• Critique La Guêpe T.1 par

    Pour ceux qui suivent les Avengers de Waid depuis l'All-New, All-Different, ils connaissent déjà bien la nouvelle guêpe, Nadia, de plus, il faut noter avant de commencer la lecture que Jeremy Whitley, le scénariste de ce titre a aussi participé à quelques chapitres de la série. Sinon les origines de notre héroïne sont assez obscures, puisque faisant partie de la Chambre Rouge comme Black Widow, mais la version scientifique ! En gros, notre futur guêpe n'a connu que la froideur d'un bunker, où elle a appris à tuer tout en étant jamais passé à l'acte, du coup, nous avons un personnage dynamique et pétillant, donnant la pêche, car elle est vraiment heureuse de voir enfin le monde entier !

    Et c'est vraiment ce qui ressort de ce livre, ce positivisme, cette jeunesse, cet air frais dans un monde brutale de super-héros. Et dès le début, on fait rencontrer Nadia, issu de la jeune génération, d'autres de ses camarades, et qui de mieux que Miss Marvel, jeune leader des Champions ou Lunella et son dinosaure. Mais, on verra aussi les mentors comme Janet Van Dyne, l'ancienne guêpe, ayant pris un coup de jeune pour l'occasion depuis sa rencontre avec sa belle-fille, ou Mockingbird, qui a prêté dans ce tome son tee-shirt féministe à la première (qui a fait parler outre-Atlantique). On a, je ne vous le cache pas un titre très féminin, mais pas que...
    Effectivement, Nadia va embaucher à travers ses aventures pleines de naïveté retrouvées d'autres camarades du même sexe pour créer G.I.R.L. ou le Genius In Action Research Labs. Elle se débrouille bien, mais un coup de main de Matt « Modok », alias Daredevil, ne sera pas de trop. Mais, attention à ne pas aller dans l'extrême dans ce type d'histoire en créant à tout prix au dernier moment un couple L.G.B.T., ou montrer que des filles aiment forcément la mode vestimentaire, ou encore rencontrer des ennemis qui deviennent forcément amis. Mais il s'agit, je pense, du talon d'Achille de ce type d'histoire.
    Pour conclure sur un des meilleurs aspects de ce livre, il faut bien entendu écrire sur les dessins de la trop rare française Elsa Charretier de The Infinite Loop. C'est la cerise sur le gâteau, puisque si vous connaissez l'artiste, vous devinerez qu'elle correspond parfaitement à ce type d'oeuvre coloré. Je suis vraiment admiratif et fan de ces cases, j'afficherais bien dans ma bibliothèque la fameuse scène de travail sur la bombe humaine prenant toute une double page.

    Un titre unique au sein de Marvelverse ayant pour public les jeunes femmes, mais pas que, car les garçons seront ravis de revoir le début d'une héroïne ayant beaucoup d'humour, de peps et de fraîcheur que l'on a pu voir, parfois, dans un Miss Marvel. Ça doit changer Jarvis, le majordome des Avengers ! Un titre pour un moral au beau fixe dans cette période de sécheresse, alors merci à Panini Comics de vouloir un peu bouger les choses !

    8

    Auray - 04 août 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La Guêpe T.1 ?
Ecrire une critique