• Critique Babyteeth par

    J'ai découvert le travail de Donny Cates avec la série « The Paybacks » chez Dark Horse en septembre 2015, il œuvrait chez eux depuis deux années (Ghost Fleet 2014, Buzzkill 2013). Cette série m'avait bien plu. Quand j'ai vu ce nom réapparaître un an plus tard en sollicitation chez Image avec le titre « God Country », je me suis naturellement mis à lire ce titre à sa sortie en janvier 2017 et j'avais été très accroché par cette série. Du coup, un mois plus tard, lorsque paraît la sollicitation d'une autre, toujours chez Image, « Redneck », alors là je me dis que je tenais là un auteur à suivre. Le mois de la sortie du Redneck #1, en avril 2017, tombe la sollicitation, cette fois chez Aftershock, de « babyteeth », c'est là que mon cerveau fait boom : nous sommes à la moitié de God Country qui s'avère étonnant (j'y voyais une certaine similitude avec le travail d'un Jeff Lemire pour le côté familial du titre), le premier épisode de Redneck est juste excellent (ce côté Aaronnien sauce vampire avait tout pour me plaire) et on annonce la prochaine sortie d'un titre qui raconte la venue de l'antéchrist sur Terre, mamma mia !!! 

    C'est donc le mois du dernier numéro de God Country (qui est un très bon titre sorti chez Urban comics) que sort le Babyteeth #1, je savais que le niveau graphique de ce titre ne serait pas à la hauteur, Aftershock est une maison d'édition balbutiante. Créée en 2015 elle sort ses premiers titres en 2016, elle a concentré l’attention grâce à la venue de bons/grands auteurs (Azzarello, Garth Ennis...) avant les bons dessinateurs. Mais le premier numéro se lit tout de même assez bien (l'accouchement est assez épique), la famille de Saddie (petit aparté : c'est quoi ce prénom ?! dites « Saddie moi » sur du Enigma pour voir) est assez chouette. Mais c'est au second épisode que le titre prend son envol avec la présentation de « la silhouette » et la découverte de la particularité alimentaire du petit Clarcky. Puis, à chaque épisode, le titre gagne en envergure. 

    Par la suite, l'arrivée de Donny Cates chez Marvel (tiens tiens, après le départ de Lemire dont il récupère le Thanos, il récupère aussi le Doctor Strange d'Aaron, puis enchaînera avec un Cosmic Ghost Rider original et un Venom épique) va asseoir définitivement la renommée de cet auteur, qui ne l'a pas volé. Je ne lui connais pas de récit moyen, que du bon et de l'excellent, que demander de plus si ce n'est de continuer ainsi ; et c’est ce qu'il fait avec ce titre qui est toujours en cours aujourd’hui en VO.

    7

    magictoad - 31 janvier 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Babyteeth ?
Ecrire une critique