• Critique Coraline T.1 par

    Coraline est un roman noir pour ados écrit par Neil Gaiman et publié en 2002, il a été adapté en bande-dessinée par Philip Craig Russell six ans plus tard. Aujourd’hui, Delcourt a eu la très bonne idée de nous le proposer en VF !
    Ce n’est pas la première apparition du personnage de Coraline sur le marché francophone puisqu’en 2009, Henry Selick l’avait adaptée en dessin animé. Une création en rappelant une autre : L’étrange Noël de M. Jack… on y retrouvait un univers gothique, virevoltant dans une ambiance que ne renierait pas Tim Burton.

    Le personnage éponyme est une petite fille attendant la fin des vacances dans la nouvelle très grande maison qu’habitent ses parents ainsi que d’autres personnes, formant à eux tous, une galerie de personnages fantasques.
    La vie dans cette bâtisse n’est pas passionnante, les activités manquent et les différents copropriétaires, en plus d’être franchement loufoques, ne prêtent pas réellement attention à Coraline… Ni les deux vieilles filles, ni le dompteur de souris du dessus et encore moins son père qui passe son temps à travailler devant son ordinateur.
    Coraline décide donc de partir explorer les environs. C’est alors qu’elle découvre une porte murée qui conduit dans une réalité alternative.
    A la manière de Lewis Caroll, la plongée de la petite fille dans ce tunnel obscur fera basculer le récit dans un univers fantastique et onirique radicalement différent, peuplé de péripéties et de personnages encore plus étranges que ceux du monde de Coraline…

    Dans la version qui nous intéresse, P. Craig Russel prend le contrepied de Selick, en nous offrant une adaptation graphiquement plus « réaliste ». Son dessin très fin et très lumineux rompt - à l’image du Shining de Kubrick – avec l’atmosphère sombre et oppressante dans laquelle évolue l’héroïne. Les couleurs un peu passées et dans les tons pastel traduisent bien l’ambiance éthérée créée par les brumes encerclant la maison de Coraline. Toute la partie graphique contribue avec brio à rendre encore plus étrange cette maison hors du temps, un classique chez Gaiman.

    Coraline est un vrai conte fantastique à destination des jeunes lecteurs et lectrices, comme des moins jeunes.
    Ce n’est pas la première fois que P. Craig Russel s’attaque à un récit de Gaiman, il a déjà adapté Premier meurtre et L’étrange vie de Nobody Owens, que j’avais adoré (l’histoire d’un jeune garçon vivant dans un cimetière en compagnie de fantômes). Sans compter ses contributions à Sandman.

    Coraline n’a pas la prétention de révolutionner le genre mais le récit de Neil Gaiman est mené d’une main de maître de bout en bout (un petit peu trop prévisible peut-être ?). P. Craig Russel fait encore une fois du très bon boulot sur cette adaptation qui, rappelons-le, a tout de même été récompensée par un Eisner Award !

    8

    bulgroz - 23 septembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Coraline T.1 ?
Ecrire une critique