• Critique All-Star Superman T.1 par

    Parmi les nombreuses scènes mémorables de "All-Star Superman", il y a en a une que je trouve toujours aussi belle que tellement forte dans le message qu'elle véhicule. Une jeune femme au visage désespéré s'apprête à se jeter d'un immeuble. Superman apparaît alors derrière elle et lui dit : "La vie n'est jamais aussi noire qu'on le croit. Tu es bien plus forte que tu ne le penses. Fais moi confiance". La dernière case de cette page est muette mais elle en dit beaucoup sur le personnage créé il y a 80 ans par Jerry Siegel et Joe Shuster.
    Il apporte l'espoir.

    "All-Star Superman", c'est la déclaration d'amour de l'écossais Grant Morrison à l'Homme d'Acier. Une manière pour lui de "synthétiser" le meilleur de toutes les époques des comics Superman dans une histoire intemporelle, épique et intimiste à la fois. Après s'être approché trop près du soleil pour sauver les membres d'une mission scientifique, Superman apprend que l'exposition aux rayonnements stellaires a surchargé ses cellules. Bref, il est en train de mourir...mais les travaux de Superman sont loin d'être terminés...

    Sur la couverture du premier épisode de la maxi-série en 12 épisodes "All-Star Superman", on voit le héros assis sur un nuage, au-dessus de Metropolis, l'air apaisé. Comme s'il avait déjà fait la paix avec ce qui va lui arriver. Il y a quelque chose de solaire dans cette image et cet aspect lumineux qui va si bien au personnage ne quitte pas la lecture tout au long des chapitres, éclairant même les passages un peu plus sombres. Pour moi, l'écriture de Grant Morrison a rarement été aussi touchante que dans ces pages, notamment pour tout ce qui touche à l'histoire d'amour entre Superman et Lois Lane ainsi que l'exploration d'un événement majeur de la vie de Clark, le décès de son père Jonathan.

    Il y a de très beaux moments, oui...et aussi des passages complètement fous, des épreuves qui ramènent les concepts les plus loufoques des comics Superman (et il y en avait dans l'Âge d'Argent des Comics). Il faut bien sûr avoir certaines connaissances en la matière pour saisir toutes les références, mais je pense aussi que le récit peut s'apprécier sans cela. L'ensemble est réjouissant, divertissant, démesuré et humain à la fois.

    Il a fallu plus de deux ans au dessinateur Frank Quitely pour terminer les 12 épisodes de "All-Star Superman". Ce qui a donné lieu à un rythme tout aussi chaotique lors de la première publication française de cette histoire chez Panini. Mais l'attente en valait la peine. Le travail du compatriote de Grant Morrison est de toute beauté, élégant et puissant. La dernière page, qui représente le dernier travail de Superman, est inoubliable.

    La collection "All-Star" de DC Comics devait permettre à des auteurs reconnus de donner leur vision des plus grands héros DC sans se soucier de la continuité. Plombée par les retards, cette ligne s'est limitée à deux titres en produisant des résultats diamétralement opposés : il y a en effet un gouffre entre le catastrophique "All-Star Batman & Robin" de Frank Miller et Jim Lee, resté inachevé, et ce chef d'oeuvre qu'est le superbe "All-Star Superman" de Grant Morrison et Frank Quitely.

    10

    Le Doc - 17 juin 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu All-Star Superman T.1 ?
Ecrire une critique