• Critique Star Wars T.7 par

    "Star Wars #36 et 37 :"

    Ces deux épisodes marquent la fin de la prestation de Jason Aaron sur le principal titre "Star Wars" de Marvel. À l'origine, Aaron ne devait pas s'arrêter aussi tôt (ce qui est à relativiser bien entendu car 37 épisodes, c'est déjà très bien de nos jours). Le scénariste barbu a révélé en interview que ses plans pour Luke, Leia, Han et cie allaient jusqu'au #50, mais il a du alléger son emploi du temps suite à sa reprise des "Avengers", dont il a déjà prévu 18 épisodes rien que pour la première année de la relance des aventures des plus grands héros de la Terre.

    Depuis quelques numéros, Jason Aaron se focalise sur un groupe réduit de personnages dont il suit les tribulations avant de les regrouper pour sa dernière page. Le #36 est particulièrement savoureux car il permet de montrer toute l'étendue des talents de R2-D2, prêt à tout pour sortir C-3P0 des griffes de l'Empire. J'ai bien aimé cette petite astuce narrative qui est de mettre en parallèle dans les récitatifs un rapport technique sur les capacités des unités R2 avec la démonstration de ce dont est réellement capable le petit droïde. Et cela donne un épisode fort réjouissant...

    Changement d'ambiance pour le suivant car le #37 est centré sur l'escadron SCAR, l'unité de stormtroopers créée par Jason Aaron. Depuis sa première apparition,le sergent Kreel est un ajout intéressant aux troupes de choc de l'Empire et la section dont il a la charge prouve une nouvelle fois sa dévotion à la cause et son implacable efficacité dans une mission qui ne fait pas de prisonniers.

    C'est un autre scénariste habitué de la franchise, Kieron Gillen, qui reprend les commandes de "Star Wars" au #38. Salvador Larroca reste quant à lui fidèle au poste aux dessins...dommage...

    "Doctor Aphra #13 et 14" :

    L'épisode 13 termine l'arc narratif "L'Enorme Magot" par un affrontement entre Dark Vador et Rur. L'action démarre tambour battant et Aphra doit trouver un moyen d'échapper à ce chaos sans se faire remarquer par son ancien employeur. Le rythme est toujours aussi bon et Kieron Gillen a su redéfinir les liens entre Aphra et les différents membres de son équipe...et les effets se font déjà sentir dès le chapitre suivant.

    À partir du #14, Kieron Gillen partage l'écriture avec son compatriote, l'excellent Simon Spurrier. Le dessinateur Kev Walker fait une pause et est remplacé par l'italien Emilio Laiso, dont j'apprécie beaucoup le style (et ça fait beaucoup de bien aux mirettes après Salvador Larroca). Les deux compères approfondissent la relation entre Aphra et la capitaine Tolvan (il y a une tension palpable entre les deux femmes) et la dernière page dévoile un croustillant retournement de situation dans la dynamique du titre...

    "Darth Vader #7" :

    Début d'un nouvel arc narratif pour la série de Charles Soule et Giuseppe Camuncoli (la deuxième moitié de la revue est vraiment mieux dessinée que la première). Et c'est une bonne entrée en matière, partagée entre les méthodes d'enseignement très particulières de Dark Vador, chargé de former les Inquisiteurs, et le parcours de Jedi qui ont échappé à l'ordre 66. Jocasta Nu, l'archiviste des Jedi, est un personnage qui n'avait pas vraiment été développé dans l'ancien univers étendu Star Wars, ce qui me rend curieux de la suivre dans cette nouvelle histoire. Et l'intérêt que lui porte l'Empereur rend la réplique finale très intrigante...

    7

    Le Doc - 10 juin 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Star Wars T.7 ?
Ecrire une critique