• Critique Star Wars - Classic T.7 par

    Au sommaire de cette septième livraison de "Star Wars Classic", on retrouve les épisodes 70 à 79 de la série Marvel, le troisième annual, ainsi qu'une aventure restée inédite jusque là, "The Rebel Thief" ("Rebelle et Voleur" en version française), et publiée à l'origine dans les pages d'un magazine jeunesse de Scholastic, "Star Wars Kids".

    Pour être plus précis, "The Rebel Thief" a d'abord pris la forme d'un serial en 5 épisodes de quatre pages chacun avant d'être réédité en un bloc par Dark Horse. La construction originale du récit est évidente à la lecture puisque toutes les quatre pages, la dernière case peut être vue comme l'équivalent d'un cliffhanger. "Rebelle et Voleur" se déroule juste après la fin de "Star Wars - Episode IV : Un Nouvel Espoir" et voit Han Solo et Chewbacca se lancer à la recherche d'un trésor dans une forteresse sur Yavin afin d'aider la Rebellion à financer une nouvelle flotte pour remplacer les pertes de la bataille de Yavin...et aussi pour régler enfin sa dette envers Jabba (dans cette version, Han avait rendu sa récompense à l'Alliance Rebelle). Le scénariste Ryder Windham joue bien des doutes que suscitaient encore ce gentil vaurien à l'époque et des sentiments contradictoires qu'éprouvaient la princesse Leia à son égard. Ce récit "jeunesse" offre une très sympathique lecture, avec de bons dessins de Gary Erksine (même s'ils sont un peu pauvres en décors comparés à ses autres travaux Star Wars pour l'éditeur au cheval noir).

    Comme je l'ai déjà souligné dans mes chroniques des précédents volumes de "Star Wars Classic", on peut ressortir trois périodes importantes de la série Marvel des années 70/80 : le run de Archie Goodwin et Carmine Infantino, celui de David Michelinie et Walt Simonson et celui couvert depuis la fin du tome 6, le run de Mary Jo Duffy et Ron Frenz, qui régale d'un dessin très dynamique très bien servi à l'encrage par Tom Palmer qui a donné au titre une véritable continuité graphique en tant qu'encreur régulier sur une cinquantaine de numéros.

    Dans chaque histoire concoctée par Mary Jo Duffy, une bonne place est réservée à l'action et aux rebondissements, c'est bondissant, palpitant (notamment dans toute la partie qui se déroule sur la planète marine Iskalon) et surtout très divertissant. La caractérisation est réussie et celui qui en profite le plus, c'est Lando Calrissian qui occupe la place réservée à un Han Solo toujours prisonnier de la carbonite. Ses plans ne se déroulent pas toujours sans accrocs, ce qui nourrit les nombreuses péripéties. La scénariste a également créé à l'époque des nouveaux personnages très intéressants et qui ont marqué ce premier "Univers Etendu" de la Saga des Etoiles, tels que la zeltrone Dani et l'iskalonien Kiro. Les changements de ton s'intègrent bien à l'ensemble (l'annual est plus sombre, ce qui s'accorde bien avec les dessins de Klaus Janson) et le tout est parsemé de références savoureuses (pour passer inaperçu, Lando se déguise en ...Albator !).

    Je ne le fais pas souvent, mais pour terminer j'ajoute quelques mots sur la traduction de Alex Nikolavitch qui est absolument excellente. Il sait très bien trouver la voix des personnages, le ton juste et ses références et touches humoristiques sont irrésistibles (Leia qui chante une parodie de "Comme un ouragan"...qui devient ici "Comme un météore"...ça m'amuse à chaque lecture)...

    8

    Le Doc - 11 janvier 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Star Wars - Classic T.7 ?
Ecrire une critique