• Critique La Trilogie de la Citadelle par

    Début du 20e siècle, Hong Kong est sous contrôle britannique, de même
    que la ville de Kowloon. La Citadelle, foyer des évadés, des pauvres et
    des invisibles, est havre d'étrangetés où nul n'ose s'aventurer. Nous
    suivons Song, un jeune facteur qui va de fil en aiguille se retrouver à
    fréquenter la Citadelle pour livrer des lettres mortes...
    Entre bande
    dessinée et roman graphique, La Trilogie de la Citadelle est une œuvre
    sortant de l'ordinaire à l'ambiance tantôt légère tantôt pesante...


    L'ESCALIER VERS LES NUAGES BLEUS


    C'est
    le premier livre de la trilogie. C'est de là que nous commençons notre
    lecture, et pour être honnête, c'est assez déstabilisant. La narration
    détruit tous les codes habituels, et se moque presque qu'il y ait une
    trame scénaristique, un fil conducteur... Non, les évènements arrivent
    et se passent, et nous sommes spectateurs, sans même forcément tout
    comprendre. C'est une sorte de narration contemporaine volontairement
    vague, aux aspects plutôt poétiques... Les graphismes vont également
    dans le même sens. Ils sont très particuliers ; minimalistes,
    inexpressifs et difformes ; étranges... Je ne les trouve pas très
    esthétiques, mais ce ne sont que mes goûts personnels. Ce que j'ai pu
    remarquer de surprenant et de bon, c'est la présence de tas de petits
    détails en arrière-plan des planches, pleines de vie. On voit souvent la
    population s'occuper de leurs petites affaires par exemple. Mais pas de
    façon basique, simplement pour remplir le fond des cases ; non,
    certaines pages sont vraiment comme des spectacles à la mise en scène
    très spéciale mais dont on aimera découvrir toutes les facettes les plus
    étonnantes...

    Parlons un peu des personnages... Nous avons une
    grande panoplie de personnages secondaires, tous différents les uns des
    autres, et tous intéressants ; mais je vous laisserai les découvrir par
    vous-même. Celui que nous verrons au premier plan, presque celui à qui
    nous empruntons les yeux pour découvrir cette histoire, c'est Song. On a
    beaucoup de mal à le cerner au début, comme la plupart des autres
    personnages d'ailleurs, mais nous apprendrons à le connaître petit à
    petit, au fil des chapitres... Il est jeune et un peu maladroit, mais
    il cache un caractère gentil et passionné. Passionné pour son travail, pour
    sa famille, ses amis, les gens et la vie de manière générale. Il n'a
    pas une personnalité très extravagante, mais c'est, je pense, un bon
    personnage principal...

    Au final, ce premier volume nous surprend
    beaucoup, nous trouble même. Pendant longtemps, la lecture sera
    difficile et déroutante, peut-être ennuyeuse aussi, mais si on arrive à
    se faire au caractère unique, bizarre même de l’œuvre, on s'étonnera à
    apprécier sa lecture...


    RIVES D'AUTOMNE

    La
    saison des pluies est finie ; les parapluies sont remplacés par des
    ombrelles... Du moins c'est ce que l'on raconte, car nous, nous sommes
    plongés dans le noir des nuits de Hong Kong, là où règnent marchés
    underground et affaires douteuses... Des enfants sont enlevés à leurs
    parents, pour être vendus à de riches familles. Un business frauduleux
    aux nombreux visages. Song, qui se retrouve au cœur des problèmes, va
    enquêter et faire tout ce qui est en son pouvoir pour sauver ces
    enfants...

    Ce deuxième volet est très différent du premier, en
    commençant par les graphismes. Ceux-ci deviennent bien plus réalistes et
    détaillés, utilisant des couleurs pâles, contrairement à L'Escalier Vers
    les Nuages Bleues
    qui était peint de couleurs vives. Dans les deux cas,
    c'est probablement un choix des auteures pour mieux marier l'ambiance
    générale du récit, qui change également entre les deux volumes. Toujours
    est-il que ce nouveau style est bien plus esthétique et agréable à
    l’œil, de mon point de vue. Mais ce changement soudain n'est pas que
    bénéfique ; en effet, on aura du mal, pendant quelques chapitres, à
    discerner et différencier certains personnages...

    Le premier
    tome était très introductif et ne développait aucun réel scénario.
    Celui-ci construit une ligne directrice, et a comme intention de nous
    montrer des choses, de nous illustrer une histoire et ses péripéties.
    Bien sûr, il garde son côté contemplatif. C'est un développement que
    j'apprécie, mais qui reste plus ou moins hasardeux, et surtout
    compliqué. J'ai eu du mal, durant toute ma lecture, à comprendre
    certaines choses. Par exemple, quelques très bons flash-back peints en noir & blanc nous permettent d'en apprendre plus sur certains personnages, et notamment Simbis, le gardien de la Citadelle, qui va être beaucoup mis en avant dans ce volume. C'est très bien, seulement, on aura pendant un moment du mal à faire le lien entre les différents évènements du passé et du présent... Il se passe tellement de choses, il y a tellement de personnages, et nous avons si peu de repères que nous nous perdons facilement...

    En parlant de repères, il y a une chose que j'ai noté qui m'a paru bien étrange mais assez amusante : les repères temporels. Nous avons souvent droit à des annotations du genre «3500 jours depuis le premier jour de travail de Song», et cela à des moments plus ou moins aléatoires. C'est comme pour nous faire comprendre qu'il ne sert à rien de nous situer dans le temps...

    Autre différence marquante entre les deux tomes : on ne suit plus le récit des yeux de Song. L'histoire se détache du jeune facteur, pour au final nous faire voyager dans le temps et l'espace, et nous montrer différentes scènes importantes à la continuité et au développement du scénario. En plus de contribuer au bon déroulement du récit, cela permet de développer d'autres personnages, comme Simbis cité plus haut...


    BILAN

    La Trilogie de la Citadelle, c'est ce genre d’œuvre très particulière qu'il faut lire dans son intégralité pour en percevoir toutes les facettes et les plus belles. Les deux auteures aux styles si uniques jouent beaucoup sur la marginalité de leur œuvre pour briser les codes et créer une atmosphère hypnotisante. Tandis que le premier volume, peint de traits minimalistes et de couleurs vives, introduit les personnages et les bases du récit ; le second, minutieusement illustré et pourvu de couleurs pâles, développe ses acquis et affirme le ton sérieux et grave de son scénario... J'ai hâte de découvrir la suite et fin de cette trilogie, mais je pense déjà que c'est une œuvre qui mérite une certaine curiosité, si ce n'est plus encore...

    7

    P'tit Citron - 30 juin 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La Trilogie de la Citadelle ?
Ecrire une critique