• Critique Punisher T.3 par

    Après avoir traqué et détruit le CONDOR dans les deux premiers tomes, il revient chez lui, à New-York. Frank Castle est de retour et reprend du service en faisant ce qu’il sait faire de mieux : punir les criminels. Et on peut dire qu’il y avait un peu de laisser aller pendant son absence. C’était en quelque sorte les vacances pour les caïds et autres petites frappes. Mais le Punisher va remettre de l’ordre dans sa ville chérie au fur et à mesure du récit. Chaque épisode est une petite histoire en soi ou l’on suit Castle reprendre la main sur sa ville avec toute la délicatesse qu’on lui connaît. Le scénario rompt clairement avec la trame développée précédemment jusqu’aux derniers épisodes où l’un des vilains resurgit d’outre tombe.
    Au niveau du scénario, c’est clairement le moins bon volume des trois. Les petites histoires imaginées par Becky Cloonan n’ont vraiment rien d’extraordinaire et le finish de son run ne marquera pas les esprits.
    De son côté Matt Horak assure le job. On se surprend toujours à voir du Dillon dans son style, mais comme pour le précédent tome, c’est certainement un hommage au maître qui nous a quitté. Je note quand même une qualité globale en dessous de ce qu’il avait fait sur le deuxième tome. Rien à signaler au niveau des couleurs qui restent dans le même ton.
    Bref, vraiment pas fameux ce finish, c’est plus un épilogue qu’une vraie conclusion à mon sens. Selon moi, vous pouvez vous arrêter au tome deux qui constitue la vraie fin de ce run. Pour les autres, vous ne perdrez pas trop de temps à lire ce volume mais vous n’y prendrez certainement qu’un plaisir modéré.
    Au niveau de l’édition, le 100% de panini fait toujours partie des meilleurs rapport qualité prix du marché. Une brève intro, les couvertures originales entre chaque épisode et une mini bio des auteurs composent cette édition comme toutes les autres.

    5

    Meudah - 27 mai 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Punisher T.3 ?
Ecrire une critique