• Critique Fondu au Noir T.1 par

    Il y a énormément d'intégrales qui sortent spécialement pour Noël, tellement que l'on se demande comment on va faire pour choisir. C'est dans ces moments-là que Comics Sanctuary prend tout son sens. Nous allons vous servir à ne pas oublier ce fabuleux livre dans votre check-list, pour le fameux bonhomme en rouge.

    Comment ne pas commencer sans parler du fabuleux scénariste Ed Brubaker nous offrant, il y a pas si longtemps, les fameux Velvet ou Fatale, ou de son dessinateur, à présent habituel, Sean Phillips. N'oublions pas, non plus, Elisabeth Breitweizer, la coloriste, qui a déjà travaillait à ses côtés pour Velvet. Je trouve que, grâce à elle, Outcast de Kirkman a une saveur toute particulière. Bref, c'est une équipe de choc qui se regroupe ici, qui se connaisse déjà, et savent par avance, qu'ils vont pouvoir compter sur le talent des uns et des autres, pour créer une case parfaite.
    N'ayez pas peur de la grande galerie des personnages du début, on suit surtout Charlie Parish, elle est là pour rappeler les vieux films noirs et blancs de l'âge d'or d'Hollywood, même le titre « fondu au noir » traduit en fait une technique utilisée, entre deux images, pour faire une transition.
    Effectivement, vous avez un livre à la gloire du cinéma comme le fameux Dalhia noir, et on ne peut pas mieux le glorifier, tant le scénario est parfait. On rentre vite dans cette ambiance, où le moindre soupçon d'adepte du communisme chez autrui est dénoncé. On peut rajouter pléthore enquête pour meurtre qui n'est pas encore rentré dans l'âge moderne au niveau scientifique. On peut alors impuniment basculer d'un moment à un autre dans la psychose, ça tombe bien, l'amie de Charlie vient de décéder dans des circonstances pour le moins douteuse, à nous de distinguer le vrai du faux.

    Il s'agit d'une œuvre personnelle, et ça se ressent, Ed Brubaker ayant lui-même contemplé plus d'une fois les livres de son oncle scénariste malheureusement tombé dans l'oubli de ces années folles. Ou est-ce son passé d'adolescent toxicomane et délinquant qui joue malgré lui ? Les Éditions Delcourt nous ont mis dans nos petits souliers un livre rapport qualité-prix au mieux de sa forme, accompagné d'un marque-page tissu, vraiment du grand art à commander en urgence ! De plus, surveillez dans le futur Kill or Be Killed pour poursuivre ces étoiles à travers leurs différents feux d'artifice proposés !

    9

    Auray - 22 décembre 2017

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Fondu au Noir T.1 ?
Ecrire une critique