• Critique 52 T.2 par

    Pour faire un bon mafé, il faut prendre du temps. Il est évidemment nécessaire de bien choisir ses ingrédients, les préparer chacun de son côté, préparer la sauce et faire mijoter le tout à feu doux pour avoir un bon plat africain (que je conseille à tous évidemment). 52, c’est un peu la même chose au final.

    La premier volume nous montrait le choix des ingrédients (les personnages) et la direction que chacun prenait dans ce monde privé de la trinité Batman, Wonder Woman et Superman. Avec cette narration très atypique, la série nous propose de suivre semaine par semaine comment l’univers avance, le tout dirigé par 4 scénaristes de talent (Geoff Johns, Greg Rucka, Mark Waid et Grant Morrison… Rien que ça !)

    Avec ce 2nd volume, on perçoit toute la force de la série de proposer un tel format géré par des auteurs de talent parvenant à tous travailler ensemble. C’est comme une bonne recette de top chef, chacun amène son style sans effacer l’importances des autres récits, tout en développant une saga cohérente qui recèle de mystères et de révélations.

    D’ailleurs à ce petit jeu, toutes les intrigues sont passionnantes, que ça soit la déchéance de Booster Gold qui n’arrivera pas à se remettre de la révélation de sa supercherie, la quête spatiale complètement dingue, made in Grant Morrison, d’Animal Man et consort, la montée en puissance de l’enquête de la Question et René vis à vis d’intergang. Ces derniers croiseront d’ailleurs la route de Black Adam, qui vit toujours son idylle avec Isis qui l’apaise au point d’agrandir la famille “Adam”. C’est très riche et bourré de bonnes idées rendant la lecture palpitante. Le tout est bien accompagné par des illustrations classiques et efficaces (toujours par le même pool de dessinateurs) dans le pur style iconique qui amène du punch au tout.

    Embelli par cette édition qui nous partage les dires des auteurs à chaque fin de chapitre, ce second volume confirme ma 1ère impression laissée par le début de cette série : c’est une excellente saga qui fait office de pépinière à idée nous embarquant dans une histoire un peu folle qui s’avère pleine de surprise. Et franchement si c’est aussi bon qu’un mafé de poulet, pourquoi se priver ?!

    8

    Blackiruah - 26 avril 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu 52 T.2 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10