• Critique Infamous Iron Man T.1 par

    Chez MARVEL, quand on tient un bon concept, on a tendance à l'utiliser à nouveau puis encore pour finalement l'user jusqu'à la corde. Ici nous avons le concept de vilains qui deviennent gentils, rappelez-vous, récemment, le Docteur Octopus prenant la place de Peter Parker pour incarner Spider-man, cela a eu un certain succès, bon bah là, on change de docteur et on met Doom dans l'armure d'Iron Man afin voir ce qui se passe, si la sauce reprend.

    On sort de Secret War où Doom était arrivé à son but : dominer l'univers MARVEL. On a eu la dernière apparition des FF au complet (en ajoutant le baygon rouge de l'univers Ultimate le Red Richard méchant) avant la mise au placard.

    On sort de Civil war II où Iron Man disparaît laissant la place à Riri Williams (la fille qui prend la place d'un homme, celle de trop qui générera le revirement Legacy, c'est à dire, le retour aux sources burnées, c’est à dire la version originelle masculin: retour de Thor, de Tony Stark...).On secoue le tout et on a Victor Von Fatalis, tout penaud, en quête de rédemption, qui veut se racheter une virginité en revêtant cette armure d'Iron Man laissée vacante pour jouer le héros et montrer que dorénavant il est gentil.

    Alors c'est là que le concept du Superior SM diverge (« et dix verges c'est énorme ») car Otto se cachait dans le corps de Peter Parker, personne ne savait pas que c'était du méchant dedans. Là pas d'arnaque, tout le monde sait que Tony Stark est aux abonnés « physiques » absents, relégué en AI qui jacte à n'en plus finir, et que c'est Victor qui a pris sa place. Du coup, il a tout le monde à ses basques, le pauvre… Car si les gentils n'y croient pas à son revirement spirituel, les vilains, eux, vont y croire (les abrutis) et se dire qu'il est devenu bien dangereux celui-là. Du coup, tout le monde veut sa peau à ce Roger Von Rabbilis. Il reste un petit ingrédient en plus, que je ne révélerai pas, pour faire monter la sauce, un truc épatant, qui va nous permettre de pénétrer Victor au plus profond de son intimité (hummmm!!!).

    Tout ça en douze épisodes avec ici la première moitié du récit qui nous emmène suffisamment loin pour qu'on est envie de lire la seconde.

    Pas de suspense, nous avons ici affaire à un sympathique récit, même si le concept est un peu tiré par les cheveux car on se demande pourquoi Doom va chercher l'armure d'Iron Man alors qu'il n'en a pas vraiment besoin. Venant de Brian M. Wendis, qui ne faisait plus grand chose de solide, allant même jusqu'à l'indigeste, bien fort est de constater que cela tient debout même si, comme d'hab, cela ne portera pas à conséquence.

    En plus, on bénéficie du talent de son compère inséparable, incomparable et indécrottable Alex Maleev qui une fois encore, comme toujours, sait être d'une efficacité permanente bien qu'un peu flemmarde par moment.

    On n'a plus qu'à attendre le nouveau pas-beau qui veut devenir gentil et pourquoi pas Ultron qui fondera une famille avec la Vision ? (quoi c'est déjà fait?!!!?)

    7

    magictoad - 02 février 2019

    Vous n'avez pas aimé cette crtique Annuler
Vous avez lu Infamous Iron Man T.1 ?
Ecrire une critique