• Critique The Dying and the Dead T.1 par

    J'ai beaucoup apprécié le travail de Jonathan Hickman sur Avengers ou sur les quatre fantastiques, ses scénarios sont travaillés, et prennent toujours des chemins différents pour arriver sur une même ligne directrice. Ce nouveau titre, the dying and the dead n'est pas différent en soi.

    Tout d'abord, les dessins de Ryan Bodenheim sont vraiment adéquats et dans les règles de l'art des comics, mais surtout, ils sont mis en valeur par la colorisation de Mickael Garland. On les croit à première vue fades, mais une fois dans le récit, on comprend visuellement que c'est pour mieux ressortir certaines données, comme le blanc des immortels Baduri de la Cité.
    Car tout tourne autour d'eux, en fait, depuis la nuit des temps, ils nous dominent dans l'ombre, et ils ne veulent plus se mêler aux Hommes, trop déçu par la comparaison, comme nous exprime la charmante personne qui aidera le Colonel dans sa tâche. Nous avons été pour eux des esclaves et quoi de plus normal que l'un d'entre nous les sert. Jim est une personne de confiance pour une raison encore obscure, il se doit de retrouver l'arme pouvant tous les tuer s'il veut en échange guérir sa femme de son cancer. Les immortels pourraient le faire, mais ils n'ont pas envie de se tâcher les mains, et pourquoi le faire soi-même vu que Jim est la personne idéale pour cette tâche.
    J'ai adoré cet air condescendant qui va si bien à ce peuple dominateur, une très bonne idée qui justifie le début d'une grande aventure, et tout va commencer par le rappel d'anciens coéquipiers charismatiques et foncièrement différents. Il y a quelque chose des « vieux fourneaux » de Wilfrid Lupano dans cette partie : on prend des personnes âgées pour mieux découvrir leur vie passée et présente, et on critique un peu le système, notamment les maisons de repos américaines. Mais la différence tout de même, c'est que l'on trouve aussi des uchronies à propos de l'histoire des grands dictateurs de la Seconde Guerre Mondiale.

    L'introduction digne des grands films d'action hollywoodien nous avait donné la puce à l'oreille, il s'agit ici d'un premier tome maîtrisé, tant au niveau scénario, qu'à la colorisation et aux dessins. On a envie d'en savoir plus sur les copains de Jim, ou de sa relation passée avec les immortels. Avis aux amateurs de science-fiction, d'Histoire, et surtout d'aventures !

    8

    Auray - 23 octobre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu The Dying and the Dead T.1 ?
Ecrire une critique