• Critique 30 Jours de Nuit T.6 par

    Steve Niles n'était pas vraiment un nouveau venu dans le monde des comics lorsque le premier numéro de "30 jours de nuit" est paru chez IDW en 2002. Le scénariste spécialisé dans l'horreur avait déjà travaillé dans le milieu indépendant dans les années 90, notamment en adaptant les oeuvres de Clive Barker, avant d'écrire pour les diverses séries "Spawn" de Todd McFarlane. Mais c'est véritablement "30 jours de nuit" qui a donné un coup de fouet à sa carrière (et à celle du dessinateur Ben Templesmith). Et ironiquement, ce qui fut d'abord une idée de scénario rejetée par les studios démarchés par Niles est devenu un long métrage produit par Sam Raimi en 2007.

    Cette idée était aussi simple que redoutablement efficace : en Alaska, pendant l'hiver polaire, le soleil ne se lève pas pendant 30 jours. Une aubaine pour un gang de vampires, bien décidés à mettre à leur menu les habitants de la petite bourgade de Barrow...
    Avec le succès, "30 jours de nuit" s'est étendu sur plusieurs mini-séries et numéros spéciaux (et un crossover avec les X-Files !). Steve Niles a développé son univers horrifique (tout en retournant plusieurs fois à Barrow, là où tout a commencé) et invité plusieurs scénaristes comme Matt Fraction, Kelly Sue DeConnick, David Lapham ou encore Joe Lansdale.

    En France, Delcourt a publié 5 albums entre 2004 et 2010 avant de mettre la publication française en pause...jusqu'à aujourd'hui (décision peut-être influencée par l'actualité U.S. puisque Niles vient de relancer "30 jours de nuit" avec une nouvelle mini-série) ! De nombreuses histoires étaient restées inédites et pour ce sixième tome, Delcourt a choisi "Juarez ou Lex Nova et l'affaire des 400 mortes mexicaines", la première écrite par un autre scénariste que Steve Niles, un certain Matt Fraction ("Iron Man", "Sex Criminals"...). À la partie graphique, on retrouve Ben Templesmith, le dessinateur emblématique du titre qui lui donne à nouveau cette étrange identité visuelle, très atmosphérique, qui en fait sa particularité.

    À l'origine, "Juarez" est paru dans "30 days of night : Bloodsucker Tales", une mini-série en 8 épisodes comprenant deux histoires à chaque numéro, la première (toujours inédite, donc) étant "Dead Billy Dead", par Niles et Kody Chamberlain. Pour "Juarez", Matt Fraction a choisi une toile de fond tristement et horriblement réelle, celle de cette ville du Mexique connue pour sa forte criminalité et pour les nombreux meurtres de femmes qui y ont eu lieu, surtout sur des ouvrières des maquiladoras, des usines proches de la frontière. Ces femmes ont été appelées "Les Oubliées de Juarez".

    Dans "Juarez", Lex Nova, un ancien détective complètement cinglé, se demande si ces disparitions ne seraient pas liées aux vampires. C'est ce que pensent aussi les membres du cirque de la Famille Zéro, un groupe de suceurs de sang à la recherche de leur chef disparu. La bande dessinée propose donc une confrontation entre monstres de fiction et monstres bien réels...pour un résultat hélas en grande partie décevant à cause d'une narration bien confuse.
    Les choix de Matt Fraction ne facilitent pas la lisibilité du récit (et c'est même de plus en plus embrouillé sur la fin) mais il y a tout de même de bonnes idées comme l'emploi de la fameuse voix-off du récit noir. Sauf que dans ce cas précis, Lex Nova fait lui-même la voix-off à haute voix sans s'en rendre compte, ce qui occasionne quelques réactions plutôt croustillantes...de bonnes touches d'humour (noir) dans un ensemble très moyen...

    5

    Le Doc - 29 mars 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu 30 Jours de Nuit T.6 ?
Ecrire une critique