• Critique Iron Fist T.1 par

    Quand j’y repense, lorsque j’étais gosse, les mercredi étaient fondateurs dans ma culture ( qui plus est geek). Ma nounou était vraiment cool car elle nous autorisait de regarder le club Dorothée et surtout de passer de temps en temps des après midi chez les voisins qui avait une collection impressionnante de cassettes et surtout… de karaté ! Et là attention, on passait parfois des après midi à mater du Jean Claude, du Jacky Chan, Dieu Bruce Lee et autres films de Sammo Hung. Je ne vous parle même pas des sorties à la suite d’un film où on s’amusait à imiter les combats où il n’était pas rare de voir un pied finir dans la figure d’un autre…
    Enfin bref, tout ça pour dire que le karaté a une place importante dans mon cœur et forcément, Iron Fist est un personnages qui m’a toujours intrigué. Alors forcément quand un nouveau run se base sur un principe de tournoi d’arts martiaux, il a un fort potentiel pour me faire vibrer mais revenons au récit.

    Ce volume d’Iron Fist, scénarisé par Ed Brisson, nous montre un Danny Rand qui a perdu ses pouvoirs, à la dérive, en quête de combat pour se rassurer et essayer de retrouver son ki. Mais c’est lors d’un énième combat dans un bar qu’Iron Fist va se voir inviter dans un tournoi d’arts martiaux. Ce dernier lui permettra non seulement de rencontrer des adversaires à sa hauteur, mais aussi de récupérer un peu de ki à chaque victoire. Il n’en fallait pas plus pour Danny pour se jeter dessus mais il y découvrira également un drôle de domaine baigné dans les arts martiaux intimement lié à son passé.

    Franchement, Ed Brisson n’est pas allé chercher loin pour lancer son run. Une série de Kung Fu ? Faisons un tournoi d’arts martiaux ! C’est facile mais encore faut-il bien exécuter ce genre de récit.
    Or, à ce petit jeu, le récit s’en sort très bien. Il faut avant tout remercier Mike Perkins et son travail graphique que j’ai adoré dès les premières pages, surtout lors des scènes d’action où l’artiste parvient à donner un dynamisme très intéressant grâce à ses découpages qui donnent du punch. J’ai vraiment été épaté sachant qu’il a un style réaliste, souvent statique (mais que j’ai toujours apprécié au demeurant). D’ailleurs, le réalisme donne un certain cachet à certains personnages leur donnant une certaine crédibilité.

    Mais outre ce tournoi bien “chorégraphié”, le scénariste développe un univers intéressant autour des combats, que ça soit les différents adversaires, les mystérieux combattants et surtout l’astuce scénaristique qui finit par lier tout lier à K'un-Lun et lancer définitivement son run.

    Au final, ce premier volume d’Iron Fist commence de manière fort sympathique si vous êtes un amateur d’œuvres d’arts martiaux. Vous serez accueilli par un tournoi nerveux aux airs de mortal kombat qui réussira à se raccrocher à la mythologie de K'un-Lun mais aussi de lancer un run sous de bonnes auspices. Pari réussi en ce qui me concerne et j’ai réussi à pas essayer de reproduire les coups de pied… Assurément, une marque de progression personnelle !

    8

    Blackiruah - 25 juillet 2018

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Iron Fist T.1 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10