• Critique Hellboy T.16 par

    Le seizième tome de la collection "Hellboy" des éditions Delcourt compile deux "original graphic novels" (comme on dit aux Etats-Unis), deux albums publiés aux Etats-Unis à quatre ans d'écart : "The Midnight Circus" (2013) par Mike Mignola, Duncan Fegredo et Dave Stewart et "Into the Silent Sea" (2017) par Mignola, Gary Gianni et Dave Stewart. Ces histoires nous permettent de retrouver le héros-titre à deux périodes de sa vie mouvementée : la première se déroule pendant ses jeunes années, après la guerre; et dans la seconde, il est adulte, après les événements du "Troisième Souhait" (tome 7)....et elles ont aussi pour point commun une partie graphique absolument splendide.

    Mike Mignola l'a mentionné en interview et en préambule de la première partie de l'album : "The Midnight Circus" doit beaucoup au roman de Ray Bradbury "La Foire des Ténèbres", qui doit bien être son histoire de cirque préférée, tout comme au "Pinocchio" de Carlo Collodi. Comme Will Holloway et Jim Nightshade, le petit Hellboy, qui s'était éloigné de l'ambiance un peu étouffante du B.P.R.D., est attiré par les promesses d'un cirque étrange. Le mois n'est pas précisé, mais je ne serais pas étonné d'apprendre que ce récit prend place en octobre, ce "mois où les journées raccourcissent et où les ombres s’allongent…un mois où le souffle du vent vous entraîne dans une course folle à travers les champs". Les dessins de Duncan Fegredo, qui livre quelques unes de ses plus belles planches, restituent à merveille cette atmosphère et l'aspect surréel des rencontres du petit Hellboy, dont un duo qui lui voue un intérêt particulier.

    Si les dessins sont très beaux, il ne faut pas oublier non plus le superbe travail de Dave Stewart. En effet, le coloriste attitré de l'univers d'Hellboy fait également pénétrer le lecteur dans ce monde fantastique, ce "Pays d'Octobre" mignolesque, grâce aux subtiles variations de sa palette de couleurs. Une belle idée de narration et un régal pour les yeux !

    Les dessins sont donc aussi le point fort de la deuxième histoire, "Dans le silence des abysses" puisque ce one-shot est illustré par l'excellent Gary Gianni. Après ce qui s'est passé dans "Le Troisième Souhait", Hellboy part à la dérive et se retrouve sur un bateau tout droit sorti d'une autre époque, entre un capitaine intransigeant et une femme obsédée par la découverte d'un serpent légendaire et de l'acquisition d'un savoir ancestral. Rêve? Réalité ? Plutôt un cauchemar pour l'enquêteur du paranormal qui aura fort à faire face à un bestiaire abominable animé par le trait maîtrisé et détaillé, souvent proche de la gravure, de Gary Gianni.

    Sur cette vaste mer, pas un saint n'eût pitié de la pauvre âme d'Hellboy à l'agonie...



    8

    Le Doc - 11 janvier 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Hellboy T.16 ?
Ecrire une critique