• Critique X-O Manowar T.1 par

    Old Man Conan

    XO-Manowar 1- De soldat à général

    Voici le début du nouveau récit concernant le héros de chez Valiant Comics, le dénommé XO-Manowar.
    Au cours des aventures précédentes (intégrales en trois volumes chez Bliss Comics), il en aura vécu des péripéties notre wisigoth préféré, Aric de Dacie. Trop peut-être même car il en a assez, assez de la guerre, assez de se battre, il en vient à se demander si cela ne vient pas de l'armure qu'il porte, ne serait-ce pas elle la responsable de tout cela, une sorte de malédiction amenant son porteur à se battre sans cesse. Il va donc y mettre fin, il ne la portera plus cette armure maudite, il va l’éloigner de la Terre et l'enterrer sur Gorin, une planète lointaine et, à l'instar d'un Old Man Logan, il va essayer de vivre une vie apaisée, une vie de fermier, une vie de famille associé à la belle Schon. Hélas, tout ne va pas se passer comme prévu car ce n'est peut-être pas l'armure qui est maudite en fin de compte. En effet, Aric va se retrouver enrôler de force dans un conflit qui ne le concerne pas, obliger de survive à nouveau au milieu des champs de bataille. Et pour cela va-t-il pouvoir se passer d' XO-Manowar?

    Avec le début de ce nouveau récit, nous entrons dans une nouvelle vague chez Valiant Comics, la première étant la résurrection de cette maison d'édition en 2007 pour ressortir les comics des années 1990 puis en 2012 de ressortir ces mêmes aventures mais cette fois-ci « réactualisées » artistiquement parlant (nouveau dessinateurs/scénaristes). Puis en 2014, avec le récit the Valiant (Jeff Lemire) nous avons affaire à la seconde vague (qui correspond à l'arrivée de Bliss Comics chez nous après l'échec de Panini) avec de nouveaux auteurs et des nouveaux récits. Deux ans plus tard, l'arrivée de mini-séries (notamment Britannia avec au dessin JR Rip) et séries (Faith) pour faire place l'année suivante au « relaunch » de la série XO avec, au dessin, la nouvelle recrue Tomàs Giorello (Conan) associé au multi-tache Matt Kindt au scénario.

    C'est là, le génie éditorial de Valiant d'engager Giorello sur XO, qui mieux qu'un des meilleurs dessinateurs contemporains de Conan pour dessiner le barbare de chez Valiant (XO représentant l'intelligente fusion d’icônes mainstream avec son Bloodshot en sorte d'association entre un tueur professionnel à la Punisher avec un pouvoir régénérateur à la Wolverine avec la perte de mémoire en plus; ou encore son XO-Manowar avec son barbare à la Conan revêtant une armure à la Iron-Man). Matt Kindt reprenant le concept de Lemire sur Bloodshot Reborn en enlevant au héros ce qui le définie (Les nanites chez Bloodshot, son armure chez XO). On mélange le tout et on obtient un cocktail parfait (en tout cas sur les trois premiers épisodes car Kindt écrit en mini-arc de trois issues) où l'on voit Giorello quitter la série pour ensemencer d'autres séries (Ninja-K) mais son remplaçant (Doug Braithwaite) maintient la forme au niveau du dessin créant une sorte de persistance rétinienne nous faisant croire que le maître est toujours aux manettes.

    Le recueil de chez Bliss est de bonne facture, introduire les couvertures des épisodes en intercalaire devrait être la norme, et on se retrouve étonné de la fin du récit qui arrive alors qu'il nous reste encore une cinquantaine de pages entre les doigts. C'est alors que les bonus prennent place et on ne boude pas son plaisir de pouvoir profiter des crayonnés de Giorello et autres variant covers.

    En somme, une bien belle réalisation qui en fait un indispensable que l'on peut utiliser comme point d'entrée pour ceux qui n'auraient pas encore compris que Valiant comics est une maison avec laquelle il faut compter. Un must-have quoi...

    8

    magictoad - 07 juin 2018

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu X-O Manowar T.1 ?
Ecrire une critique