• Critique La Splendeur du Pingouin T.1 par

    Un album consacré au Pingouin avec peu d'apparitions de Batman, voilà qui est surprenant. Mais Oswald Cobbelpot est un honorable citoyen propriétaire d'un club flottant : La Banquise. Ce qui ne l'empêche pas, sous cette couverture, de commanditer quelques vols de bijoux spectaculaires ou des exécutions atroces.

    L'univers de Batman avec son côté très sombre a toujours été mon préféré. Cette préférence doit beaucoup aux "méchants" très charismatiques évoluant à Gotham. Le Pingouin en fait partie.
    Le traitement graphique dans des teintes perpétuellement crépusculaires convient parfaitement à cet homme de l'ombre. Le scénario revient sur les plaies d'enfance d'Oswald dues au rejet d'une grande partie de son entourage et sur les premières vengeances qu'il a fait subir à celui-ci.

    À la fin de cet album, je ne savais plus trop si je devais le plaindre ou le détester… ou les deux.

    8

    ginevra - 11 avril 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La Splendeur du Pingouin T.1 ?
Ecrire une critique