• Critique James Bond T.4 par

    Si vous avez lu le précédent James Bond, d'après l'oeuvre d'Ian Fleming, et qu'en plus vous l'avez apprécié tout comme moi ce bouquin des Éditions Delcourt, vous serez aux anges de savoir que le quatrième tome reprend les mêmes artistes. On en avait conclue à l'époque qu'il ne manquait pas grand-chose à Andy Diggle, pour finaliser un scénario parfait, eh bien il l'a créé à présent !

    Aucun élément n'est à jeter, tout est solide, rien que le début où l'on présente certainement l'un des plus grands ennemis de notre espion, avec ses phrases à double sens terribles, montrant déjà toute sa cruauté, j'adore ce classicisme. Puis, on voit notre espion avec une femme fatale, mais rusé, et les problèmes se présentent déjà. C'est alors qu'apparaît sur une double page le bandeau du titre et notre agent. Juste impeccable, ces petites mises en scène, et cette double page, annoncent tout de suite l'ambiance imprégnée de la couleur rouge sélectionnée par Chris Blythe.
    Et, on est plein dans l'actualité, Donald Trump ayant exprimé, il n'y a pas si longtemps, que son pays payait trop par rapport aux autres pays pour subvenir aux besoins de l'OTAN. L'organisme est mis en péril suite à un quiproquo concernant le partage de renseignements entre les États-Unis et l'Angleterre qui risque d'être immédiatement rompus. Heureusement, 007 peut compter sur l'amitié de son homologue de la CIA... mais, jusqu'à ce que la situation tourne, à cause du SMERCH (ou SPECTRE). Au final, James va devoir employer tous les moyens quand le monde ne tourne plus comme il faut.
    On note toujours des cascades, des gadgets extraordinaires, des clins d'oeil au cinéma, des dessins superbes par les mains de Luca Casalanguida, et quelques couvertures en fin de volume par plusieurs artistes, et notamment, Greg Smallwood. Parfois, on regarde rapidement celles-ci, mais là, on ne peut que s'arrêter, chacune d'elles peu très bien représenter un film, ou un roman de 007.

    Enfin, nous avons le volume ultime de James Bond, bien joué à Dynamite d'avoir pu, grâce à la disponibilité des auteurs, rempilé pour une deuxième aventure. Ils ont pu enlever les défauts du précédent, qui n'en contenait déjà pas tant que ça, pour nous donner un titre où le cliffhanger de fin, nous donne encore plus l'envie de lire la suite. « Kill Chain » est un titre issu de l'univers informatique que je n'oublierais pas, grâce à ça, ou à M.Bond, décidément un héros hors du temps.

    9

    Auray - 05 août 2018

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu James Bond T.4 ?
Ecrire une critique