• Critique Birthright T.5 par

    Alors les représentants de différentes générations convergent afin de mettre en place ces retrouvailles tant attendues parmi les personnages principaux, l’équipe créative conserve peu ou prou la même cadence, en imbriquant toujours plus les liens entre les deux mondes (la Terre et Terennos).

    L’angle de la dramaturgie, axé sur le liens familiaux, continue à souvent prendre le pas sur l’héroïc-fantasy pure, souvent réduite à une toile de fond thématique plus qu’à un sujet central, faisant ainsi le choix d’incorporer des thèmes universels pour le lecteur au sein d’un genre plus dépaysant et attrayant visuellement.

    L’intrigue gagnerait à être un peu plus dense, tant elle donne parfois l’impression d’être un peu trop étirée pour son propre bien, comme si l’auteur cherchait à temporiser par le biais d’une narration décompressée, rythmé au gré des mêmes rouages, à base de combats de mages et de révélations en tout genre (le dessinateur est quant à lui toujours aussi inspiré). Le récit n’a rien de vide, mais cela ne lui ferait pas de mal d’activer le mouvement et d’explorer de façon plus approfondie le passé de son héros déchu (à force de garder des cartouches en réserve pour la suite, cela laisse parfois un goût de trop peu). Il faut espérer que le prochain tome se montrera plus généreux de ce côté-là.

    5

    Marko - 19 décembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Birthright T.5 ?
Ecrire une critique