• Critique Superman Univers Hors-Série T.2 par

    Fin 1999, les différentes séries de l'Homme d'Acier ("Action Comics", "Adventures of Superman", "Superman : The Man of Steel" et "Superman") sont passées par la rituelle "fin de cycle" pour préparer le passage au nouveau millénaire. Qui dit "fin de cycle" dit changement de responsable éditorial (Joey Cavalieri a passé le flambeau à Eddie Berganza) et changement d'équipes créatives. Mais pas pour tous les titres, en fait...il a fallu plusieurs mois pour que Joe Casey s'installe sur "Adventures" et c'est le duo Stuart Immonen et Mark Millar, qui avaient déjà collaboré sur des "Action Comics", qui signent le numéro au sommaire de ce "Superman Hors-Série". Et Mark Schultz était déjà installé sur "Man of Steel"...pour y rester jusqu'au dernier épisode, le #134.

    Pour "Action Comics" et "Superman", l'heure était à la nouveauté avec les arrivées de Joe Kelly et Jeph Loeb. C'est d'ailleurs le premier épisode de Jeph Loeb qui ouvre le programme et de belle manière car il fait tout ce que bon numéro introductif à une nouvelle ère doit faire : ne pas perdre en cours de route les nouveaux lecteurs qui n'ont pas suivi ce qui a précédé (et c'est réussi car le #152 de "Superman" est facile d'accès) et poser les bases des futures intrigues. Jeph Loeb privilégie l'action, le cosmique et intrigue déjà avec la manière dont il introduit Imperiex, le grand méchant du crossover de 2001, "Our worlds at war". Le scénariste n'en oublie pas pour autant le côté intimiste et ce qui était déjà l'un des éléments les plus attachants de la superbe mini-série "Superman : For All Seasons", avec un Clark qui n'oublie jamais de retourner à Smallville entre deux missions ou deux reportages, histoire de se ressourcer...et de prendre une bonne part de la fameuse tarte de Ma Kent.
    Le style Loeb se caractérise aussi par l'emploi de la voix-off, un procédé de narration qui a ses limites mais que l'auteur maîtrisait encore bien à l'époque (avant que ça ne devienne un peu lourd sur d'autres projets comme ses "Superman/Batman").

    Connu alors pour ses "Deadpool", Joe Kelly amène beaucoup d'humour à ses "Action Comics" (l'entrée en matière avec Spectro est irrésistible) et créé une nouvelle super-vilaine dès son arrivée avec la troublante Encantadora. Ses épisodes sont dynamiques, riches en rebondissements et joliment dessinés par l'espagnol German Garcia (c'est détaillé, les personnages sont beaux et expressifs et l'action explosive).
    Joe Kelly frappe aussi fort dès sa deuxième histoire, "Pendant mille ans...", qui envoie Superman et Wonder Woman mener un long, très long (le titre est une indication) combat dans une autre dimension. C'est très bien raconté... avec notamment une superbe scène, à la fois touchante déclaration d'amour à Lois Lane et beau serment d'amitié à la princesse amazone.

    Le sommaire est tout de même inégal. L'épisode d'"Adventures of Superman" par Stuart Immonen et Mark Millar n'a pas le même impact que le reste et la partie graphique est décevante. Quant aux "Man of Steel" de Mark Schultz, qui s'intéresse aux dangers que représente l'héritage kryptonien de Superman (en mettant notamment en avant le programme Eradicator), je suis un peu plus partagé : le potentiel est intéressant, mais le traitement est parfois un poil brouillon dans le déroulement du récit (avec par exemple un flashback pas très bien amené).
    Malgré ces légères réserves, ces épisodes regroupés aux U.S.A. dans un recueil intitulé "No Limits !" représentent un bon point de départ pour une période prometteuse.

    7

    Le Doc - 13 août 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Superman Univers Hors-Série T.2 ?
Ecrire une critique