• Critique Alias par

    Jessica Jones est une ancienne super héroïne qui a pris sa retraite suite à des événements personnels tragiques. Elle s’est reconvertie en détective privée et a ouvert un cabinet : Alias Investigations. Alors qu’elle tente de se reconstruire en oubliant son ancienne vie, elle se retrouve, malgré elle, mêlée à des affaires impliquant ses anciens compagnons d’armes.
    Ce personnage est une création de Brian Michael Bendis, un des auteurs prolifiques de la maison des idées. L’homme est un auteur reconnu chez Marvel grâce à son passage marqué sur les séries “Daredevil”, “New Avengers” ou les crossovers “Secret War” et “House of M”.
    Ce comic-book a été publié à l’origine dans la collection MAX qui regroupe les comics non-censurés et destinés à un public adulte.
    Et dès les premières pages, on comprend pourquoi. Il faut bien dire qu’il tranche avec le reste de l’univers. Nous suivons la vie d’une jeune femme dotée de super pouvoirs mais surtout de super problèmes psychologiques. Au fil des enquêtes, nous en apprendrons plus sur son ancienne vie et sur les évènements qui l’ont amené à devenir détective privée. Là où ce comic-book innove c’est qu’il nous montre l’envers du décors : la vie des super-héros sans les collants. On se rend compte qu’une fois rentrés chez eux, ils ne sont pas bien différents des gens normaux et ont tout un tas de problèmes. Tous les maux de nos sociétés modernes sont abordés : alcoolisme, drogues, sexe, problèmes conjugaux ou encore religion. C’était un pari osé mais il faut avouer que c’est réussi.

    Je vais être franc, le dessin de Michael Gaydos n’est pas beau. Mais il n’est ni plus ni moins que le reflet de la réalité décrite dans cette oeuvre. Cela colle parfaitement à l’ambiance que dégage le scénario et c’est tout ce que l’on demande. Le travail de découpage des planches est fantastique. Il sert à merveille les nombreux dialogues et nous déroule sur un tapis le film qui se joue devant nos yeux et dans notre tête. C’est extrêmement fluide et efficace. Les couvertures de David Mack superbement mises en scène apportent un côté photographique à l’oeuvre. De la même manière, tous les dessins de Mark Bagley montrant l’ancienne vie de Jessica tranchent parfaitement avec le style de Gaydos et appuient le scénario.

    Alias est une oeuvre à part qui est clairement destinée à un public mature désireux de voir l’univers des héros Marvel sous un autre angle, celui du réalisme. Tous les personnages que nous connaissons y sont présentés sous un autre jour, plus moderne, plus fragile, plus humain au final. Le scénario nous amène à découvrir la vie d’un nouveau personnage résolument moderne et ancré dans son temps. J’ai dévoré ce comic-book car il m’a parlé, le ton est juste et innovant. Le seul reproche que j’aurais à faire est sur la fin un peu trop rapide à mon goût. La réussite de Bendis est d’avoir créé une oeuvre à la fois totalement différente mais qui s'insère parfaitement dans un univers bien connu de tous. Bendis se paye même le luxe, à la fin du récit, de faire un teasing de son crossover “Vengeurs : La Séparation” qui paraîtra un an plus tard. Sur ce, je vous laisse pour voir ce que donne la série Jessica Jones sur Netflix.

    9

    Meudah - 26 novembre 2016

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Alias ?
Ecrire une critique