• Critique Black Panther T.1 par

    Ta-nehisi Coates avait conclu admirablement sa première saga qui revenait longuement sur la tenue d’un Etat tel que le Wakanda. Il abordait de nombreux points sociétaux, politiques, économiques que je me demandais vraiment ce que l’auteur pourrait encore inventer sur la franchise… Eh bien, il a emmené le héros de l’autre côté de la galaxie !

    Mais le récit est loin d’être classique. L’empire du Wakanda s’est exporté dans un autre coin d’une galaxie dirigé par… un autre black panther. Mais ce règne est loin d’être idyllique, puisqu’il exploite des esclaves pour extraire du vibranium. Parmi ces derniers, un captif, ayant perdu sa mémoire, a un vrai talent pour s’échapper et combattre pour lancer des révoltes. Il sera donc libéré par des rebelles et le baptiseront… T’challa ! Et ils découvriront qu’ils ont fait une plutôt bonne pioche.

    Décidément, Ta-Nehisi Coates m’a pris de court. Ce nouveau run est tout simplement époustouflant. L’auteur nous emmène dans une énorme saga cosmique à travers les yeux de ce T’challa perdu dans un scénario complètement inédit. D’ailleurs, le scénariste s’amuse avec cette situation en distillant au fur et à mesure suffisamment d’information pour comprendre la situation. Cette fresque, qui surfe sur le courant afrofuturiste et space opéra, amène son lot d’héroïsme (avec son lot de clins d’oeil notamment envers Star Wars). D’ailleurs, je suis assez étonné que l’auteur nous livre une saga loin des sujets sociaux qu’ils maîtrisent tant mais il parvient à caresser le sujet de l’identité et du devoir qui rend le récit très savoureux et donne un vrai côté épique.

    Et Marvel a eu le nez creux d’accompagner le scénariste avec Daniel Acuna : son travail est prodigieux. Malgré un graphisme très sombre, je trouve qu’il ce talent de rendre ses planches très lisibles et un découpage à la fois dynamique (en faisant souvent sortir ses personnages des cases) et iconique. Daniel Acuna est un rouage important dans cette saga et va énormément manquer par la suite car remplacé par Kev Walker qui n’a pas son génie pour retranscrire une telle ambiance. En tout cas, préparez vous à prendre une claque visuelle à chaque page.

    Cerise sur le gâteau, Panini comics apporte un peu d’éditorial en fin de volume pour livrer quelques informations intéressantes vis-à-vis de cet empire galactique du Wakanda ainsi que différents protagonistes de ce premier volume. Excellente idée !

    9

    Blackiruah - 04 avril 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Black Panther T.1 ?
Ecrire une critique