de rustine au nouveau reboot, aucun Justice Leaguers ne passait par là. Tout compte fait, ça n'abîmait pas "Watchmen" : c'était inutile, superflu, mais pas dégradant. DC a gagné beaucoup de dollars certainement avec tout ça, et ils ont même fait du rab (mais sympa aussi : "Dollar Bill" avec Rude "The Dude" ou "Moloch" avec Risso).

Là, ça me gêne davantage parce qu'il y a cette volonté affichée, assumée, décomplexée (donc maintenant, c'est clair, Johns et compagnie n'en ont vraiment plus rien à foutre de la valeur sacrée de "Watchmen") d'associer l'oeuvre originale au tout-venant du DC-verse. Dr. Manhattan sert à (re)coller les morceaux, et il est choisi, lui, parce que ça va provoquer du buzz : c'est vulgaire, et grossier, la totale. Moore et tous les "Watchmenolatres", préparez la vaseline, vous allez en reprendre un coup !

- Johns vs. Moore : ton analyse sur la carrière de Johns me plait bien, elle est juste. Et je reconnais, j'estime, son dévouement, son affection pour DC, ses héros. Avec la position hiérarchique qu'il occupe, et sa connaissance de cet univers, il a le pouvoir d'organiser tout ça. C'est beaucoup de pouvoir (et donc de responsabilité...) pour un seul homme, mais si ça marche, il gagne légitimement, et si ça ne marche pas, le coupable est tout désigné. C'est plus évident que chez Marvel où Axel Alonso comme Joe Q. et Tom Brevoort avant lui est une cible plus claire que les scénaristes finalement.
Toutefois, je crois, mais c'est tentant, que se mesurer à Moore (comme on pourrait le faire avec Miller, voire Gaiman - même s'il a un statut moins iconique : Gaiman, c'est "Sandman" évidemment, et ce n'est pas rien, mais je n'ai pas l'impression que ça compte autant, sentimentalement, que "Watchmen" ou le run de Miller sur "DD" ou "The Dark Knight") est irrésistible dès qu'on en a l'occasion. Pas forcément en espérant faire mieux, mais aussi bien, aussi percutant. C'est un peu comme se mesurer aux créations de Kirby, Eisner, mais de manière plus concentrée parce que Moore, pour tout le monde, fans ou pas, connaisseurs ou pas, c'est "Watchmen". Arriver à sortir un truc qui ne soit simplement pas ridicule, c'est un défi difficile à refuser. Donc, ça doit quand même un peu démanger Johns : il est arrivé au top (des runs marquants, un rôle haut placé chez DC, une réputation flatteuse chez les fans), quand on en est là, que reste-t-il ? "Challenger" un maître reconnu, mythique même - pas forcément en l'imitant, mais en reprenant une de ses créations et en cherchant à l'intégrer à quelque chose de manière habile.
Le problème étant que là, le procédé est quand même très lourdingue : établir "Rebirth" (soit la tentative de réconcilier anciens et modernes, déçus du "New 52" et adeptes d'un vrai renouveau) en emballant ça grâce à "Watchmen".

Avatar de KabFC

BenWawe a écrit:Sincèrement, je ne suis pas sûr que Johns ait envie de se "mesurer" à Moore : en définitive, Johns est un fan qui a réussi son rêve, raconter les aventures de ses personnages préférés ; au-delà de l'appréciation personnelle qu'on peut avoir de lui (et j'apprécie, sincèrement, ce qu'il fait, car j'ai un attachement aux personnages qu'il manipule), il me semble que c'est là définitivement ce qu'"'est" Geoff Johns - un fan qui a réussi, et qui veut faire plaisir aux fans.
D'où l'absence (ou quasi absence si je me trompe, mais je ne pense pas) de projet indépendant ou "personnel" ; d'où sa constance dans le travail sur des personnages très âgés, qui ont bercé son enfance.

Au fond, Johns ne veut que faire "vivre" les personnages qui le hantent depuis qu'il est jeune ; là où Moore a/avait une approche du medium, une envie de le changer, de bouleverser les codes, de s'amuser avec, d'être extrêmement ambitieux dans son approche du comics et de la réalité.
Moore joue et veut briser/modifier les lignes ; Johns ne veut rester que dans les lignes, et s'amuser dedans.

Je rebondis sur ce passage, lors d'une discussion que j'avais initié je ne sais plus ou sur le forum, j'avais dit que les nouveaux scénaristes n'avaient plus d'amour pour les personnages. et effectivement Johns reste l'un des rares à vouloir continuer de jouer avec.
Je suis pas un immense fan de Johns loin s'en faut, mais il est vrai que le bonhomme apprécie jouer avec l'univers DC et continueras de faire avec, sans effectivement vouloir sortir du cadre établit (ce qui n'est pas un reproche).

Avatar de BenWawe

KabFC a écrit:
BenWawe a écrit:Après, je suis d'accord avec toi sur le principe - mais Before Watchmen étant déjà passé par là, produisant des comics relativement nazes et sans intérêt, derrière un vernis de respect cachant pathétiquement l'appât du gain, je pars du principe que la "pureté originelle" de Watchmen est déjà brisée ; alors les réutiliser pour justifier le changement de DC, c'est pas moins moche ou con que de faire Before Watchmen.

Oui ça a déjà commencé, mais la pilule fut dure à faire passé malgré tout, là je vois ça comme une seconde tentative pour allé plus loin par la suite.


Certes, Doomsday Clock va plus loin - mais, au fond, assume et est plus sincère et honnête que Before Watchmen.
Before Watchmen piétinait Watchmen et n'était qu'une tentative commerciale, "cachée" derrière un vernis de "qualité", DC indiquant mandater des artistes spécifiques pour chaque mini-série, pour "respecter" le matériel ; mais ce sont des conneries, ils ont fait ça pour récolter du fric, et ça a marché.
A la limite, Doomsday Clock me semble plus sincère, oui : là, DC ne se cache derrière aucun vernis artistique "respectable", ils assument réutiliser comme des cochons Watchmen pour gérer leur foutoir ; soit. C'est tout aussi bon, mais plus direct et j'ai moins l'impression d'être pris pour un con.

Photonik a écrit:Par principe, j'imagine qu'aucune suite n'est inenvisageable a priori (et l'exemple de "2010", une suite très honnête et sans prétentions quant au fait d'égaler son modèle, est effectivement parlant) ; dans le cas de "Watchmen", deux problèmes se posent à mon avis : formellement le récit est parfaitement bouclé sur lui-même et n'appelle aucune suite, et surtout il y a la question des droits. Moore et Gibbons ont bel et bien été arnaqués par DC.
Les gens (comme Bendis) qui utilisent l'argument "ils ont signé un contrat, ils n'avaient qu'à le lire" sont à côté de la plaque. Moore et Gibbons étaient censés récupérer les droits de "Watchmen" à la fin du cycle de réimpression en TPB ; or cette fin n'est jamais survenue, ça continue encore. Moore et Gibbons ne pouvaient le savoir, c'est précisément le succès de "Watchmen" qui a changé la donne par rapport à la politique des réimpressions...
Fut un temps où les auteurs, par "solidarité", n'auraient jamais touché à "Watchmen".


L'honneur est, malheureusement, une valeur en disparition.

penitent a écrit:
BenWawe a écrit:Bien sûr que Johns ne se prend pas pour Moore - mais bien sûr que DC, à la recherche d'un élément pour expliquer/défaire New52 en reliant à l'avant rêvé par les fans et ayant besoin de faire le buzz, a fini par en venir aux Watchmen, figures "mythiques" pour le poids (légitime) de la BD éponyme dans la culture générale et qui, en les utilisant, leur permettrait de faire parler.
Il ne faut rien y chercher d'autre.


Sur le fait que tout ça est monté pour créer du buzz (y compris du bad buzz), on est d'accord.
En revanche, je crois qu'il y a eu et qu'il y a encore chez des scénaristes de Dc cette envie de se mesurer à la légende Moore, et donc pour cela de se servir de "Watchmen". Donc, pour moi, Johns, comme Morrison à sa manière, a envie de s'y coller, sans avoir besoin qu'on le lui impose vu sa situation haut placée dans l'organigramme de DC (en tant que "chief creative officer", il ne reçoit d'ordre que de lui-même).

Je précise que je n'ai rien contre Johns : la manière dont il a revigoré "Green Lantern" pour en faire durant tout son run un perso de premier plan est exemplaire, même si on peut ensuite critiquer par le détail les histoires (et je ne les ai pas toutes lues). Ses deux runs sur la "JSA" et "Justice Society of America" font partie de ce que j'ai préféré lire chez DC en leur temps.
On ne peut lui nier une grande connaissance de la mythologie DC, une vision, une affection et une volonté d'organiser tout ça de manière cohérente et excitante. Si, chez Marvel, on peut discuter de qui est le véritable architecte en chef, le scénariste qui a cette vue d'ensemble à la fois du passé, du présent et de l'avenir, Johns chez DC occupe ce poste.
Mais bon, il ne s'agit pas que de de position hiérarchique, de culture maison, d'amour des comics : il est aussi question de talent. Or, personne, je crois, ne peut dire que Johns en a autant que Moore. L'un est un scénariste efficace, l'autre est un auteur qui a révolutionné les comics : ça donne une idée du gouffre qui les sépare et donc du souci posé par cette idée.


Sincèrement, je ne suis pas sûr que Johns ait envie de se "mesurer" à Moore : en définitive, Johns est un fan qui a réussi son rêve, raconter les aventures de ses personnages préférés ; au-delà de l'appréciation personnelle qu'on peut avoir de lui (et j'apprécie, sincèrement, ce qu'il fait, car j'ai un attachement aux personnages qu'il manipule), il me semble que c'est là définitivement ce qu'"'est" Geoff Johns - un fan qui a réussi, et qui veut faire plaisir aux fans.
D'où l'absence (ou quasi absence si je me trompe, mais je ne pense pas) de projet indépendant ou "personnel" ; d'où sa constance dans le travail sur des personnages très âgés, qui ont bercé son enfance.

Au fond, Johns ne veut que faire "vivre" les personnages qui le hantent depuis qu'il est jeune ; là où Moore a/avait une approche du medium, une envie de le changer, de bouleverser les codes, de s'amuser avec, d'être extrêmement ambitieux dans son approche du comics et de la réalité.
Moore joue et veut briser/modifier les lignes ; Johns ne veut rester que dans les lignes, et s'amuser dedans.

En ce sens, je doute sincèrement que Johns ait envie de se "mesurer" - au fond, je pense qu'ils ne sont pas dans la même division et la même approche.
C'est plus un Morrison ou un King, qui ont une approche des lignes et une réflexion sur le fond et la forme du comics, qui auraient cette envie-là ; pas Johns.

Avatar de penitent

BenWawe a écrit:Bien sûr que Johns ne se prend pas pour Moore - mais bien sûr que DC, à la recherche d'un élément pour expliquer/défaire New52 en reliant à l'avant rêvé par les fans et ayant besoin de faire le buzz, a fini par en venir aux Watchmen, figures "mythiques" pour le poids (légitime) de la BD éponyme dans la culture générale et qui, en les utilisant, leur permettrait de faire parler.
Il ne faut rien y chercher d'autre.


Sur le fait que tout ça est monté pour créer du buzz (y compris du bad buzz), on est d'accord.
En revanche, je crois qu'il y a eu et qu'il y a encore chez des scénaristes de Dc cette envie de se mesurer à la légende Moore, et donc pour cela de se servir de "Watchmen". Donc, pour moi, Johns, comme Morrison à sa manière, a envie de s'y coller, sans avoir besoin qu'on le lui impose vu sa situation haut placée dans l'organigramme de DC (en tant que "chief creative officer", il ne reçoit d'ordre que de lui-même).

Je précise que je n'ai rien contre Johns : la manière dont il a revigoré "Green Lantern" pour en faire durant tout son run un perso de premier plan est exemplaire, même si on peut ensuite critiquer par le détail les histoires (et je ne les ai pas toutes lues). Ses deux runs sur la "JSA" et "Justice Society of America" font partie de ce que j'ai préféré lire chez DC en leur temps.
On ne peut lui nier une grande connaissance de la mythologie DC, une vision, une affection et une volonté d'organiser tout ça de manière cohérente et excitante. Si, chez Marvel, on peut discuter de qui est le véritable architecte en chef, le scénariste qui a cette vue d'ensemble à la fois du passé, du présent et de l'avenir, Johns chez DC occupe ce poste.
Mais bon, il ne s'agit pas que de de position hiérarchique, de culture maison, d'amour des comics : il est aussi question de talent. Or, personne, je crois, ne peut dire que Johns en a autant que Moore. L'un est un scénariste efficace, l'autre est un auteur qui a révolutionné les comics : ça donne une idée du gouffre qui les sépare et donc du souci posé par cette idée.

Mais ça n'empêche que cette provocation récurrente, qui consiste à remâcher "Watchmen", à s'en servir pour justifier ici un reboot, ici un gros coup commercial, même assumée par Johns, est aussi navrante que facile. Comme l'a souligné Jim, si DC cherche un personnage censé être l'auteur de la refonte de l'univers DC, il n'y a pas que le Dr. Manhattan, mais en le choisissant, ça revient à dire à Alan Moore et à ceux qui estiment que "Watchmen" a un caractère sacré : "F*** you !"


Photonik a écrit:Par principe, j'imagine qu'aucune suite n'est inenvisageable a priori (et l'exemple de "2010", une suite très honnête et sans prétentions quant au fait d'égaler son modèle, est effectivement parlant) ; dans le cas de "Watchmen", deux problèmes se posent à mon avis : formellement le récit est parfaitement bouclé sur lui-même et n'appelle aucune suite, et surtout il y a la question des droits. Moore et Gibbons ont bel et bien été arnaqués par DC.
Les gens (comme Bendis) qui utilisent l'argument "ils ont signé un contrat, ils n'avaient qu'à le lire" sont à côté de la plaque. Moore et Gibbons étaient censés récupérer les droits de "Watchmen" à la fin du cycle de réimpression en TPB ; or cette fin n'est jamais survenue, ça continue encore. Moore et Gibbons ne pouvaient le savoir, c'est précisément le succès de "Watchmen" qui a changé la donne par rapport à la politique des réimpressions...
Fut un temps où les auteurs, par "solidarité", n'auraient jamais touché à "Watchmen".


Je crois, sur ce point, que Moore et Gibbons (même si Gibbons a approuvé qu'on retouche à "Watchmen" à l'époque de "Before Watchmen") ont péché par naïveté. Bien entendu, nul ne pouvait prévoir quel succès aurait "Watchmen" à l'époque, et donc le contrat signé avec DC, impliquant la restitution des droits à la fin du cycle de réimpressions, était correct.
Mais tout ça a évidemment totalement changé quand "Watchmen" est devenu ce phénomène d'édition. Si Moore et Gibbons pensaient encore alors pouvoir récupérer leurs droits, c'est désarmant.
L'époque n'était pas la même non plus : aujourd'hui, je pense (je ne suis pas spécialiste, je peux me tromper) que beaucoup d'auteurs se méfient davantage au moment de signer leur contrat avec les éditeurs, a fortiori quand ils acceptent à la fois du "work for hire" et obtiennent de produire du "creator-owned" (ou de travailler pour une autre maison, tout en étant exclusif chez un des "big two").
Est-ce que Moore et Gibbons bénéficiaient de bons conseils, d'agents compétents, d'avocats, pour s'assurer que DC tiendrait sa promesse, qu'il n'abuserait pas de réimpressions permanentes pour ne jamais leur rendre les Watchmen ? A l'évidence non.
Donc l'argument de Bendis n'est pas cynique : il me semble que Moore et Gibbons, incapables de prédire le succès de leur oeuvre et mal conseillés juridiquement, n'ont pas pu prévoir non plus les finasseries contractuelles qui se sont retournées contre eux. Actuellement, les cadors comme Bendis, Millar, Johns, Morrison, Brubaker, Aaron, Rucka, Waid, etc. doivent avoir des contrats blindés, remplis de clauses, d'alinéas, à la fois pour s'assurer que Marvel et DC ne vont pas les embrouiller mais aussi tout simplement pour durer au sein d'une maison dans laquelle la concurrence entre auteurs est forcément féroce (même si, "officiellement", tout le monde s'adore et écrit en respectant ce que le voisin écrit). Et c'est logique : tous ces auteurs ont appris des mésaventures de leurs prédécesseurs.
Bref, tout ça est difficile à juger d'un bloc. Bien entendu, on ne peut que se sentir solidaire de Moore (quoiqu'on pense du bonhomme) parce que l'attitude de DC est tout sauf élégante. Mais si Moore avait écrit "Watchmen", fort d'une expérience plus solide, avec déjà des soupçons sur des manigances éditoriales, il aurait certainement été plus prudent.

Quant au risque de donner une suite à "Watchmen"... Sur le papier, ça paraît effectivement compliqué. Déjà, Rorschach est mort, donc ce ne serait plus vraiment l'équipe telle qu'on l'a connaît, mais un scénariste trouverait un moyen de le ressusciter (le plus simple serait qu'un personnage inédit reprenne son nom et son apparence masquée) - et le compte serait bon.
Pour quelle histoire ? Je suis sûr que bien des auteurs et des fans ont imaginé une intrigue aussi tordue que celle d'Ozymandias.
Mais effectivement, ce serait la provoc' ultime, cet "After Watchmen" ou "Watchmen 2". Là, en fait, ce qui est choquant avec ce "Doomsday Clock", c'est le recours à Dr. Manhattan comme deus ex machina, et plus précisément le fait qu'en utilisant le perso pour expliquer/justifier "Rebirth" (en partie ou en totalité), ça le banalise au lieu de le grandir. Et c'est un coup de pub plus retentissant que de se servir du sorcier Shazam, du Phantom Stranger, de Ganthet, du High Father, du Spectre.

En même temps, durant la longue préparation de "Before Watchmen", il avait été envisagé de reprendre littéralement des idées jetées en l'air par Moore lui-même (le journal de guerre du Comédien, les aventures de Rorschach avec Nite Owl puis en solo). Et "Minutemen" de Cooke était le seul projet que Moore prévoyait vraiment d'ajouter à "Watchmen" - peut-être pas sous la forme que lui a donnée Cooke, mais en tout cas avec le même objectif (détailler le passé de ce groupe, de sa formation à sa dissolution).

Avatar de Fred le Mallrat

Blackiruah a écrit:Franchement, je ne vois pas en quoi ce que ferait Johns ou quiconque viendrait changer l'oeuvre d'Alan Moore.


Tout a fait.

Et franchement apres les jurisprudence Mantis, Thanos, Elektra.. on sait qu un editeur finira par utiliser des personnages qui lui appartiennent même si un regime avait promis que non.
En plus là, on parle de Watchmen.. surement la plus grosses ventes tp de DC ou pas loin.

Le jour où Miller et Gaiman refuseront les suites de DK et Sandman... ils les fileront à un autre.

Johns utilise le plus simple pour expliquer tant de turpitudes surtout qu on a du lui demander des les utiliser un jour.

Avatar de Photonik

Par principe, j'imagine qu'aucune suite n'est inenvisageable a priori (et l'exemple de "2010", une suite très honnête et sans prétentions quant au fait d'égaler son modèle, est effectivement parlant) ; dans le cas de "Watchmen", deux problèmes se posent à mon avis : formellement le récit est parfaitement bouclé sur lui-même et n'appelle aucune suite, et surtout il y a la question des droits. Moore et Gibbons ont bel et bien été arnaqués par DC.
Les gens (comme Bendis) qui utilisent l'argument "ils ont signé un contrat, ils n'avaient qu'à le lire" sont à côté de la plaque. Moore et Gibbons étaient censés récupérer les droits de "Watchmen" à la fin du cycle de réimpression en TPB ; or cette fin n'est jamais survenue, ça continue encore. Moore et Gibbons ne pouvaient le savoir, c'est précisément le succès de "Watchmen" qui a changé la donne par rapport à la politique des réimpressions...
Fut un temps où les auteurs, par "solidarité", n'auraient jamais touché à "Watchmen".

Avatar de KabFC

BenWawe a écrit:Après, je suis d'accord avec toi sur le principe - mais Before Watchmen étant déjà passé par là, produisant des comics relativement nazes et sans intérêt, derrière un vernis de respect cachant pathétiquement l'appât du gain, je pars du principe que la "pureté originelle" de Watchmen est déjà brisée ; alors les réutiliser pour justifier le changement de DC, c'est pas moins moche ou con que de faire Before Watchmen.

Oui ça a déjà commencé, mais la pilule fut dure à faire passé malgré tout, là je vois ça comme une seconde tentative pour allé plus loin par la suite.

Avatar de KabFC
Avatar de BenWawe

Zut, pas assez rapide. ;)

Avatar de BenWawe

KabFC a écrit:L'univers de Watchmen se passe dans son monde, un monde particulier lié à son temps, à son auteur (britannique), rien que le fait d'y toucher (comme pour TDK d'ailleurs), c'est salir l'oeuvre. Il y a des oeuvres auquel on ne touche pas. C'est comme si un mec voulait faire une suite à 2001, ou un peintre voulait faire la soeur de la joconde en version street art.
(...)


Non, rien.
Après, je suis d'accord avec toi sur le principe - mais Before Watchmen étant déjà passé par là, produisant des comics relativement nazes et sans intérêt, derrière un vernis de respect cachant pathétiquement l'appât du gain, je pars du principe que la "pureté originelle" de Watchmen est déjà brisée ; alors les réutiliser pour justifier le changement de DC, c'est pas moins moche ou con que de faire Before Watchmen.

Avatar de Le Doc
Avatar de KabFC

clairement c'est de la pub, je suis du même avis que Ben, après mettre Johns vu son poste et son aura, ça passe mieux que de mettre un Joshua Williamson ou un Team Seeley qui n'auront pas les reins assez solide pour prendre en compte les hurlements des fans, vu les dégénérés que c'est là-bas.

Franchement, je ne vois pas en quoi ce que ferait Johns ou quiconque viendrait changer l'oeuvre d'Alan Moore.

L'univers de Watchmen se passe dans son monde, un monde particulier lié à son temps, à son auteur (britannique), rien que le fait d'y toucher (comme pour TDK d'ailleurs), c'est salir l'oeuvre. Il y a des oeuvres auquel on ne touche pas. C'est comme si un mec voulait faire une suite à 2001, ou un peintre voulait faire la soeur de la joconde en version street art.

Certaines oeuvres peuvent être franchisé, d'autres non, certaines peuvent être touché par leurs auteurs (au risque de faire moins bien, n'est-ce pas ridley), certaines on ne touche pas. C'est comme ça. C'est la vie.

Ajouter des bouts de Watchmen ou de son univers enlève la force de l'oeuvre originel, car elle ne laisse plus de place à l'imaginaire, souvent c'est mal compris/digéré, et on en ressort avec une version faussé, et enfin plus le temps passe et plus les nouvelles itération de Watchmen prennent le pas sur l'oeuvre original la sortant de son contexte si bien qu'un lecteur commençant par Before Watchmen ou Doomsday clock ou quoi que ce soit sortant du cadre original peut penser que la version qu'il a lu au départ est meilleur que l'original et qu'il vaut mieux laissé cette vieille série là ou elle est. Et que le Hibou qui tue ou que la nouvelle tenue sex de Laurie Jupiter est mieux que la jupette. Bref tout ce perd.

Avatar de Blackiruah

Franchement, je ne vois pas en quoi ce que ferait Johns ou quiconque viendrait changer l'oeuvre d'Alan Moore.

Avatar de BenWawe

Bien sûr que Johns ne se prend pas pour Moore - mais bien sûr que DC, à la recherche d'un élément pour expliquer/défaire New52 en reliant à l'avant rêvé par les fans et ayant besoin de faire le buzz, a fini par en venir aux Watchmen, figures "mythiques" pour le poids (légitime) de la BD éponyme dans la culture générale et qui, en les utilisant, leur permettrait de faire parler.
Il ne faut rien y chercher d'autre.

Avatar de sylvain cordurié

C'est surtout DC qui est sans excuse.
Johns ne fait que ce qu'on lui permet.

Watchmen aurait dû rester "inviolé". Ne serait-ce qu'au titre de la reconnaissance internationale de l'œuvre. Ou alors, connaître une suite par Moore et personne d'autre. Mais quand on voit les suites de TDK, même cette option-là me semble risquée.

Avatar de penitent

Geoff Johns doit avoir un bon dealer (à moins qu'il ait pris un coup de soleil) : cette fois, il se prend pour Alan Moore.

Ce serait presque drôle s'il n'y avait pas cette volonté de s'acharner sur Moore, un peu comme pour lui répéter que "non, tu n'auras jamais le dernier mot avec les Watchmen". J'avais toléré "Before Watchmen" pour "Minutemen" par Darwyn Cooke (c'était respectueux et bien fait), et de belles prestations côté dessin (Adam Hughes, les Kubert - enfin, surtout, Joe qui était royal - , Jae Lee, Amanda Conner...).

Mais ça...

Avatar de victor newman
Avatar de sylvain cordurié

victor newman a écrit:Malheureusement tu as raison.

Je ne sais pas si tu t'en rends compte, Victor, mais on est de plus en plus souvent d'accord. Qu'est-ce qu'il nous arrive ? :oops:

Avatar de victor newman

Malheureusement tu as raison.

Avatar de sylvain cordurié

Oui, mais aucun ne leur permettrait de faire autant de buzz.

Avatar de Jim Lainé

BenWawe a écrit:Mine de rien, même si les utiliser n'est pas l'idée du siècle, REBIRTH a permis de relancer entièrement DC et de le rendre plus passionnant et intéressant qu'il y a bien longtemps ; si cette mini fait de même, ça m'ira très bien.


Mais ils auraient très bien pu le faire sans ces personnages-là.
Des démiurges qui créent des univers entiers, ils en ont.



Jim

Avatar de BenWawe

Watchmen est et demeurera un marquant de la culture générale, et de la BD en particulier ; réutiliser les personnages ne changera rien à ça. Pour ma part, je considère que Before Watchmen a déjà piétiné le devenir/traitement des personnages concernés, et leur reprise dans DC n'est que la continuité d'un massacre déjà amplement opéré il y a quelques années.
Donc... pourquoi pas. Mine de rien, même si les utiliser n'est pas l'idée du siècle, REBIRTH a permis de relancer entièrement DC et de le rendre plus passionnant et intéressant qu'il y a bien longtemps ; si cette mini fait de même, ça m'ira très bien.

Avatar de Oncle Hermes

Jim Lainé a écrit:Ah, moi, ça m'allait bien qu'il s'éloigne un peu…

+100. :roll:


Geoff Johns a écrit:"It is the most personal and most epic, utterly mind-bending project I have ever worked on in my career."

Bla, bla, bla, bla. Image

Geoff Johns a écrit:"Still, at the core of it, there’s a being who has lost his humanity, and distanced himself from it, and an alien who embodies humanity more than most humans."

Ça, à la limite, ça pourrait être une idée intéressante. Sauf que ça a l'air bien noyé au milieu de tout le reste. Oh, et qu'on aurait probablement pu raconter la même chose avec un autre personnage.

Avatar de Le Doc

"It is something else. It is Watchmen colliding with the DC Universe. It is the most personal and most epic, utterly mind-bending project I have ever worked on in my career. With Rebirth, I opened the door to Manhattan. Part of that was I loved the real-world influence Watchmen has. I put Manhattan out there, and always thought there was a Manhattan/Superman story to be told, but then ... it grew. And grew. It took my heart and soul over. Still, at the core of it, there’s a being who has lost his humanity, and distanced himself from it, and an alien who embodies humanity more than most humans. I love the idea that Watchmen influenced DC, but what would that look like in reverse? And it goes well beyond that."



INTERVIEW DE GEOFF JOHNS

Avatar de Jim Lainé

Ah, moi, ça m'allait bien qu'il s'éloigne un peu…

Si Bendis pouvait en faire autant chez Smith en face…



Jim

Avatar de Blackiruah

Sweet le retour de Geoff Johns *_*