• Critique Hellboy T.2 par

    Hellboy est un héros très important dans le microcosme des comics. D’une part, il est le symbole de la réussite d’un auteur qui a su complètement s’écarter des carcans des big two et surtout ce personnage aime les chats. Et ça, c’est le signe des grands.

    Et justement, dans ce second tome de cette édition prestige, Mike Mignola poursuit, à travers de nombreux récits courts, la découverte de son univers si particulier entre action, horreur, fantasy et poésie. Compilés, pour nous, dans un ordre chronologique de l’univers, on découvre cet Hellboy qui grandit à travers ces nombreuses histoires qui lorgnent sur les différents styles. Néanmoins, j’ai été happé par cet univers bien qu’il n’y ait pas de réel fil conducteur. J’aime cette saga qui oscille entre mythologie et conte fantastique, le tout tranché par ce héros démoniaque au cœur chevaleresque et au caractère trempé.

    Le seul problème avec ce second volume est que peu d’éléments sont vraiment utiles pour la saga en entière si ce n’est 2 récits en particulier. Le premier est une courte histoire où Hellboy fait un rêve étrange qui nous permettra de découvrir son vrai nom et les secrets de sa naissance.
    Le second est surement le récit le plus complet où notre héros va affronter un ennemi du passé qui va se lier à un démon pour s’emparer du pouvoir d’Hellboy. Mais il est rarement bénéfique de s’associer à une telle entité.
    Ces deux récits sont intéressants car ils s’intéressent de près à la nature du personnage principal et amène son lot de questionnement au vu de sa résolution. La saga est loin d’être finie et ces mystères m’ont donné envie d’en découvrir plus sur cette mythologie qui semble bien plus vaste par rapport à ce qu’on a vu.

    Visuellement, Hellboy tranche aussi par rapport aux univers de super héros classiques et c’est tout ce qui fait le charme de cette franchise. Outre tout ce qui a été précisé dans le premier volume, j’ai aussi découvert tout le génie d’un artiste qui recèle d’idée pour créer tout ce bestiaire démoniaque qui appelle une grande palette d’émotion différente tout en conservant le même style qui s’adapte aisément à tout univers (mythologique qu’il soit nordique, européen ou même asiatique) !

    L’édition (qui se révèle identique à l’édition deluxe VO) reste un petit bijou avec un énorme lot de bonus entre les commentaires de Mike Mignola et un grand nombre de croquis commenté. Un format idéal pour continuer d’explorer cette saga intrigante et ensorcelante! Cela dit, toujours pas l’ombre d’un chat, je vais finir par croire que cette caractéristique ne vient que du film !

    7

    Blackiruah - 24 mars 2018

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Hellboy T.2 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10