• Critique BFI - Les Classiques du Cinéma T.11 par

    J'ai vu le "Chinatown" de Roman Polanski à deux reprises...et mon dernier visionnage remonte à une bonne dizaine d'années. Il faudrait bien entendu que je le revois pour exprimer mon ressenti en détail (et c'est ce que la lecture de cette étude m'a donné envie de faire, ce qui est toujours bon signe) mais de nombreuses images restent imprimés dans ma mémoire. Jack Nicholson, le détective en costard chic...Faye Dunaway, la femme fatale au regard hanté...le petit rôle mémorable de Polanski...et "Chinatown"...plus qu'un titre, un état d'esprit, une métaphore.

    Onzième tome de la collection "BFI : Les Classiques du Cinéma" publiée par Akileos, "Chinatown" est écrit par le britannique Michael Eaton, scénariste pour le cinéma et la télévision et auteur de pièces de théâtre. C'est pour ma part le quatrième volume qui passe entre mes mains et j'apprécie toujours autant cette série d'ouvrages. Je l'ai déjà mentionné dans mes autres chroniques sur les BFI et je le répète : j'aime le format poche et couverture souple, très pratique, et le nombre de pages réservées à chaque analyse, entre 80 et 100 avec une iconographie bien pensée.

    Michael Eaton décortique le classique du film noir de Roman Polanski en s'attardant sur sa structure scénaristique et son style visuel. Entre chaque chapitre, l'auteur revient sur les événements historiques qui ont servi de base à Robert Towne ("La Tombe de Ligeia", "La Dernière Corvée"...) pour son scénario, s'interroge sur la place du long métrage dans le cinéma hollywoodien de l'époque, replace J.J. Gittes dans la longue lignée des détectives de l'écrit et de l'écran et ne manque pas d'éclairer sur la genèse et la production du film via de nombreuses et très intéressantes anecdotes sur ce projet porté dès ses débuts par le producteur Robert Evans ("Le Parrain", "Marathon Man"...).

    Je ne partage pas toujours l'avis de Michael Eaton (notamment sur son appréciation des autres entrées de la filmographie de Polanski), mais l'ensemble est bien construit, attise l'intérêt dès les premières pages, un intérêt qui ne se relâche pas puisque comme à chaque fois, je n'ai reposé le petit livre qu'une fois la lecture terminée.

    "Laisse tomber, Jack. C'est Chinatown".

    8

    Le Doc - 06 mai 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu BFI - Les Classiques du Cinéma T.11 ?
Ecrire une critique