• Critique Malédiction de Rowans T.1 par

    Mauvaise pioche pour Katie : son échange de maison pendant les vacances avec une anglaise va virer au cauchemar, la vieille bâtisse du domaine de Rowans ayant tous les attributs du manoir hanté…
    Sorti aux États-Unis chez Booms Comics, publié ici chez Delcourt, La Malédiction de Rowans est une (belle) tentative d’allier les éléments du thriller à ceux du genre horrifique. Aux commandes ce ne sont pas des novices en la matière, puisque le romancier et scénariste britannique Mike Carey a déjà narré des aventures de John Constantine et l’illustrateur Mike Perkins (également originaire de la Perfide Albion) a signé les dessins de l’adaptation du Fléau du maître Stephen King.

    La force de ce comic-book réside dans les éléments de narration : l’ouvrage débute par une scène annonçant les futurs déboires de l’héroïne, le scénariste use habilement des flash-back, Katie tient un blog dans lequel est raconte son voyage, le rythme assez lent colle bien à ce genre de récit. Un côté cliché chez Katie, belle et moderne (connectée) américaine en villégiature dans une vieille et angoissante bâtisse anglaise ? Assurément, mais rien de grave là-dedans : le genre horrifique (au cinéma notamment) s’en est souvent servi pour notre plus grand plaisir.
    Ce que j’ai moins aimé c’est (parfois) le dessin, certains visages notamment.

    En résumé, pas le comics horrifique de la décennie, mais si vous êtes amateur du genre (ou pas en fait…) La Malédiction de Rowans vaut le détour. Et puis, chez votre libraire préféré, comment résister à cette couverture clin d’oeil aux affiches des films La dernière maison sur la gauche ou Amityville...

    7

    bulgroz - 27 novembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Malédiction de Rowans T.1 ?
Ecrire une critique