• Critique Spider-Man T.2 par

    Ben Reilly, alias Scarlet Spider, fait déjà une pause (ce qui n'est pas pour me déplaire). Il n'y a donc que deux séries au sommaire de ce deuxième numéro de Spider-Man paru sous la bannière Fresh Start : Amazing Spider-Man (avec deux épisodes) et Peter Parker : The Spectacular Spider-Man (avec trois épisodes).

    Tout en préparant le terrain pour ses futures intrigues avec les pages qui ouvrent chaque épisode, le scénariste Nick Spencer continue de mener le premier arc narratif de la relance de Amazing Spider-Man sur un très bon rythme, en alternant efficacement les combats qui font intervenir des vilains variés (Man Moutain Marko, le Ringer, le Maître de Corvée...) et les passages dialogués qui font revenir régulièrement des personnages du petit monde de Peter qui avaient disparus de la circulation depuis quelque temps.

    Il y a beaucoup de dynamisme dans la construction de l'histoire, c'est rapide, les dialogues sont pêchus et le cliffhanger du #2, qui amène son lot de rebondissements avant une révélation construite selon un efficace montage d'actions alternées à la fin du #3, revient sur le thème du double cher à Nick Spencer. Il ne manque plus qu'un bon dessinateur et ce serait encore mieux...

    Le Peter Parker : The Spectacular Spider-Man de Chip Zdarsky poursuit la longue aventure qui se déroule dans une réalité alternative. Longue parce qu'alors qu'on la croyait terminée, un élément la relance dès l'arc narratif suivant qui commence au #304. Ce n'est pas si mal, parce que cela permet notamment au scénariste de continuer à s'amuser dans son petit coin et faire évoluer Spidey, sa soeur et ce bon vieux J.J. Jameson dans une sorte de Et si...? qui utilise pleinement les possibilités du concept. Et c'est très divertissant (avec une petite préférence pour Joe Quinones aux dessins, le découpage d'Adam Kubert sur le #304 n'étant pas toujours à mon goût) !  

    7

    Le Doc - 07 avril 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Spider-Man T.2 ?
Ecrire une critique