• Critique Lady Mechanika T.4 par

    Ma femme a parfois des goûts quelques peu lugubres. La preuve en est qu’elle adore la fête des morts. Attention je parle bien de la fête mexicaine et non d’un rituel glauque… Enfin bref, elle a su me transmettre cette fascination pour ces maquillages et costumes qui peuvent faire preuve d’une finesse hallucinante et bénéficie d’une culture au charme particulier. Alors quand un artiste (qui plus est aux racines mexicaines) décide de l'aborder dans sa série phare, qui plus est, dotée d’une magnifique patte graphique, autant vous dire que je me suis frotté les mains !

    Je parle bien évidemment de ce 4ème volume de Lady Mechanika qui nous propose d’abord une petite enquête avant le gros morceau.
    Dans cette dernière, notre héroïne, accompagnée d’un enquêteur, va être confrontée aux disparitions et meurtres d’enfants liés à un mystérieux fabriquant de jouets. L’enquête les emmènera à découvrir les bassesses de ce monde si particulier où la magie peut mener les hommes aux pires horreurs. Le récit est court, permettant d’avoir une densité très agréable mêlant action et investigation.

    Par la suite, Joe Benitez attaque le gros morceau. Plongé dans une certaine mélancolie (dont le récit précédent n’y est pas étranger), Lady Mechanika se retrouve au Mexique en pleine fête des morts. Mais le village qui l'accueille se voit racketter par un groupe de fantôme qui va très mal se passer... Il n’en faudra pas plus pour Lady Mechanika pour s’en mêler entraînant pertes… et fracas.
    Honnêtement, l’arc “la dama de muerte” est un pur chef d’oeuvre. J’avoue avoir été très méfiant avec cette série, mais force est de constater que l’auteur a su s’entourer pour en faire une série de qualité. Cet arc rassemble tout ce que j’aime : des dessins sublimes montrant un univers steam punk savamment mélangé avec la culture des maquillages et de la culture de la fête des morts, le tout dans une histoire palpitante tant dans l’action que sur la réflexion amenée par celle-ci.

    C’est d’ailleurs un aspect fascinant de l’oeuvre. Nous sommes très loin des récits lumineux dotés d’happy end à la Disney. Ici, nous sommes submergés par la mélancolie de l’héroïne qui se bat pour la justice face à ce monde impitoyable qui amène des conclusions loin d’être heureuses, avec des faits qui marqueront l’aventurière. J’ai adoré cette lecture, et j’ai dorénavant hâte de lire la suite (qui n’arrivera pas tout de suite malheureusement).

    Au final, ce 4ème volume de Lady Mechanika est de loin le meilleur de la saga. La série semble avoir pris son rythme de croisière et nous amène à découvrir un univers captivant et raffiné à travers des récits variés dont un vrai bijou qu’est “la dama de muerte” proposant quelque chose qui sort de la normalité. C’est pas si surprenant que cette série soit finalement le gros hit de l’éditeur. Je vais clairement le conseiller à ma femme, elle devrait facilement l’apprécier, et après on ira peut-être maquiller nos chats… Ca devrait leur plaire ! (Enfin pas tant que ça…)

    8

    Blackiruah - 18 novembre 2017

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Lady Mechanika T.4 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10