• Critique Super Sons T.1 par

    Dans les repas avec ma mère, nous finissons usuellement par tomber sur la fameuse question : chat ou chien ? Evidemment, j’ai un parti pris : quelle idée d’avoir des chiens ! Faut s’en occuper tout le temps, c’est collant et ils sont complètement dépendants de vous… L’enfer ! Et puis tout les oppose… mais ma sage maman me rappelle souvent qu’elle a eu les deux et qu’ils pouvaient parfaitement cohabiter ensemble et qu’il s’amusait ensemble… comme Superman et Batman !

    Et justement, il semble que Dan Didio et Jim Lee aient eu cette petite discussion avec ma mère (quelle femme !) puisqu’ils proposent de découvrir ce team-up non pas avec les deux héros mais avec leur fils !

    Depuis le rebirth, le Superman pré-flashpoint est revenu sur le devant de la scène accompagné de Loïs et de son fils Jon agé de 10ans qui découvre ses pouvoirs kryptoniens. Bien sûr, l’enfant se révèle être un héros solaire qui baigne dans le côté pur de la force et cet aspect va faire des chocs avec Damian, le fils de Bruce Wayne, héros lunaire, insolent, imbu de soi-même tout en étant surdoué dans sa partie. Bref, alors qu’ils sont forcés à s'entraîner ensemble par leurs parents, Damian va pousser Jon dans une enquête car intrigué par des intrusions dans les systèmes informatiques de… Luthor ! Evidemment, ce petit fait mènera vers une aventures plus importante sous le signe de l’héritage.

    Cette nouvelle série qui sent bon les “World's Finest” version jeune pousse repose avant tout sur la dynamique Damian / Jon. ils n’arrêtent pas de se chamailler durant tout le long de l’arc pour savoir qui est le meilleur et aiment rappeler la faiblesse de l’autre. Et franchement, ça m’a vraiment fait rire de retrouver ce genre d’ambiance enfantine qui rend la lecture très légère et amène un vent de fraîcheur sur cet univers qui a besoin de ce genre de récit. D’autant plus que Peter Tomasi a le talent de rendre les deux héros attachants chacun dans son style. Damian, bien qu’insupportable dans le comportement, montre tout le talent qu’il a et Jon s’avère être un parfait petit Superman malgré son manque d’expérience. Comme on dit, les deux font la paire et ce duo nous embarque avec leur fougue et jeunesse dans cette confrontation avec un jeune vilain qui s’oppose totalement aux deux héros, le tout dans un récit super héroïque, bourré d’action et de vannes à tout bout de champs.

    D’autant plus que ce côté guilleret est renforcé par les dessins lumineux de Jorge Jimenez qui amène du rythme soutenu avec ses planches dynamiques et son style peu chargé en ombrage permet de faire respirer les illustrations renforçant le côté lumineux de l’aventure. Ça convient totalement pour un tel duo et l’artiste excelle dans les pose iconiques amenant un vrai impact visuel à la série.

    Ainsi, DC Comics a décidé de parier sur les enfants de Batman et Superman. Et force est de constater qu’ils ont eu raison tant ce duo composé de Damian Wayne et Jon Kent fonctionne du tonnerre et rayonnent dans cette aventure agréable à lire, qui fait honneur au genre super héroïque et surtout peut être lu par tous ! Et rien que pour ça, Super sons est une super lecture qui peut passer des mains des parents à leurs enfants, et ça, ça n’a pas de prix… Comme les chats !

    8

    Blackiruah - 30 avril 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Super Sons T.1 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10