• Critique Star Wars T.1 par

    On connaît la chanson : tous les deux ans, Panini relance la revue Star Wars au numéro 1. La nouvelle formule propose ainsi moins de pages (ça, c'est pas bien) et un passage à une périodicité mensuelle (ça, c'est mieux). Les trois séries mensuelles de la Saga des Etoiles sont toujours au rendez-vous : Star Wars, Doctor Aphra et Dark Vador.

    Star Wars fête son 50ème épisode...et pour ce numéro anniversaire, Kieron Gillen et Salvador Larroca inaugurent le nouvel arc narratif, La Mort de l'Espoir. Et il est évident qu'un tel titre n'augure rien de bon pour les héros de la Rébellion. Suite à la révélation de la fin du #49 (que je ne détaillerai pas ici pour ceux qui ne l'ont pas encore lu), le scénariste britannique orchestre un suspense qui monte redoutablement en puissance page après page et revient sur les dessous de l'affaire dans une back-up dessinée par Giuseppe Camuncoli. Une entrée en matière très efficace...et je suis bien content de ne pas attendre cette fois-ci deux mois pour lire la suite...

    Chelli Aphra doit à nouveau se sortir d'un très mauvais pas...mais même dans les environnements les plus dangereux, la jeune femme n'est jamais sans ressources. Kev Walker est de retour aux dessins pour le premier chapitre de la saga Un plan catastrophique signée Si Spurrier. Si la narration est au début un poil confuse, cet épisode plante bien le décor et sait entretenir l'intérêt pour la suite.

    Avant l'arc en 7 épisodes Forteresse Vador qui clôturera la seconde série du Seigneur Noir des Sith, Charles Soule et Giuseppe Camuncoli opposent Dark Vador et le Grand Moff Tarkin au cours d'une chasse à l'homme qui va jouer un rôle déterminant dans la relation entre les deux hommes. Cette variation sur le thème de La Chasse du Comte Zaroff fait de Vador une implacable force de la nature. Et pour la caractérisation de Tarkin, Charles Soule s'inspire principalement du roman qui a été consacré au personnage (et qui a été publié en France en 2016). Tarkin est le narrateur, Vador ne parle pas et il y a un bon jeu sur les sons, sur les sifflements rauques de son appareil respiratoire pour créer la tension. Un très bon épisode, très bien dessiné, avec un final qui en dit long sur celui qui fut le chevalier Jedi Anakin Skywalker...

    La nouvelle rubrique Propagande Rebelle et un portrait du Docteur Aphra complètent le sommaire.

    8

    Le Doc - 08 avril 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Star Wars T.1 ?
Ecrire une critique